POUR LA VERITABLE LIBERTE

ALLAH AL WATAN AL MALIK

  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

30 novembre, 2010

Rabat, 30/11/10-LE GRAND SUCCES DE LA MARCHE DE CASABLANCA temoigne de LA FORTE SYMBIOSE ENTRE LE TRONE ET LE PEUPLE SOULIGNE LE PARLEMENT

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 23:20

http://www.map.ma/mapfr/special-laayoune-fr/

124.jpg

Rabat, 30/11/10-LE GRAND SUCCES DE LA MARCHE DE CASABLANCA temoigne de LA FORTE SYMBIOSE ENTRE LE TRONE ET LE PEUPLE  SOULIGNE LE PARLEMENT dans Liens marchecasa
Le grand succes de la marche de Casablanca temoigne de la forte symbiose entre le Trone et le peuple (Parlement)

http://www.youtube.com/watch?v=wW1uAKBVIqc

Rabat, 30/11/10- Le grand succes qu’a connue la marche de Casablanca temoigne de « la forte symbiose existant entre le Trene alaouite et le peuple marocain et de l’attachement des Marocains a  la cause nationale et aux valeurs sacrees de la Nation », a affirmele Parlement dans un communique rendu public mardi.
« Tout le monde a suivi avec fierte et admiration la marche de Casablanca » a  laquelle ont pris part environ trois millions de personnes, venant de toutes les regions du Royaume pour protester contre la campagne haineuse menee par le parti populaire espagnol (PPE) contre le Royaume « , a souligne le communique.
Le franc succes de cette marche « historique » est un message fort de l’unite du peuple marocain et de son attachement indefectible au glorieux Trone alaouite, a ajoute la meme source, indiquant que les manifestants ont exprime d’une seule voix leur ferme attachement aux valeurs sacreees et constantes du pays.
Le Parlement s’est egalement dit « honore de l’esprit de patriotisme ayant empreint la marche de Casablanca, se felicitant de la fidelite du peuple marocain, qui demeure mobilise pour defendre les interets supremes du Royaume, sous la conduite eclairee de SM le Roi Mohammed VI.

Blog

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a adressé un message aux participants au troisième Sommet Afrique-Union européenne dont les travaux ont débuté lundi à Tripoli. Voici le texte intégral du message royal:

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 2:56


124.jpg

Message Royal Adressé Aux Participants au 3e Sommet Afrique-Union Européenne à Tripoli
S.M. le Roi Mohammed VI affirme que le développement demeure tributaire de la paix, de la sécurité et de la stabilité

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a adressé un message aux participants au troisième Sommet Afrique-Union européenne dont les travaux ont débuté lundi à Tripoli.
Voici le texte intégral du message royal:

SM LE ROI MOHAMED VI

« Louange à Dieu,
Prière et salut sur le Prophète, Sa famille et Ses compagnons,
Cher Frère, Guide de la Révolution de la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste,
Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de gouvernement,
Excellences,
Mesdames et Messieurs,
Notre Sommet d’aujourd’hui conforte la pertinence et la solidité d’un partenariat stratégique porteur et mutuellement bénéfique, dont nous avions jeté les bases au Caire en 2000, pour en raffermir ensuite le contenu et la portée à Lisbonne en 2007.
Nous saisissons cette occasion pour exprimer Nos sincères remerciements à Notre cher Frère Mouammar Kadhafi pour la sollicitude dont il entoure notre Sommet, et pour l’hospitalité authentique notoirement connue du peuple libyen frère. Depuis le dernier Sommet, tenu il y a trois ans à Lisbonne, notre partenariat a réussi à forger un socle solide et substantiel de concertation, de dialogue et de coopération multidimensionnelle, à la hauteur de nos ambitions et de nos aspirations communes. Grâce à notre stratégie conjointe, fruit de notre partenariat privilégié, nous avons développé une vision commune des questions et des enjeux qui interpellent notre espace euro-africain.
Nous sommes souvent parvenus à une convergence de vues sur des questions d’ordre global. Nous avons également réussi à donner un contenu réel à notre partenariat, par la mise en oeuvre de plusieurs initiatives et projets concrets et tangibles. Notre satisfaction au regard du chemin parcouru sera confortée par une réaffirmation de notre engagement commun à redoubler d’efforts en vue de concrétiser tous nos objectifs, combler les insuffisances identifiées et optimiser au mieux le potentiel de notre partenariat stratégique.
A l’heure où l’Afrique change, évolue et prend la place qui lui échoit sur l’échiquier international, notre partenariat est appelé à appréhender, dans leur globalité, les significations et les implications des mutations en cours et à en cerner les enjeux et l’ampleur.
Excellences, Mesdames et Messieurs,
Nous nous réjouissons de voir les thèmes de ce 3e Sommet refléter la richesse des domaines couverts par notre partenariat, et surtout, confirmer la pertinence de notre approche dynamique dans le traitement des questions qui nous préoccupent.
Le choix de la thématique générale «Investissement, croissance et création d’emplois « reflète notre prise de conscience commune quant aux effets de la crise financière et économique sur nos deux continents. La paix et la sécurité, la gouvernance et les droits de l’Homme, la migration et le développement, l’énergie et les changements climatiques sont autant de questions cruciales qui requièrent une attention particulière de notre Sommet. Le Maroc est résolument engagé dans la mise en oeuvre d’une coopération agissante et solidaire avec son espace africain.

Il s’est toujours attaché à la concrétisation de l’unité et de la solidarité africaines, par des actions et des initiatives tangibles, dont la vocation première est de mettre nos pays sur une trajectoire de développement durable à visage humain.
Dans ce contexte, le Maroc n’épargne aucun effort pour partager son expérience et son savoir-faire avec les pays africains frères dans des domaines cruciaux de développement, tels que la formation technique, les infrastructures, la santé, la gestion de l’eau, l’agriculture et la pêche, le désenclavement, la connectivité logistique, le secteur financier, les technologies de l’information, etc.
Cet engagement en matière de coopération et de solidarité est l’oeuvre des pouvoirs publics, mais aussi et, de plus en plus, du secteur privé, des organisations professionnelles et de la société civile marocaine.
Les efforts de ces acteurs sont mutualisés et leurs synergies développées, rendant ainsi possibles des actions de coopération et de partenariat, dont l’impact en termes d’investissements, de croissance et de création d’emplois est réel.
Au-delà du cadre bilatéral, le Maroc fait preuve d’un engagement tout aussi ferme dans l’action qu’il mène au sein de l’espace atlantique africain, une région dont les enjeux économiques, environnementaux et sécuritaires sont croissants et de plus en plus complexes.
Cet espace recèle également de vastes possibilités et des potentialités réelles en termes d’intégration économique, de développement humain, de régulation écologique et de sécurité collective.

Excellences, Mesdames et Messieurs,
Il ne saurait y avoir de développement, d’investissement, de croissance ou de création d’emplois sans une véritable prise en considération de la dimension «paix, sécurité et stabilité». Comme il ne saurait y avoir de paix, ni de sécurité sans la promotion de la démocratie, des droits de l’Homme et de la bonne gouvernance.
Certes, le continent africain a réalisé des avancées considérables dans les domaines de la paix et de la sécurité ainsi que des progrès méritoires en matières de démocratie, de gouvernance et des droits de l’Homme. Cependant, il n’en demeure pas moins que des efforts supplémentaires sont nécessaires pour parvenir à stabiliser les foyers de tension qui persistent et assurer une plus grande appropriation par nos pays des valeurs de démocratie, de bonne gouvernance et des droits de l’Homme.
A cet égard, le Maroc s’est engagé, dès le recouvrement de son indépendance, dans des actions de consolidation de la stabilité dans le continent africain, à travers des contributions aux opérations de maintien de la paix des Nations unies, ainsi qu’au niveau bilatéral, par le biais de médiations qui ont souvent porté leurs fruits dans des foyers de tension très complexes.
A cet égard, Nous sommes convaincu que la meilleure façon de renforcer la paix, la sécurité et la stabilité dans notre espace africain consiste à privilégier l’approche préventive, en s’attaquant aux causes profondes des conflits, des crises et des tensions.
Ces causes, aussi multiples qu’interdépendantes, sont d’ordres politique, économique, social, humain et environnemental.

Excellences, Mesdames et Messieurs,
L’une des causes de l’insécurité et de l’instabilité demeure l’ingérence dans les affaires intérieures des pays. C’est pourquoi le Maroc souligne la nécessité impérieuse du respect de l’intégrité territoriale des pays africains. Il rejette les tentatives d’ingérence dans les affaires internes des pays, notamment celles qui menacent notre continent d’éclatement ou les mettent sur des sentiers d’insécurité, de guerre et d’anarchie.
La déstabilisation des pays africains profitera uniquement aux groupes terroristes, de plus en plus actifs dans nos régions. Aussi, est-il indispensable d’intensifier nos actions conjointes de lutte contre les menaces transnationales, tels que le terrorisme, la piraterie, la criminalité transnationale, le trafic en tous genres et les prises d’otages, et d’inscrire nos efforts dans le cadre d’une coopération renforcée aux plans régional, sous-régional et interrégional selon une démarche solidaire et une approche inclusive impliquant l’ensemble des pays concernés.
Dans ce contexte des menaces transnationales, nous constatons avec inquiétude, la montée récente des activités terroristes visant à déstabiliser la région et à mettre en péril la sécurité des pays de la bande sahélo-saharienne.

La précarité de la situation dans cette région et les nombreux défis qui en découlent nous concernent tous et mettent en évidence la nécessité d’une coopération régionale et internationale intense et d’une approche intégrée des questions de sécurité et de développement.
La migration et le développement constituent un enjeu stratégique au sein du continent africain, mais aussi entre l’Afrique et l’Union européenne. A cet égard, le Maroc appelle au renforcement des synergies entre les mouvements migratoires et les stratégies de développement, en conformité avec la vision que nous avions entérinée ensemble en 2006, à Rabat, et ici même à Tripoli, au cours de nos premiers dialogues euro-africains sur la migration et le développement.
Nous devons œuvrer ensemble à l’implication des communautés immigrées dans le développement économique et social de leurs pays d’origine. Les changements climatiques sont bien plus que des questions d’environnement. Ils impactent d’une manière directe et profonde la santé, la sécurité alimentaire, la stabilité et le bien-être des populations. Ils ont des retombées négatives sur la sécurité humaine dans son ensemble et peuvent être à l’origine de tensions et de conflits. Certes, les changements climatiques ont une dimension planétaire, mais l’Afrique demeure le continent le plus vulnérable à leurs effets néfastes, voire dévastateurs parfois.
C’est pourquoi, nous nous réjouissons de la mise sur pied, dans le cadre de notre partenariat, des programmes d’adaptation aux changements climatiques et d’atténuation de leurs effets néfastes.
Ceci est essentiel pour le développement durable des pays africains. Ne pas s’attaquer à ces phénomènes reviendrait à annihiler les efforts de développement déployés par notre continent.

Le Royaume du Maroc se félicite, par ailleurs, de l’adoption, par notre Sommet, de la Déclaration conjointe sur le changement climatique, laquelle envoie un message de convergence euro-africaine à la Conférence des Nations unies sur le changement climatique, qui se tient actuellement à Cancun, et qui vise l’adoption d’un cadre international pour régir ce phénomène.
Le Maroc souhaite que le lien entre le climat et le développement soit davantage mis en valeur. Il appelle à l’encouragement et à la promotion des énergies renouvelables pour optimiser l’immense potentiel du continent africain dans ce domaine.

Excellences, Mesdames et Messieurs,
Au-delà de la vision stratégique d’ensemble qui devrait permettre d’appréhender l’Afrique dans sa globalité, les instruments opérationnels actuellement mobilisés dans le cadre de notre partenariat devraient être mis à profit pour explorer la dimension sous-régionale afin de garantir davantage d’efficacité et de pertinence.
Notre partenariat devrait investir dans les communautés économiques régionales en tant que plateformes géopolitiques cohérentes et noyaux d’intégration par excellence, afin de mieux canaliser nos énergies.
Une telle démarche permettra aux pays africains, tout en préservant leur ambition légitime d’intégration continentale, de favoriser également l’expression de vocations régionales d’appartenance à des espaces géopolitiques susceptibles de leur assurer un meilleur positionnement et une compétitivité accrue dans l’économie mondiale.
C’est dans cette perspective que nous appelons à une plus grande implication de nos communautés économiques régionales dans la mise en oeuvre de la stratégie conjointe et de ses plans d’action afin de donner à ces entités la place qui leur revient dans notre partenariat stratégique.
Dans ce contexte, Nous sommes pleinement convaincu du grand potentiel que recèle l’Union du Maghreb arabe en la matière, pour peu que les cinq pays maghrébins réussissent à lever les obstacles qui continuent d’hypothéquer et de retarder le plein déploiement du grand potentiel et des multiples atouts de cette Union.

Un Maghreb arabe uni et solide est en mesure de fédérer les différents cadres de partenariat qu’il a développés avec les autres groupements, tant en Afrique qu’avec l’Union européenne, pour susciter de meilleures interactions et dégager des synergies mutuellement bénéfiques dans le but d’optimiser les ressources et les potentialités que recèle le partenariat Afrique-Union européenne.

Excellences, Mesdames et Messieurs,
Forgé dans une histoire commune et adossé à de riches et multiples échanges culturels et humains, notre partenariat est appelé à prendre la forme d’un pacte pour l’avenir qui nous permettra, ensemble, de saisir les opportunités offertes et de relever les défis qui guettent notre espace commun.
Les sentiments d’espoir, de confiance, de respect mutuel et de foi en l’avenir constituent le socle de notre action future. Ils sont aussi notre source d’inspiration pour des horizons porteurs, sans cesse élargis.
Une approche solidaire constitue la meilleure voie à suivre pour l’édification d’un espace commun de stabilité, de sécurité, de prospérité et de bien-être.
Wassalamou alaikoum warahmatollahi wabarakatouh. »
Par MAP

liens utiles –http://www.livresdemedecine.com

http://www.livresdemedecine.com/le-meilleur-du-web-f115/votre-bibliotheque-medicale-t2981.htm

29 novembre, 2010

Message de SM le Roi au président de la Commission de défense des droits légitimes du peuple palestinien New York (Nations unies), 29/11/10

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 11:25

Message de SM le Roi au président de la Commission de défense des droits légitimes du peuple palestinien
New York (Nations unies), 29/11/10- SM le Roi Mohammed VI a adressé un message au président de la Commission de défense des droits légitimes du peuple palestinien à l’occasion de la célébration, lundi, de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien.
Voici le texte intégral du message royal :

« Louange à Dieu,
Prière et salut sur le Prophète, Sa famille et Ses Compagnons,

Son Excellence, le président de la Commission de défense droits légitimes du peuple palestinien,

Mesdames et Messieurs,

A l’occasion de la Journée mondiale de solidarité avec le peuple palestinien, il Nous est agréable de vous adresser, ainsi qu’aux membres de votre honorable Commission, l’expression de Notre profonde estime et Notre très haute appréciation des efforts précieux et soutenus que vous consacrez à la défense des droits imprescriptibles et inaliénables du peuple palestinien frère, dont et au premier chef, son droit légitime à établir son Etat indépendant, avec pour capitale, Al Qods-Est.
En effet, à travers l’action de votre honorable Commission, et tout au long des différentes étapes traversées par la cause palestinienne, vous avez donné la démonstration de votre engagement fort, et de votre appui constant aux initiatives internationales sérieuses, visant à alléger les souffrances de Nos frères palestiniens et à défendre leurs droits légitimes. Ceci explique la place spéciale qu’occupe votre Commission auprès de tous les partisans de la paix, de la liberté, du droit et de la légitimité, et tous les sympathisants de cette juste cause.
Nous voudrions, à cette occasion, saluer les importantes activités et manifestations prévues dans votre programme d’action au titre de cette année, notamment la réunion africaine de la Commission, que le Maroc a eu l’honneur d’abriter en juillet dernier. Nous nous félicitions de l’impact positif de ces initiatives qui ont conforté, chez les parties internationales influentes, la prise de conscience quant à la nécessité de mettre un terme au conflit en cours dans la région, et de s’orienter vers la concrétisation de la paix recherchée, sur la base de la solution des deux Etats. Il s’agit, en effet, d’Âœuvrer pour que le peuple palestinien puisse établir son Etat indépendant et viable sur les territoires palestiniens occupés en 1967, et ce, selon un calendrier bien défini, et conformément aux principes et aux résolutions de la légalité internationale.
Dans la conjoncture délicate que traverse la question palestinienne en raison de la persistance du gouvernement israélien dans sa politique de colonisation, de judaïsation, du fait accompli et de la négation des droits historiques et légitimes du peuple palestinien, Nous appelons la communauté internationale à assumer ses responsabilités en amenant Israël à arrêter ses pratiques unilatérales, afin de répondre aux impératifs de la paix, et de préparer la voie pour faire aboutir les efforts internationaux responsables, visant à trouver une solution juste, durable et globale à la question palestinienne.
En Notre qualité de Président du Comité Al-Qods, Nous ne ménagerons aucun effort pour continuer à œuvrer pour sauver cette ville sainte, en veillant à en préserver l’identité et le patrimoine religieux et civilisationnel et à en protéger le statut juridique international. A cet égard, Nous invitons toutes les forces éprises de paix à intensifier leurs efforts afin d’amener Israël à arrêter ses pratiques agressives et à renoncer à ses projets de colonisation à caractère expansionniste, lesquels constituent, de l’avis de tous, le principal obstacle à l’amorce de négociations responsables et constructives.
Nous saisissons cette occasion pour réaffirmer Notre soutien ferme et inébranlable à l’Autorité nationale palestinienne, sous la direction de Son Excellence le Président Mahmoud Abbas, et appelons tous les frères palestiniens à agir pour préserver l’unité nationale palestinienne, conforter l’indépendance de la décision palestinienne et appuyer ainsi l’aspiration légitime du peuple palestinien à l’indépendance et à la souveraineté.
Nous réitérons toute Notre appréciation pour les efforts constructifs que vous ne cessez de déployer afin de consolider les droits inaliénables du peuple palestinien et d’aider à l’instauration de la paix au Moyen-Orient, en vous attachant à trouver une solution juste et durable à la question palestinienne. Nous vous réaffirmons également notre soutien et notre appui constants dans l’action que vous menez afin de concrétiser les nobles objectifs auxquels vous aspirez, et prions le Très-Haut de continuer à couronner vos efforts de succès et à guider vos pas ».

SAR la Princesse Lalla Salma préside la cérémonie d’inauguration de l’exposition « Yves Saint Laurent et le Maroc » Marrakech, 26/11/10- Son Altesse Royale la Princesse Lalla Salma a présidé, vendredi soir à Marrakech, la cérémonie d’inauguration de l’exposition « Yves Saint Laurent et le Maroc », organisée au Musée du Jardin Majorelle, sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI.

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 5:13

 

124.jpg

SAR la Princesse Lalla Salma préside la cérémonie d'inauguration de l'exposition

SAR la Princesse Lalla Salma

préside la cérémonie d’inauguration de l’exposition « Yves Saint Laurent et le Maroc »
Marrakech, 26/11/10- Son Altesse Royale la Princesse Lalla Salma a présidé, vendredi soir à Marrakech, la cérémonie d’inauguration de l’exposition « Yves Saint Laurent et le Maroc », organisée au Musée du Jardin Majorelle, sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI.

images1.jpg


A cette occasion, SAR la Princesse Lalla Salma a coupé le ruban symbolique, avant de visiter les différents rayons et espaces de cette exposition, qui comporte 44 créations de ce grand couturier, richement accessoirisées et accompagnées d’une série de photographies, de documents et de croquis qui témoignent de moments heureux au Maroc où l’amitié et le travail occupaient la plus grande place dans sa vie.
A son arrivée au Jardin Majorelle, SAR la Princesse Lalla Salma a passé en revue un détachement des Forces auxiliaires qui rendait les honneurs, avant d’être salué par MM. Bensalem Himmich, ministre de la Culture, Bruno Joubert, ambassadeur de France à Rabat, et Mohamed Mhidia, wali de la région de Marrakech-Tensift-Al Haouz
SAR la Princesse Lalla Salma a été également saluée par le Commandant délégué de la Place d’Armes de Marrakech, la présidente du conseil communal de la ville, Mme Fatima Zohra Mansouri, la présidente du Conseil préfectoral de Marrakech, la présidente du conseil d’arrondissement de Guéliz, ainsi que par
,
président de la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent et commissaire de l’exposition.
Initiée par la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent, cette exposition qui sera installée dans un second temps à Casablanca, est visible pour le public marocain jusqu’au 18 mars prochain.
Cette exposition présente dans une ambiance très architecturée d’un intérieur marocain, des modèles dont l’inspiration transparaît dans la forme. On retrouve des réinterprétations par Yves Saint Laurent de caftans, capes, Sarouels avec broderies marocaines et détails de passementerie.
Dans la seconde salle de l’exposition (la Couleur), Christophe Martin, le scénographe de l’exposition, entraîne le visiteur hors de la maison, vers la nature. On y retrouve les couleurs de la cité ocre qui éclatent et se confrontent si bien: rose, rouge, jaune, mais aussi les couleurs sourdes (beige, terre, bleu marine).
Un autre espace de cette exposition (l’Afrique rêvée), abrite des modèles intemporels composés de matières surprenantes: perles de bois, mica, raphia, qui sont surmontés de coiffures extraordinaires portées comme des parures
le jardin musée Majorelle ce qu il faut savoir :
majorel.gif
Jardin Majorelle
Le jardin Majorelle est le jardin botanique touristique de Marrakech au Maroc du peintre français Jacques Majorelle (1886-1962) créé en 1931. Propriété de Yves Saint-Laurent et Pierre Bergé depuis 1980. La villa atelier en bleu Majorelle et le jardins de Majorelle à Marrakech.
Historique
Jacques Majorelle
En 1919 le peintre français Jacques Majorelle (1886-1962) (fils du célèbre ébéniste artiste décorateur Art nouveau Louis Majorelle de Nancy) s’installe dans la médina de Marrakech (alors sous protectorat français) dont il tombe amoureux des lumières, des couleurs, des odeurs, des bruits, de l’architecture, des habitants, des souks, des kasbahs d’argile …
En 1922 il achète une palmeraie en bordure de celle de Marrakech et en 1931, il fait construire par l’architecte Paul Sinoir sa villa style Art déco d’une étonnante modernité, inspirée de Le Corbusier et du Palais de la Bahia de Marrakech. Il y aménage son habitation principale au premier étage et un vaste atelier d’artiste au rez-de-chaussée pour peindre ses immenses décors.
Amoureux de botanique, il crée son jardin botanique autour de sa villa, structuré autour d’un long bassin central, avec plusieurs ambiances variées, planté d’une végétation luxuriante où se nichent des centaines d’oiseaux. Ce jardin est une œuvre d’art vivante en mouvement, composé de plantes exotiques et d’espèces rares qu’il rapporte de ses voyages dans le monde entier : cactus, yuccas, nénuphars, nymphéas, jasmins, bougainvillées, palmiers, cocotiers, bananiers, bambous … et orné de fontaines, bassins, jets d’eau, jarres en céramique, allées, pergolas …
En 1937 l’artiste crée un bleu outremer à la fois intense et clair : le bleu Majorelle, dont il peint les murs de sa villa, puis tout le jardin pour en faire un tableau vivant qu’il ouvre au public en 1947.
Suite à un accident de voiture, Majorelle est rapatrié à Paris où il disparaît en 1962. Le jardin est alors laissé à l’abandon.
Yves Saint-Laurent
En 1980 Yves Saint-Laurent et son partenaire Pierre Bergé fondent « l’Association pour la Sauvegarde et le Rayonnement du Jardin Majorelle », rachètent la villa atelier et le jardin qu’ils font restaurer et développer dans l’esprit de l’auteur des lieux en faisant passer le nombre d’espèces du jardin de 135 à plus de 300. Ils conservent la partie habitation pour leur usage privé et transforment l’atelier en Musée d’art islamique de Marrakech ouvert au tourisme où ils exposent leur collection personnelle d’objets d’art Islamique du Maghreb, d’Orient, d’Afrique et d’Asie : bijoux, armes, textiles, tapis, boiseries, poteries, céramiques Berbères, toiles et dessins de l’artiste… Décédé le 1er juin 2008, Yves St Laurent y a fait déposer ses cendres.
Aujourd’hui, le jardin, entretenu par 20 jardiniers est devenu une des plus importantes attractions touristiques de Marrakech.
Les collections
La forêt de bambous
Elle s’étend au sud et à l’ouest du jardin entre le mur de clôture et le chemin sinueux
La collection de palmiers
Elle constitue une oasis de fraicheur dans la partie sud du jardin
La collection de cactus
L’allée d’aloes
Les autres plantes rares
Les oiseaux Le chant du Bulbul des jardins accueille les visiteurs, qui découvrent à côté d’espèces communes comme le merle noir, le moineau domestique le rouge-gorge et la mésange charbonnière des espèces moins fréquentes, des fauvettes, la bergeronnette grise, le bruant striolé le rouge queue noire et le gobe-mouche gris.
Les tourterelles et les pigeons sont très nombreux.
Un faucon crecerelle nicherait dans la tour
Les 5 espèces d’oiseaux les plus visibles depuis les toits en terrasse de Marrakech sont : la cigogne blanche, la bergeronnette grise, la tourterelle des bois, le faucon crécerelle, le gobe-mouche gris.
Citations
Yves Saint-Laurent : « Depuis de nombreuses années, je trouve dans le jardin Majorelle une source inépuisable d’inspiration et j’ai souvent rêvé à ses couleurs qui sont uniques » Le Bleu MajorelleLe mélange des couleurs que l’on observe dans ce jardin est essentiel à l’atmosphère qui s’en dégage. Vous remarquerez bien évidemment la dominante bleue…qui influe sur votre bien-être et vous apaise.
Sachez que le Bleu Majorelle, ce bleu vif que vous retrouverez dans toute la propriété est une marque déposée…Quand on la voit, on comprend mieux pourquoi.
Le Musée d’art islamique
Le jardin Majorelle abrite également un petit musée d’art islamique. Dans ce qui était anciennement l’atelier de l’artiste, vous pourrez admirer de beaux tapis, de la céramique berbère, des bijoux… et quelques toiles et dessins du peintre.
Informations Pratiques
Site Internet : www.jardinmajorelle.com
Adresse : Jardin Majorelle Avenue Yacoub el Mansour Gueliz Marrakech Maroc
Horaire : Ouvert tous les jours de 8H à 17H d’Octobre à Mai et de 8H à 17H de Juin
à Septembre

26 novembre, 2010

SM LE ROI NOMME PLUSIEURS WALIS ET GOUVERNEURS –SM le Roi nomme M. Ahmadou Ould Souilem ambassadeur du Maroc en Espagne Rabat- SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a reçu vendredi au Palais Royal de Rabat, M. Ahmadou Ould Souilem que le Souverain a nommé ambassadeur de Sa Majesté au Royaume d’Espagne. Cette audience s’est déroulée en présence de MM. Taib Fassi-Fihri, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération et Brahim Frej, Chambellan de SM le Roi

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 20:16


124.jpg

SM le Roi nomme plusieurs walis et gouverneurs
Rabat- SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a reçu, vendredi au Palais royal à Rabat, plusieurs walis et gouverneurs que le Souverain a nommés à l’administration territoriale et centrale du ministère de l’Intérieur.
Il s’agit de MM.sm1m.jpg

Administration territoriale. - Ahmed El Moussaoui, wali de la région El Gharb-Chrarda-Bni Hssen, gouverneur de la province de Kenitra.
- Khalil Dkhil, wali de la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia el Hamra, gouverneur de la province de Laâyoune.
- Mohamed Jelmouss, wali de la région de Doukkala-Abda, gouverneur de la province de Safi.
- Abdellah Amimi, wali de la région Guelmim-Smara, gouverneur de la province de Guelmim.
- Mohamed Yaakoubi, wali de la wilaya de Tetouan et gouverneur de la province de Tetouan.
- Mohamed Amghouz, Gouverneur de la province d’Errachidia.
- Amal Benboubker, gouverneur de la préfecture d’Arrondissments Ain-Sbaa-Hay Mohammadi.
- Mohamed Moudden Al Alami, Gouverneur de la province de Moulay Yaakoub .
- Mohamed Najem Abhay, gouverneur de la province de Tarfaya.
- M’hammed Kerdouh, gouverneur de la préfecture d’Arrondissements Hay Hassani.
-Maâti Ouddades, gouverneur de la préfecture de Inezgane Ait Melloul.
- Abderrahmane Ben Ali, gouverneur de la province Chtouka Ait Baha.
- Mouaâd el Jamai, gouverneur de la province d’El Jadida.
- Mustpaha el Khadri, gouverneur de la préfecture d’arrondissements Ben Msick.
- Mohamed Ali Habouha, gouverneur d’arrondissements Sidi Bernoussi.
- Larbi Touijer, gouverneur de la province de Boujdour.
- Abdelkbir Tahoun, gouverneur de la province de Tata.
- Salah Benito, gouverneur de la province de Figuig.
- Abdenbi Jouada, gouverneur de la province de Boulemane.
- Hassan Fatih, gouverneur de la province de Khémisset.
- Bouchaib Rmil, gouverneur de la prqovince de Mediouna.
- Youness el Kassemi, gouverneur de la préfecture de Skhirat-Temara.
- Chakib Bourkia, gouverneur de la province de Sidi Kacem.
- Abdelmajid El Hankari, gouverneur de la préfecture de Mdiq-Fnideq.
- Lahbil El Khatib, gouverneur de la province de Nouaceur.
- Abdelmajid El Allali, gouverneur de la province de Benslimane.
-Ahmed El Ouazzani Thami, gouverneur chargé du secrétariat général à la Wilaya du Grand Casablanca.
- Najib El Kerrani, gouverneur chargé des affaires générales à la wilaya du Grand Casablanca.
- Mohamed Rekraka, gouverneur attaché auprès de la wilaya de Rabat-Salé Zemmour Zaer.
- Moulay Sliman Alaoui, gouverneur attaché auprès de la wilaya de Rabat-Salé-Zemmour-Zaer.
Administration Centrale
-
Nourredine Benbrahim, Wali directeur des affaires générales au ministère de l’intérieur.
- Hassan Ben Mbarek, wali directeur des Walis au ministère de l’intérieur.
-
Khalid Zerouali, Wali, directeur de l’immigration et de la surveillance des frontières au Ministère de l’intérieur.
- Abdelghani Kezzar, wali, directeur des finances locales au ministère de l’intérieur.
- Mohamed El Ibrahimi, wali attaché à l’administration centrale au ministère de l’intérieur.
- Abdellatif Benchrifa, wali attaché à l’administration centrale au ministère de l’intérieur.
-
Idriss El Khazzani, wali attaché à l’administration centrale au ministère de l’Intérieur.
- Idriss Jouahri, wali attaché à l’administration centrale au ministère de l’intérieur.
-
Abdelkrim Bezzaa, wali attaché à l’administration centrale au ministère de l’intérieur.
- Mustapha Alami, gouverneur, directeur de la coopération internationale au ministère de l’intérieur.
-
Hicham Smahi, gouverneur, directeur des affaires administratives au ministère de l’intérieur.
- Hassan Belhadfa, gouverneur, directeur des affaires rurales au ministère de l’intérieur.
-
Abdelouahed Ourziq, gouverneur, directeur des affaires juridiques et de la coopération au ministère de l’intérieur.
- Abdellatif Cheddali, gouverneur directeur des équipements et de la planification au ministère de l’intérieur.
-
AbdelhaK El Harrak, gouverneur directeur des systèmes informatiques et de la communication au ministère de l’intérieur.
- Mme Najat Zerrouk, gouverneur, directeur de la qualification des cadres administratifs et techniques au ministère de l’intérieur.
-
Abdelhak Haoudi, gouverneur attaché à l’administration centrale au ministère de l’intérieur.
- Abderrahim Bendraoui, gouverneur attaché à l’administration centrale au ministère de l’intérieur.
-
Mohamed Fettah, gouverneur attaché à l’administration centrale au ministère de l’intérieur.
- Abderrahmane Zidouh, gouverneur attaché à l’administration centrale au ministère de l’intérieur.
-
Idriss Ait M’barek, gouverneur attaché à l’administration centrale au ministère de l’intérieur.
- Hakim Jilali, gouverneur attaché à l’administration centrale au ministère de l’intérieur.
- Ali El Mezliqi, gouverneur attaché à l’administration centrale au ministère de l’intérieur.
- Omar Dabda , gouverneur attaché à l’administration centrale au ministère de l’intérieur.
-
Khalid El Yaakoubi, directeur de coordination des affaires économiques.
Cette audience s’est déroulée en présence du ministre de l’intérieur, M. Taib Cherqaoui, du secrétaire d’état auprès du ministre de l’Intérieur, M. Saad Hassar et du Chambellan de SM le Roi, M. Brahim Frej.
A cette occasion, les walis et gouverneurs nouvellement nommés ont prêté serment devant SM le Roi.


M. Ahmed El Moussaoui, né en 1951 à Nador.
Titulaire d’un baccalauréat en sciences expérimentales en 1969, M. El Moussaoui a obtenu son diplôme d’ingénieur de l’Ecole nationale d’Agriculture en 1973. Diplômé du cycle supérieur de gestion de l’ISCAE, il a effectué un stage en organisation de transports à l’Agence française pour la coopération technique, industrielle et économique (ACTIM) en 1983 et enseigné dans nombre d’établissements et écoles de l’enseignement supérieur.
M. El Moussaoui a occupé les postes de chef de service des études économiques et enquêtes au ministère de l’Agriculture, de chef de la division des transports au ministère des transports et de chef de cabinet à ce même département.
Il a aussi été directeur général adjoint de la Régie d’acconage du port de Casablanca (devenu plus tard ODEP) et a été chargé d’études au ministère de l’Emploi et des affaires sociales.
Le nouveau wali de la région du Gharb-Chrarda-Bni Hssen, gouverneur de la province de Kenitra, a par ailleurs participé à la réalisation de plusieurs études dans les domaines agricole et des transports. Le 14 mars 1998, SM le Roi Hassan II l’a nommé ministre de la Jeunesse et des
sports.

M. Dkhil, diplômé de l’Ecole supérieure de commerce de Grenade, a été nommé par feu SM Hassan II, ambassadeur de Sa Majesté à La Havane de 1975 à 1979, puis à Belgrade de 1979 à 1982. Il a ensuite été nommé gouverneur dans les provinces d’Es-Semara, le 12 août 1983, de Chefchaouen, le 25 janvier 1994 et de Boulemane le 27 septembre 1998.
En décembre 1999, SM le Roi Mohammed VI a nommé M. Khalil Dkhil gouverneur, détaché à l’Administration centrale du ministère de l’Intérieur.
M. Dkhil a été décoré du Ouissam du Trône de l’Ordre d’Officier en 1985.

M. Abdellah Amimi,  , est né en 1951 dans le village de Ba Mohamed, province de Taounate.
Après avoir obtenu le diplôme du cycle normal de l’Ecole nationale d’administration publique, M. Amimi a été nommé, en juillet 1973, administrateur adjoint dans la municipalité de Sefrou, avant de rejoindre l’école de perfectionnement des cadres du ministère de l’Intérieur, le 15 novembre 1973.
.MR  Amimi a été nommé le 1-er septembre 1975 Caid de Taounate, puis, le 19 janvier 1979, Caid d’Aghbala, dans la province de Béni-Mellal.
Le 19 mars 1983, M. Amimi a été promu au poste de chef de cercle de Ksiba, dans la même province, avant de rejoindre, le 1-er septembre 1986, le ministère de l’Intérieur.
M. Amimi a été nommé, le 26 septembre 1989, au poste de chef de cercle, directeur de la cité universitaire de Fès, poste qu’il a occupé jusqu’à sa nomination par SM le Roi comme gouverneur de la province de Zouagha-Moulay Yaacoub.
M. Amimi a été nommé en juin 2005 gouverneur de la province d’Errachidia, poste qu’il a occupé jusqu’à sa nomination par SM le Roi wali de la région de Guelmim-Smara, gouverneur de la province de Guelmim.

 M. Mohamed Amghouz est né en 1947, à Jebha (province de Chefchaouen).
Titulaire des diplômes de l’Ecole nationale de l’administration publique et de l’Ecole de perfectionnement des cadres du ministère de l’Intérieur, M. Amghouz a occupé plusieurs postes au sein de l’administration territoriale. Il a ainsi été nommé, en 1972, Caïd de Lamhamid (province de Ouarzazate), puis Caïd de Takounit, dans la même province, deux ans après.
En 1976, M. Amghouz a été promu chef de cercle de Foum Zkid (province de Tata), puis chef de cercle de Tissa (province de Taounate) en 1979, avant d’être nommé secrétaire général de la province de Guelmim (1986).
M. Amghouz a été nommé gouverneur respectivement des provinces de Sefrou (1991), de Taounate (1998) et Chtouka Aït-Baha (2004).
M. Amghouz a été décoré du Wissam Al Arch, de l’ordre d’Officier.

M. Amal Benboubker, né le 13 septembre 1954 à Fès.
Titulaire d’une licence en sciences économiques (1976) et d’un diplôme d’études supérieures en sciences économiques en 1978 en France, M. Benboubker a entamé sa carrière le 29 novembre 1976 en tant que civiliste au ministère de l’Intérieur avant d’être nommé, le 19 mars 1983, agent d’autorité au secrétariat général de la préfecture de Casablanca-Anfa.
Il a été promu, le 10 août 1994, chef de district à la préfecture de Casablanca-Anfa, puis secrétaire général à la même préfecture le 3 février 2000.
Le 13 septembre 2003, M. Benboubker a été nommé par SM le Roi Mohammed VI, gouverneur de la préfecture d’arrondissements de Casablanca-Anfa, puis gouverneur de la préfecture d’arrondissement d’Aïn Chock, le 22 juin 2005.
M. Benboubker est marié et père de trois enfants.

M. Mohamed Moudden Al Alami, est né en 1955 à Larache.
Après des études de droit, M. Al Alami a intégré l’administration en tant qu’assujetti au service civil, avant d’être promu administrateur au sein du ministère de l’Intérieur en 1977.
Il a été nommé Caïd chef du cabinet du gouverneur de la province de Settat en 1983 et a été promu chef de Cercle en 1990.
En 1994, M. Al Alami a accédé au poste de secrétaire général de la préfecture de Sidi Youssef Ben Ali.
Il a occupé la même fonction à la province de Kénitra à partir de 2001, poste qu’il a conservé jusqu’à sa nomination par SM le Roi, gouverneur de la province d’Inezgane-Aït Melloul en juillet 2004

M. Mohamed Najem Abhay, , est né en 1955 à Boukraâ.
Titulaire en 1982 d’une licence en droit public (section administration locale) de la faculté des sciences juridiques de Rabat, M. Najem Abhay a intégré la délégation régionale de l’habitat et de l’urbanisme de Laâyoune en tant qu’assujetti au service civil en 1983, pour être promu par la suite au poste d’administrateur adjoint à l’Administration centrale du ministère de l’Artisanat et des affaires sociales.
En 1988, il a été nommé délégué provincial du ministère de l’Artisanat et des affaires sociales à la province de Laâyoune, puis délégué régional du même département pour la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia Al Hamra. En juillet 2004, il a été nommé gouverneur de la province de Boujdour
Outre ses fonctions administratives, M. Abhay a été membre du conseil municipal de Laâyoune et du conseil de la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia-Al Hamra.

M. M’hammed Kerdouh, né en 1952 à Youssoufia, dans la province de Safi.
Après un diplôme d’ingénieur des travaux ruraux, il rejoint le département de l’Agriculture et du développement rural, où il a été nommé au Centre d’investissement agricole du Haouz en 1976.
M. Kerdouh a rejoint ensuite la direction de l’Equipement rural où il a supervisé l’activité des deux centres d’investissement du Gharb et du Loukous, avant d’être nommé chef du service grands cercles à la même direction.
En 1991, il a occupé le poste de chef de division de l’irrigation et des équipement ruraux au sein de la direction de l’Equipement rural, avant d’être promu directeur du centre d’investissement agricole du Loukous en 1993, puis de celui de Melouiya en 1998.
En 2003 il a été nommé directeur des équipements hydro-agricoles au ministère de l’Agriculture et du développement rural.
En juillet 2004, il a été nommé par SM le Roi gouverneur de la province de Sidi Kacem.

M. Maâti Oudades, est lauréat de l’Institut Supérieur de l’Information et de la communication.
Le 28 octobre 1977, il rejoint le ministère de l’Information assujetti au service civil. Le 1-er décembre de la même année, il intègre l’école de perfectionnement des cadres du ministère de l’Intérieur à Kénitra où il a passé deux années de formation, au bout desquelles il a été nommé, le 22 décembre 1979, caïd attaché à l’administration centrale du ministère de l’Intérieur.
Il remplira la même fonction, à partir du 19 mars 1983, à Oulad Bouâziz sud relevant de la province d’El Jadida, et du 6 octobre 1990 à Oulad Bouâziz nord.
Le 10 août 1994, il a été promu chef du cercle de Sidi Ismaïl dans la province d’El Jadida. Le 1-er février 2001, M. Oudades a été nommé secrétaire général de la province de Taourirt, avant d’être nommé gouverneur de la province de Tata en juin 2005.

M. Abderrahmane Ben Ali, né le 1er Novembre 1956 à Settat.
Titulaire d’une Licence en Droit Public et lauréat de l’Ecole de Perfectionnement des Cadres de l’Intérieur, M. Ben Ali a été nommé en Juillet 1984, Caïd à Kelâat Sraghna.
Il a aussi occupé de Caïd à la Caïdat de Sidi Bou Othmane, dans la même Province le 03 Août 1984, puis il a été promu 1er Khalifa du gouverneur de la Province Kelâat Sraghna en Septembre 1986
M. Abderrahmane Ben Ali a été nommé, Chef du Cercle de Rhamna le 10 Août 1994. Le 1er Février 2001 a été promu Secrétaire général de la préfecture de Salé-Médina.
Le 22 juin 2005, il a été nommé par SM le Roi Mohammed VI, gouverneur de la Province de Boulemane

M. Mustapha El Khadri, né en 1947.
Titulaire d’un DES en Droit de la faculté de droit de Rabat et d’un DESS en audit et contrôle de gestion de l’IAE en France, M. Khadri est aussi lauréat du cycle supérieur de gestion de l’ISCAE.
Il était notamment inspecteur des finances à l’IGF (inspection générale des finances), contrôleur financier, chef de division à la Direction des Etablissements Publics et des Participations au ministère des Finances et de la privatisation (1987-2000) avant d’occuper la fonction de Directeur adjoint du budget (2000-2003) au même département.
En 2003, M. Khadri a été nommé Directeur des Affaires administratives au ministère de l’Intérieur.

M. Mohamed Ali Habouha, est né le 13 janvier 1962 à Tan-Tan.
M. Habouha a débuté sa carrière administrative en 1990 au port de Casablanca, puis à Agadir avant d’être chargé du port de Laâyoune en 1991.
Il a également servi en qualité de directeur de projet d’Unité d’exploitation de crustacés en 1997 et de secrétaire général à l’Administration centrale du ministère de l’Intérieur en 2004.
M. Habouha a aussi occupé le poste de secrétaire général, détaché au cabinet du wali de la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra.
Il a été nommé en mars 2010 gouverneur de la province de Tarfaya.

Bouchaïb Rmail, ancien préfet de police de Casablanca directeur de la sécurité publique au sein de la Direction générale de la sûreté nationale à Rabat, est connu et reconnu pour être un homme qui va jusqu’au bout de ses ambitions. Il l’a prouvé dans son parcours professionnel en démontrant sa tenacite dans son parcours universitaire. Samedi 18 septembre 2004, Bouchaib Rmail s’est vu décerner à l’Université de Fès le titre de docteur d’Etat en matière de droit., MR Rmail a soutenu, avec brio, une thèse pour l’obtention de ce titre qui lui tenait à cœur depuis qu’il était à la tête de la préfecture de police de Casablanca. Sous le thème “la criminalité informatique au Maroc”, sa thèse n’a pas laissé indifférents les membres du jury qui lui ont accordé la mention très respectable et estimable qu’est “très bien” avec une recommandation de publication. L’ensemble de l’assistance, venue en force de Rabat et de Casablanca, a pu donc apprécier le travail “théorique” de ce grand praticien de la sûreté qu’est Bouchaib Rmail.

25 novembre, 2010

SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SM LE ROI MOHAMMED VI INAUGURATION PAR SAR LE PRINCE MOULAY RACHID MERCREDI 24 NOVEMBRE 2010, de l’exposition itinérante « Le Maroc et l’Europe, six siècles dans le regard de l’autre « , organisée à la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc (BNRM-

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 3:18

SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SM LE ROI MOHAMMED VI INAUGURATION  PAR SAR LE PRINCE MOULAY RACHID MERCREDI 24 NOVEMBRE 2010, de l'exposition itinérante laproductionduneexpositionitinerante.pdf


124.jpg

moulayrachidg.jpgA cette occasion, SAR le Prince Moulay Rachid a visité les différents rayons de cette exposition,
qui comporte
documents,
livres,
gravures,
tableaux,
bijoux
et divers autre articles retraçant l’histoire du Maroc avec l’Europe depuis la fin du 15è siècle jusqu’à nos jours.
A son arrivée, SAR le Prince Moulay Rachid a passé en revue une section des Forces auxiliaires qui rendait les honneurs, avant d’être salué par MM. Bensalem Himmich, ministre de la Culture, Mohamed Ameur, ministre délégué chargé de la Communauté marocaine résidant à l’étranger et Driss Yazami, président du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME).
SAR le Prince Moulay Rachid a également été salué par le secrétaire général de la préfecture de Rabat, le Commandant de la place d’armes de Rabat-Salé, le président du Conseil communal de Rabat, le Secrétaire général du ministère chargé de la Communauté marocaine résidant à l’étranger, le Secrétaire général du CCME, le directeur de la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc, le président du centre de la culture judèo-marocaine (CCJM) à Bruxelles, commissaire de l’exposition, ainsi que par Mme la commissaire de l’exposition.
Produite par le CCJM et le CCME, cette exposition itinérante, qui a connu un franc succès auprès du public et de la presse à Bruxelles, est visible pour le public marocain jusqu’au 31 décembre prochain, avant d’entamer une grande tournée internationale (Séville, Anvers, Amsterdam, Paris).

pour information

Du 24 novembre au 31 décembre 2010, la Bibliothèque Nationale du Royaume du Maroc accueille l’exposition « le Maroc et l’Europe, six siècles dans le regard de l’Autre » ; un véritable voyage d’exploration à travers six siècles d’histoire commune.
Des concerts, des conférences et des activités centrées sur l’histoire et le patrimoine commun entre les deux rives de la Méditerranée sont proposés au public en parallèle à l’exposition, mettant en lumière la profondeur de l’histoire des relations entre le Maroc et l’Europe, dont la densité et l’ancrage restent encore trop méconnus.
En offrant au public un nombre impressionnant de pièces d’une collection aussi exceptionnelle que diversifiée, cette exposition nous emmène dans les détours d’une mémoire commune et oubliée.
Entre le Maroc et l’Europe, la fascination et la curiosité ont marqué des périodes habilement mises en scène dans un parcours symbolique et surprenant. Entre pouvoir, savoir et création artistique, les traces laissées par les voyageurs, diplomates, peintres, écrivains, artisans d’hier et travailleurs d’aujourd’hui séduisent autant qu’elles questionnent sur une mémoire lacunaire comme sur notre manière de voir le présent et d’envisager l’avenir.

« Six siècles dans le regard de l’autre »
Une exposition sur les liens entre l’Histoire du Maroc et de l’Europe

Zohra El-Fassiya, une pionnière du Melhoun, exposée prochainement à Rabat dans le cadre de cette exposition./DR

./DR

Du 14 octobre au 14 du mois suivant, Bruxelles accueillera – tout d’abord – une exposition intitulée “Le Maroc et l’Europe: six siècles dans le regard de l’autre” avant que celle-ci n’arrive en novembre prochain au Maroc.

Une exposition itinérante

“Le Maroc et l’Europe : six siècles dans le regard de l’autre” sera en effet exposée à la Bibliothèque Nationale du Royaume à Rabat du 24 novembre au 31 décembre 2010, avant de continuer sa tournée à Anvers (Belgique) et à Séville (Espagne) en 2011 ainsi que Paris, Londres, Amsterdam et New York.

Ainsi, ce rendez-vous artistique sur le lien Maroc/Europe fera le tour des grandes places d’art du monde.

Sept modules au travers du temps
mpauldahan.jpg—Paul Dahan, Bruxelles, né à Fès, psychanalyste, directeur du Centre de la culture judéo-marocaine (CCJM), il a organisé plusieurs expositions et manifestations en Europe et aux Etats-Unis sur le judaïsme marocain.———
Fruit d’une idée du Centre de la culture judéo-marocaine et du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger, avec le concours de nombreux partenaires, ce projet prend son sens au regard de la Déclaration conjointe Union Européenne/Maroc du 13 octobre 2008, accordant à ce dernier le statut avancé [ndlr. permettant un renforcement global des relations avec l'Europe].

Dans les différents endroits où l’exposition s’installera, le public pourra visiter les sept modules de l’évènement qui, selon le communiqué de l’évènement, “mettent en évidence l’importance de l’imaginaire tant dans la tête des Européens entrés en contact avec le Maroc que dans l’esprit des Marocains à l’égard du monde occidental”.

Parmi ces sept modules, composés de tout document constituant mémoire (manuscrits, cartes, tableaux et dessins, documents postaux…) et réalisés chronologiquement, Traces du passé.
L’exposition s’articule ainsi autour de sept modules distincts.
Traces du passé. L’autre, mon meilleur ennemi (jusqu’au 16ème siècle)

Corsaires et captifs. L’autre, un adversaire à maîtriser (16ème – 17ème siècles)

L’équilibre de la distance. L’autre, une curiosité (17ème – 18ème siècles)

Une rencontre avortée. L’autre, source de richesse (18ème – 19ème siècles)

Le basculement. L’autre, un sujet ambivalent (19ème -1912)

Le Protectorat. L’aliénation maîtrisée (1912-1956)

Le partenariat. L’autre, un sujet comme moi (1956-2010

En somme, ce rendez-vous sera une belle occasion de mieux connaître l’Histoire du Maroc et ses liens avec l’Europe.

Muriel Tancrez

-Par Mohamed Chennouni–.

Une manifestation d’envergure qui se veut un exceptionnel déploiement de documents historiques et d’œuvres d’art récentes, savamment agencés, pour témoigner de ces relations séculaires tissées des siècles durant entre le Royaume et le Vieux continent.

Allant des premières traces laissées par les diplomates et autres voyageurs jusqu’à l’aboutissement à l’accord du Statut avancé entre le Maroc et l’Union européenne, cette exposition jettera la lumière sur les histoires singulières et croisées entre le Royaume et l’Europe, sur la diversité et le rapport avec l’Autre.

Elle mettra en relief, également, les grandes avancées réalisées par le Maroc ainsi que le rôle de passerelle que le Royaume a, de tout temps, joué entre les deux rives de la Méditerranée, a indiqué dans un entretien à la MAP, le commissaire de l’exposition et président du Centre de la culture judéo-marocaine (CCJM), M. Paul Dahan.

Pour ce psychanalyste de formation, « les objets exposés parlent et émeuvent d’eux-mêmes. Ils permettent de voir les similitudes et les différences et sont une manière de comprendre l’Autre ».

D’où l’intérêt de présenter des dizaines de manuscrits originaux, de nombreux tableaux et photographies et des gravures qui retracent les relations et rapports établis entre les deux parties sur plusieurs siècles, a-t-il ajouté.

Débats, conférences, ateliers, projections de films, soirées musicales et activités sur l’art de vivre figurent également au menu de cette manifestation, montée par le CCJM en partenariat notamment avec le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME).

Se déclinant en sept modules, l’exposition s’érigera en un espace de dialogue prônant la diversité et l’ouverture sur la différence car, selon M. Dahan : « chaque individu est singulier et a une histoire différente « .

 » Plus on s’ouvre à la différence, mieux on la comprend, et partant on est plus riche et plus fort intérieurement », a-t-il expliqué.

Pour ce faire, plusieurs espaces de la capitale européenne seront investis se transformant volontairement en galeries d’art, centres de débats, scènes de spectacles et ateliers.

Outre un panel réunissant d’éminentes personnalités marocaines et européennes autour de thèmes traitant des relations bilatérales, cette manifestation offre aussi l’opportunité de découvrir le Maroc profond à travers son histoire, ses traditions, sa musique et même son art culinaire.

Des spectacles et autres présentations artistiques conçus pour la circonstance par des artistes marocains et européens sont programmés dans le cadre de cette grande exposition.

« Le Maroc et l’Europe: six siècles dans le regard de l’autre » mettra de même en évidence l’importance de l’imaginaire tant des Européens entrés en contact avec le Royaume que dans l’esprit des Marocains à l’égard du monde occidental, a-t- tenu à préciser.

Elle est à même d’éveiller les consciences à une identité marocaine qui, ouverte sur le monde, n’en préserve pas moins une spécificité qui s’exprime dans les productions des artistes marocains contemporains ainsi que dans un savoir-faire reconnu tant dans les domaines commerciaux que culturels.

En faisant le lien avec le passé, l’objectif de l’exposition est également de démonter « les clichés » véhiculés dans le présent afin d’encourager le respect mutuel et le dialogue d’une rive à l’autre de la Méditerranée.

En raison du caractère « très vaste » du thème choisi et des spécificités historiques, a-t-il fait remarquer, l’accent sera mis sur les relations unissant la France, l’Espagne, l’Angleterre et les Pays-Bas, d’une part, et le Maroc, d’autre part.

Et M. Dahan de souligner qu’une attention toute particulière est également portée aux relations entre la Belgique et le Maroc, tant en raison du lieu où cette exposition prend naissance que de l’importance de la communauté marocaine établie en Belgique.

Outre la richesse de la bibliothèque et de la collection « Dahan-Hirsch », le Centre a noué des partenariats avec les collectionneurs et institutions pour alimenter le contenu de cette exposition, a-t-il précisé.

Après Bruxelles, l’exposition passera par la Bibliothèque Nationale du Royaume du Maroc (24 novembre-31 décembre) avant de sillonner Anvers (Belgique), Séville (Espagne), Paris (France), Londres (Grande-Bretagne), Amsterdam (Pays-Bas) et New York (Etats Unis).

23 novembre, 2010

SAR la Princesse Lalla Salma préside la clôture de l’AG de l’ALSC Rabat- A l’occasion de la journée nationale de lutte contre le cancer, SAR la Princesse Lalla Salma a présidé, lundi au Palais des Hôtes à Rabat, la clôture de l’Assemblée générale ordinaire de l’exercice 2009 de l’Association Lalla Salma de lutte contre le cancer (ALSC), ainsi que la cérémonie de remise des prix national et international pour l’année 2010.—-

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 9:57

SAR la Princesse Lalla Salma préside la clôture de l'AG de l'ALSC Rabat- A l'occasion de la journée nationale de lutte contre le cancer, SAR la Princesse Lalla Salma a présidé, lundi au Palais des Hôtes à Rabat, la clôture de l'Assemblée générale ordinaire de l'exercice 2009 de l'Association Lalla Salma de lutte contre le cancer (ALSC), ainsi que la cérémonie de remise des prix national et international pour l'année 2010.---- dans Liens pdf bullmaghrebdu23112010.pdf
124.jpg

sarlallasalma.jpg

SAR la Princesse Lalla Salma a procédé, à cette occasion, à la remise des prix international et national et à la distribution d’attestations de formations.
Cette année, le prix international est revenu au Laboratoire F. Hoffmann-La Roche pour les différentes recherches scientifiques menées dans le domaine du cancer, ainsi que ses activités sociales à travers le monde, et en particulier au Maroc à travers différents partenariats avec l’ALSC (programme d’accès aux médicaments, programmes de formation, de détection précoce des cancers du sein, soutien à la recherche scientifique…).
Ce prix a été remis au président directeur général de F. Hoffmann La Roche, Dr Franz B. Humer.
Le prix national a été attribué au Professeur Said Benchekroun, chef de service d’hémato-oncologie de l’Hôpital du 20 Août, au CHU de Casablanca.
Pr. Said Benchekroun a introduit l’hématologie clinique au Maroc (grâce au soutien de feu Pr. Noufissa Benchemsi), depuis plus de 20 ans, et a toujours œuvré pour son développement.
Il s’est personnellement engagé pour améliorer la prise en charge des malades, en particulier à travers l’Association AGIR (Association de soutien aux malades du sang et aux enfants cancéreux).
La remise d’attestations de formations, financées par l’ALSC, a concerné, cette année, les professionnels de la santé oeuvrant dans le domaine de la détection précoce du cancer du sein et du col de l’utérus et de la radiothérapie.
A l’occasion du cinquième anniversaire de sa création, l’ALSC a présenté ses différentes réalisations effectuées dans les domaines de lutte contre le cancer, en association avec le ministère de la santé et les différents partenaires nationaux et internationaux.
Il s’agit de l’élaboration d’un plan national de lutte contre le cancer et de différentes campagnes d’information et de prévention, ainsi que de la construction et équipement de centres d’oncologie.
Il s’agit également de la construction et équipement de centres d’onco-gynécologie, la construction de centres de détection précoce du cancer du sein et du col, la mise à disposition dans les centres publics de la majorité des médicaments nécessaires, l’humanisation de centres d’oncologie, ainsi que de la construction de maisons de vie.
Après la présentation du rapport moral et financier par le conseil d’administration et le commissaire aux comptes, aux membres, partenaires et donateurs et son approbation, différentes résolutions ont été adoptées par l’assemblée générale.
Les membres de l’assemblée générale ont félicité le conseil d’administration et la direction exécutive pour toutes ces actions menées, qui ont entraîné une mobilisation nationale et internationale contre ce fléau.
Lors de cette assemblée générale, le conseil d’administration de l’ALSC a remercié les différents membres de l’AG pour leur confiance et leur soutien à l’Association.
Ont assisté à cette manifestation, tous les membres du conseil d’administration, les membres nationaux et internationaux du conseil scientifique et les différents partenaires et donateurs.

Que Dieu protege notre first lady

Pour Dr Franz B. Humer, Président du Groupe Roche,

« Ce prix témoigne de la reconnaissance de nos efforts au Maroc, pour soigner des personnes démunies atteintes du cancer. Le programme développé en partenariat avec l’Association Lalla Salma a bénéficié à un nombre important de patients à faibles revenus et notre honneur de recevoir ce prix de l’Association Lalla Salma de lutte contre le Cancer (ALSC) est tout simplement immense ».

Pour le Dr Sami Zerelli, Directeur Général de Roche en Afrique du Nord,

« L’engagement personnel de son Altesse Royale La Princesse Lalla Salma, a permis de faire progresser de manière spectaculaire au cours des dernières années le nombre de bénéficiaires de traitements anticancéreux. »

Cinquième anniversaire de L’ALSC: un bilan positif et d’importants acquis
Rabat- L’Association Lalla Salma de lutte contre le cancer (ALSC), qui célèbre son cinquième anniversaire, coïncidant avec la journée nationale de lutte contre le cancer, a réalisé un bilan positif et d’importants acquis.
Selon le rapport 2009 de l’ALSC présenté lors de l’assemblée générale, dont la clôture a été présidée par SAR la Princesse Lalla Salma, l’accès aux soins dans les structures spécialisées au Maroc est passé de 11.500 en 2005 à 20.000 patients en 2009.
L’exercice 2009 a connu l’élaboration d’un plan national de prévention et de contrôle du cancer (PNPC), la mise en place d’un programme d’accès aux médicaments innovants pour les personnes nécessiteuses et le développement d’un véritable partenariat entre l’association et plusieurs institutions et ONG nationales et internationales.
La dernière année a connu aussi la reconnaissance de l’ALSC aux niveaux national et international comme acteur incontournable de la lutte contre le cancer au niveau de la région de la Méditerranée Orientale (EMRO).
En ce qui concerne le PNPC, le rapport souligne que ce plan, qui a pour objectif de réduire la morbidité et la mortalité dues aux cancers et d’améliorer la qualité de vie des patients et de leurs proches, se compose de 78 mesures opérationnelles réparties sur la prévention, la détection précoce, la prise en charge diagnostique et thérapeutique, les soins palliatifs et les mesures d’accompagnement.
S’agissant du programme de détection précoce des cancers du sein et du col utérin, le rapport relève le lancement, l’année dernière, d’un projet pilote pour la détection précoce du cancer du sein dans la préfecture de Skhirat Témara.
1.134 femmes âgées entre 45 et 70 ans ont participé au dépistage du cancer du sein, 232 d’entre elles ont été référées au centre de référence chez le gynécologue, 120 ont bénéficié d’une mammographie et 4 cas de cancer ont été diagnostiqués.
L’année 2009 a connu également le démarrage de la stratégie médicaments qui a pour objectif d’atteindre un taux de 100 pc d’accès aux médicaments pour les patients à revenu modeste sans couverture médicale, précise le rapport.
La stratégie est axée notamment sur le développement des protocoles thérapeutiques, la garantie des médicaments dans les différents centres publics, le développement des compétences du personnel, l’élaboration du processus et des normes de distribution et d’utilisation des médicaments.
Par ailleurs, le programme ACCESS, lancé à Agadir en 2007 et développé à Casablanca, Rabat, Oujda et Al Hoceima, a permis l’accès aux médicaments et à l’égalité des soins, indique le rapport.
Le montant global de ce programme, qui concerne tous les centres publics d’oncologie du Royaume, s’est chiffré à 90 millions de dirhams (MDH) en 2009.
Selon le rapport, en 2009, les maisons de vie d’Agadir et de Casablanca ont permis d’accueillir plus de 2.500 patients et accompagnants.
Ces résultats ont été obtenus grâce à l’implication inconditionnelle et la participation effective de SAR la Princesse Lalla Salma, présidente de l’ALSC, au dévouement des membres de l’association et au soutien du ministère de la Santé et de tous les professionnels de la santé.
A l’occasion de la journée nationale de lutte contre le cancer, SAR la Princesse Lalla Salma a présidé, lundi au Palais des Hôtes à Rabat, la clôture de l’Assemblée générale ordinaire de l’exercice 2009 de l’ALSC, ainsi que la cérémonie de remise des prix national et international pour l’année 2010.
SAR la Princesse Lalla Salma a procédé, à cette occasion, à la remise des prix international et national et à la distribution d’attestations de formations.

21 novembre, 2010

LA FEDERATION AFRICAINE DE TOSCANE S ELEVE CONTRE LA DESINFORMATION DONT USENT LES ADVERSAIRES DU MAROC POUR NUIRE A SON IMAGE–PARIS 20/11/10- Des centaines de personnes se sont rassemblEes, samedi après-midi à Paris, pour soutenir le Maroc contre la propagande mensongEre du polisario et l’acharnement de certains mEdias alignEs sur les thEses sEparatistes, suite aux incidents de LaAyoune.Amman, 21/11/10- Le Maroc a gagné la bataille médiatique face aux allégations du polisario, de l’Algérie et des média espagnols sur les événements survenus le 8 novembre dernier à Laâyoune, a souligné dans son édition de dimanche le journal jordanien « Addoustour ».—-L’OMDH réitère sa ferme condamnation des actes criminels de Laâyoune

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 10:24


124.jpg

Rome, 20/11/10- La Fédération africaine de Toscane (FAT) s’est élevée avec force contre la désinformation dont usent les adversaires du Maroc pour tenter de nuire à son image et donner crédit à leurs allégations.

« Une campagne de désinformation et d’instigation à la haine est conduite par l’Algérie et les séparatistes contre le Maroc », a observé le secrétaire général de la FAT, M. Yassine Belkassem, en dénonçant l’instrumentalisation par les adversaires de l’intégrité territoriale nationale des récents événements de Laâyoune, pour « tromper l’opinion publique et les institutions » italiennes.
Intervenant lors d’une conférence organisée récemment à Florence (Toscane, centre de l’Italie) par la Confédération générale italienne des travailleurs (CGIL), dont il est membre, il a exprimé « l’amertume » et « la contrariété » de la communauté marocaine de voir le département international de ce syndicat berner par les mensonges des adversaires et leurs allégations fallacieuses.
Regrettant ce « très grave épisode », M. Belkassem, qui est membre fondateur de la coordination de la CGIL des immigrés de Val d’Elsa/Sienne (Toscane), a qualifié d’ « inacceptable » que le Maroc soit désigné comme pays « occupant le Sahara » et de « grave et intolérable » que ledit département n’ait même pas attendu l’avis du Conseil de sécurité de l’ONU qui a, le 16 novembre, « condamné les séparatistes ».
Le secrétaire général de la FAT a appelé, « au nom de l’équité et de la démocratie », le département international de la CGIL à s’ouvrir notamment sur la société civile marocaine et à « lutter contre les préjugés, l’instigation à la haine et tout ce qui est de nature à toucher à nos sentiments d’hommes, de femmes et d’enfants et à dénigrer l’image d’un pays ami de l’Italie ».
M. Belkassem, qui est également président du réseau des associations de Marocains en Italie, a souligné que, le 8 novembre, « les forces de l’ordre sont intervenues avec un grand professionnalisme dans le camp de Gdim Izik à Laâyoune pour libérer des familles séquestrées par des bandes de criminels, de terroristes et séparatistes et pour mettre fin au détournement de l’objectif socio-économique (derrière le dressement de ce campement) et à la propagande séparatiste au service des intérêts politiques de l’Algérie ».
Il a, à cet égard, évoqué les méthodes « barbares » et « terroristes » de ces criminels lors du démantèlement du campement et les inqualifiables actes de vandalisme qu’ils ont perpétrés à Laâyoune, invitant l’assistance à consulter les enregistrements vidéo sur Internet pour se rendre compte de l’horreur des actes commis par la horde d’assassins qui s’est attaquée à la ville.
Lors de cette conférence, qui s’est articulée sur les thèmes de l’immigration, du travail et du racisme, M. Belkassem n’a pas manqué de rendre hommage à la communauté marocaine et africaine qui, comme les autres communautés étrangères, représentent, a-t-il dit, « une ressource précieuse économiquement, socialement et culturellement » pour l’Italie.

Paris, 20/11/10- Des centaines de personnes se sont rassemblées, samedi après-midi à Paris, pour soutenir le Maroc contre la propagande mensongère du polisario et l’acharnement de certains médias alignés sur les thèses séparatistes, suite aux incidents de Laâyoune.
manif.gif

Brandissant les drapeaux marocains et français, des portraits de SM le Roi Mohammed VI et plusieurs banderoles, les manifestants scandaient des slogans en faveur de la marocanité du Sahara et du plan d’autonomie proposé par le Royaume pour le règlement définitif de la question du Sahara.
Réunis au pied du « Mur de la paix », près du Champ de Mars, à l’initiative d’un groupe de jeunes étudiants marocains mobilisés sous la bannière « Pour le moindre grain de sable », les manifestants ont dénoncé les allégations mensongères du polisario quant à la réalité des événements qui se sont produits à Laâyoune, ainsi que le traitement fallacieux accordé par certains médias espagnols à ces incidents.
« Nous accusons la presse espagnole de complicité, pour son acharnement injustifié contre le Maroc et son alignement aveugle sur les thèses des séparatistes », a déclaré à la MAP Noufissa Charaï, l’une des initiateurs de ce mouvement.
« Certaine presse espagnole est toujours prête à poignarder le Maroc dans le dos quitte à bafouer les principes déontologiques du journalisme », s’indigne cette jeune étudiante, citant à titre d’exemple la publication par ces médias de photos d’enfants palestiniens blessés lors d’un raid israélien contre Gaza, en 2006, en prétendant qu’il s’agissait d’un cliché pris à Laâyoune, afin de « détourner l’attention de la communauté internationale et du conseil de sécurité en particulier ».
Cette mobilisation est un « devoir envers notre patrie », assure, pour sa part, Mohamed Ali Cherkaoui, un autre membre du groupe. « On ne pouvez pas voir se déchaîner une vile campagne de désinformation menée par la presse espagnole contre le Maroc et rester indifférents », ajoute-il.
Selon ce jeune étudiant, plusieurs participants à ce rassemblement se sont mis d’accord pour créer un groupe sur le réseau social Facebook, baptisé « Pour le moindre grain de sable », en référence à la fameuse citation de Feu SM Hassan II. Le groupe donnera ensuite naissance à une association, qui portera vraisemblablement le même nom.
Le rassemblement, auquel se sont joints des membres d’associations sahraouies venus notamment de l’Est et du Nord de la France, a été ponctué par l’intonation de l’hymne national et la chant du mythique refrain du groupe des Jil Jilala à la gloire du Sahara marocain « Laâyoune Ayniya ».
Dans un climat de piété et de ferveur, les manifestants ont déclamé la Fatiha pour le repos des âmes des martyrs parmi les membres des forces de l’ordre qui ont été sauvagement tués en plein exercice de leur fonctions par des bandes de repris de justice et de milices de polisario lors du démantèlement du camp Gdeim Izik, près de Laâyoune.
Les différents intervenants, qui se sont succédé à la tribune, ont souligné que les parties qui soutiennent le polisario et leurs revendications fallacieuses ne font que renforcer le risque du terrorisme qui guette toute la région, mettant l’accent sur les liens avérés entre le polisario et le groupe terroriste d’Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi).
Ils ont dénoncé avec force la responsabilité de l’Algérie dans le blocage de la construction du Maghreb et son opposition à toute tentative du HCR de recenser les populations sahraouies séquestrées sur son sol, dans les camps de Tindouf, en violation flagrante de tous les lois et traités internationaux auxquels ce pays a adhéré.
Arborant le portrait de Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, l’ancien inspecteur de la police du polisario, enlevé par les milices du Polisario, il y a deux mois à son retour aux camps pour défendre le plan d’autonomie auprès des siens, les intervenants ont condamné la fausse annonce de sa libération et appelé la communauté internationale à exercer la pression sur l’Algérie et le polisario pour exiger sa libération « effective et immédiate ».
La manifestation, qui a réuni pendant deux heures près de 300 personnes, s’est déroulée dans un esprit de responsabilité et s’est dispersée dans le calme.


jordan.gif
Evénements de Laâyoune: Le Maroc a gagné la bataille médiatique (journal jordanien)
LA FEDERATION AFRICAINE DE TOSCANE S ELEVE CONTRE LA DESINFORMATION DONT USENT LES ADVERSAIRES DU MAROC POUR NUIRE A SON IMAGE--PARIS 20/11/10- Des centaines de personnes se sont rassemblEes, samedi après-midi à Paris, pour soutenir le Maroc contre la propagande mensongEre du polisario et l'acharnement de certains mEdias alignEs sur les thEses sEparatistes, suite aux incidents de LaAyoune.Amman, 21/11/10- Le Maroc a gagné la bataille médiatique face aux allégations du polisario, de l'Algérie et des média espagnols sur les événements survenus le 8 novembre dernier à Laâyoune, a souligné dans son édition de dimanche le journal jordanien addoustourdudimanche21novembre2010.pdf

Amman, 21/11/10- Le Maroc a gagné la bataille médiatique face aux allégations du polisario, de l’Algérie et des média espagnols sur les événements survenus le 8 novembre dernier à Laâyoune, a souligné dans son édition de dimanche le journal jordanien « Addoustour ».
En réponse aux allégations mensongères du « polisario », de l’Algérie et des média espagnols visant à « tromper l’opinion publique internationale, le Maroc a choisi d’affaiblir ses adversaires en mettant à nu leurs mensonges », ajoute la publication.
« Addoustour » relève que la vidéo immortalisant les événements de Laâyoune a permis à « l’opinion publique internationale de découvrir pour la première fois la barbarie des séparatistes » au vu des scènes choquantes montrant « des mutilations de cadavres d’éléments de forces de l’ordre marocaines, outre les attaques contre les ambulances et les établissements publics, et les commandos munis d’armes blanches prêts à tuer le premier venu ».
Avec la décision des forces de l’ordre marocaines d’intervenir, le 8 novembre courant, pour la protection de l’intégrité physique des personnes séquestrées dans le campement de Gdim Izik, la bataille médiatique a été déclenchée par le +polisario+, l’Algérie et les média espagnols contre le Maroc, poursuit l’auteur de l’article.
Ainsi, les média espagnols se sont basés sur « les déclarations des séparatistes et des dirigeants du +polisario+ ainsi que sur les dépêches de l’Agence de presse algérienne officielle », relève le journal jordanien qui ajoute que « les média espagnols (en général) ne se sont pas donnés la peine de vérifier la véracité des informations et des photos qu’ils ont publiées ».
« Addoustour » revient aussi sur la publication par l’Agence de presse espagnole EFE de photos de bébés palestiniens blessés lors de l’offensive israélienne contre la bande de Gaza prétendant que ces photos ont été prises lors des événements de Laâyoune ainsi que sur la diffusion par la chaîne « Antena 3″ d’une photo d’un meurtre commis en janvier dernier par un jeune contre des membres de sa famille au quartier Sidi Moumen à Casablanca, présentée également comme survenu à Laâyoune.

Des journaux espagnols « ont, dès les premières heures, fait état de répression dans le sang sans précédent au Sahara », puis « le polisario et l’Algérie ont lancé une campagne médiatique pressant l’ONU à intervenir dans la région, et ce en manipulant l’opinion publique mondiale tout en affirmant qu’il y a un grand nombre de morts », rapporte le journal jordanien.
Le journal jordanien ajoute que les média algériens et espagnols ont rapporté ces informations comme étant la réalité, relevant que le trio « polisario-Algérie-média espagnols » a parlé, dès le déclenchement des actes de vandalisme à Laâyoune, de morts, de désobéissance civile et d’intifada dans les villes des provinces du sud tout en insistant sur l’existence de morts parmi les enfants et les personnes âgées ».
« Addoustour » souligne qu’avec le surgissement des vérités, « un grand nombre de journaux espagnols se sont pressés de présenter les excuses » alors que « le polisario et l’Algérie ont commencé à se rendre compte de leur pétrin pour avoir avancé des chiffres erronés ».
Le journal jordanien à grand tirage a estimé que le Maroc a d’abord mené sa contre-offensive en Espagne en dépêchant à Madrid le ministre de l’Intérieur, M. Taieb Cherqaoui, puis le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, M. Taib Fassi Fihri, à Bruxelles, précisant qu’il a été procédé dans les deux capitales européennes à la projection de la vidéo sur les événements de Laâyoune. Ainsi le Parlement européen a renoncé d’examiner la question sur ces événements.
La démarche marocaine a également donné ses fruits à New York où le Conseil de sécurité de l’ONU s’est contenté de déplorer les violences sans condamner le Maroc comme le souhaitaient ses adversaires, souligne « Addoustour ».

L’OMDH réitère sa ferme condamnation des actes criminels de Laâyoune

Dans une synthèse de son rapport sur ces événements, intitulé « Région de Laâyoune : Réalités et répercussions.. », L’OMDH dénonce vigoureusement les actes criminels ayant visé notamment les éléments des forces de l’ordre, dont certains ont été égorgés alors que les dépouilles d’autres ont été souillées.

Dans ce document, l’Organisation a fait observer que plusieurs membres des forces publiques ont été sauvagement tués, indiquant que de nombreux établissements et biens publics et privés ont été incendiés, alors qu’aucun enlèvement n’a été enregistré.

L’OMDH a annoncé qu’il a décidé avec plusieurs autres ONGs d’effectuer une étude et faire une analyse des événements survenus dernièrement à Laâyoune, compte tenu de leur ampleur et de la gravité des actes de violence enregistrés lors des affrontements.

L’Organisation explique que cette étude et analyse du contexte des événements et des incidents encourus interviennent pour « la mise en Âœuvre des principes d’équité, de la réparation individuelle et collective, d’égalité, de la primauté de loi, de la gouvernance et la diffusion des valeurs de la paix et de la citoyenneté ».

Elle présente dans ce document une chronologie des événement après avoir procéder à la collecte et la classification des informations concernant les affrontements violents dans la ville de Laâyoune, après l’intervention des forces publiques, composées d’éléments de la gendarmerie et des Forces auxiliaires, pour le démantèlement du campement Gdeim Izik dressé dans la zone de Lamriate (à 18 Km à l’Est de la ville) pour revendiquer leurs droits au logement et à l’emploi.

L’organisation a indiqué qu’elle a, concernant la chronologie des événements, adopté « une approche interactive par un suivi continu de l’évolution que peut connaître l’acte de protestation.

L’OMDH a ainsi procédé à l’audition des différentes parties qui ont dressé les tentes, la détermination de leurs positions et leurs revendications en relation avec l’évolution des protestations, l’information de l’opinion publique de ces développements.

Elle a, également, procédé à l’organisation de plusieurs réunions et le suivi des rencontres de dialogue entre les autorités publiques et le comité de dialogue représentant les habitants ayant dressé des tentes ainsi qu’au suivi et à la diagnostique des affrontements entre les forces de l’ordre et le groupe opposé à l’accord conclu entre les autorités publiques et le comité de dialogue représentant les habitants du campement ainsi qu’au suivi des événements de violence affligeants qu’ a connu la ville /région de Laâyoune.

Concernant les décisions prises par les autorités publiques, l’Organisation a enregistré que les autorités judiciaires ont pris un nombre de décisions depuis la mise en place des tentes jusqu’a la fin des évènements qui ont secoué la ville notamment la décision prise le 7 novembre par le procureur général du Roi relative au démantèlement du campement tout en veillant à la protection de la sécurité physique des habitants qui s’y trouvent, et l’ouverture d’une enquête pour élucider les circonstances du décès de M. Mahmoud Lakraa à l’hôpital après avoir été heurté par un véhicule le jour du déclenchement des actes de vandalisme.

L’Organisation cite, dans ce sens, également la décision prise le 12 novembre relative à la mise en liberté de 120 détenus, dont des mineurs, pour absence de preuves attestant de leur participation aux actes de violence, le transfert de 7 détenus au tribunal militaire à Rabat (14 novembre) et la saisie de véhicules et des dizaines de sabres, de poignards, de cocktails Molotov et de bonbonnes de gaz.

22/11/2010 08:16.
(MAP)

19 novembre, 2010

SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, preside à Bouknadel, la ceremonie d’ouverture de la Campagne Nationale de Solidarite (SALE)-

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 18:19


124.jpg

SM LE ROI MOHAMED VI

- Le Souverain inaugure à cette occasion le Centre Associatif Solidaire réalisé pour un coût de 22 millions de dirhams.
- Sa Majesté le Roi, que Dieu L’assiste, pose la première pierre du projet de construction du Centre de formation aux techniques agricoles qui mobilisera une enveloppe de 22,870 MDH.
Cette cérémonie a eu lieu au Centre Associatif Solidaire que le Souverain a inauguré à cette occasion comme Il a posé la première pierre du projet du Centre de formation aux techniques agricoles.
La 13ème Campagne Nationale de Solidarité est organisée par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité sous la Présidence effective de Sa Majesté le Roi, que Dieu L´assiste. Cette campagne, qui est symbolisée par la devise « Tous unis pour aider les démunis », confirme une nouvelle fois, l’attachement de tous les marocains aux valeurs de solidarité, tous unis pour contribuer aux actions et aux projets réalisés par la Fondation au profit de millions de personnes à travers toutes les régions du Royaume.
A Son arrivée, le Souverain a été accueilli par les membres du Conseil d’Administration de la Fondation Mohammed V pour la Solidarité.
Après avoir inauguré le Centre Associatif Solidaire, Sa Majesté le Roi s’est enquis des missions du centre et a effectué une visite dans ses différents espaces.
Le Centre Associatif Solidaire a été réalisé par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité sur une superficie de 6 ha pour un coût de 22 millions de dirhams.
Il vise la valorisation des ressources des associations à travers la formation et l’ingénierie. Comme il répond à leurs besoins en mettant à la disposition des associations des structures adaptées à leurs programmes d’encadrement pédagogique ainsi que d’animation sportive, culturelle et ludique au profit de leurs bénéficiaires.
Aussi, il a été conçu selon une
dimension bipolaire et comporte un pôle de formation qui comprend une salle de conférences, 3 salles de séminaires, une salle informatique, une salle de lecture, une salle de projection et 2 salles de cours, et un pôle loisirs et encadrement culturel, sportif et pédagogique qui comporte un bloc résidentiel (avec studettes, dortoirs, réfectoire et cuisine), un espace pour le camping, les sports et les loisirs (terrains de sport, piscine, ateliers, théâtre en plein air) et une ferme pédagogique destinée à l´initiation des enfants et adolescents aux techniques d’élevage, d’arboriculture et de la culture hydroponique, maraîchage …
Tout au long du parcours et des espaces traversés, le Souverain s’est informé des activités de 73 associations présentes au centre, ainsi que des programmes que développent les réseaux des volontaires composés de jeunes lycéens et étudiants au profit des écoles surtout de la Région de Rabat- Salé et qui traduisent l’adhésion de la jeunesse marocaine aux valeurs de citoyenneté et de solidarité.
Sa Majesté le Roi a par ailleurs remis des chèques de soutien à diverses associations. Cette action, qui traduit la sollicitude de SM le Roi, que Dieu L’assiste à l´égard du mouvement associatif, couvre cette année 16 associations en provenance de diverses provinces du Royaume et qui développent diverses activités d’un impact significatif sur leur environnement. Les dons accordés répondent aux besoins de ces associations pour la réalisation d’actions identifiées en matière d’éducation, de formation, d’animation culturelle et sportive ou encore des activités génératrices de revenus et des programmes de développement durable.
Avant de quitter les lieux de la cérémonie, Sa Majesté le Roi a reçu les membres du comité de soutien de la Fondation. Ce comité participe activement aux programmes de la Fondation et au financement de ses actions.
Sa Majesté le Roi a par ailleurs procédé à la pose de la première pierre des travaux de construction du centre de formation aux techniques agricoles. Ce centre (mitoyen au centre associatif solidaire) sera réalisé par la Fondation Mohammed V et géré par l´OFPPT. Dédié exclusivement à la formation et à la qualification des jeunes dans le domaine agricole, il sera édifié sur 3 ha et comprendra outre les salles de cours pédagogiques, divers ateliers de maintenance, de froid industriel, de logistique, de traitement et conditionnement des fruits et légumes, de produits laitiers en plus de laboratoires. Ce centre qui disposera d’un internat mobilisera une enveloppe de 22,870 MDH dont 10 MDH pour la construction (Fondation Mohammed V) et 12,870 MDH pour les études et les équipements (OFPPT).

HAPPY BIRTHDAY POUR SAR LA PRINCESSE LALLA HASNA la princesse séduction –Rabat – Le peuple marocain et la Famille Royale celebrent vendredi l’anniversaire de SAR la Princesse Lalla Hasna, qui a deploye des efforts louables et considerables pour la defense et la protection de l’environnement. UNE OVATION POUR L ENGAGEMENT DE NOTRE ALTESSE ROYALE -SANTE ET BONHEUR POUR ELLE

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 2:51


124.jpg

llhasna.jpg
http://www.digitalbookindex.com/index.cgi
Rabat – Le peuple marocain et la Famille Royale celebrent vendredi l’anniversaire de SAR la Princesse Lalla Hasna, qui a deploye des efforts louables et considerables pour la defense et la protection de l’environnement.
biographie de son altesse royale LALLA HASNA
S’inscrivant dans la tradition consacree par les membres de l’illustre Famille Royale, SAR la Princesse Lalla Hasna, s’est investie, des son jeune age, dans des activitees au service de la societe marocaine, portant un interet particulier aux questions sociales, culturelles et environnementales.

Grace aux initiatives multiples et valeureuses qu’elle a prises dans ce domaine, Son Altesse Royale a reussi à promouvoir la culture environnementale. Parmi ces initiatives, figurent notamment les « Campagnes de proprete des plages », lancees en juin 1999 par l’institution du Prix de « La plage publique la plus belle et la plus propre au Maroc ».
lallahasna1.jpg
Ce Prix est decernee chaque annee à la meilleure plage du Royaume. Il vise a  recompenser l’effort deploye aussi bien par les autorites locales que par les ONG, constituees en grand nombre, dans le sillage des campagnes d’entretien des plages. C’est dans ce cadre et pour soutenir cet elan, mobiliser toutes les synergies, principalement la societe civile, qu’a ete creee en 2001 la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, dont la presidence a ete confie à SAR la Princesse Lalla Hasna.

SAR la Princesse Lalla Hasna s’interesse, egalement, de plus pres aux differents projets à caractere environnemental. Son effort en la matiere est, à n’en point douter, un franc succes, en ce sens que plusieurs entreprises publiques et privees pretent, dorenavant, attention au domaine et s’associent à la promotion de la protection de l’environnement.

Le Prix de « La plage publique la plus belle et la plus propre au Maroc » est assorti de diverses autres distinctions crees par SAR la Princesse Lalla Hasna, dont le Prix des « Jeunes reporters pour l’environnement » (2002), celui de la « Photographie » (2003), tous deux decernes annuellement à l’occasion de la journee internationale de l’environnement.

Les efforts consentis par SAR la Princesse Lalla Hasna en matiere de preservation de l’environnement, ont ete couronne par la designation de Son Altesse Royale, en 2007, « Ambassadrice de la cote aupres des Nations unies » par le programme regional euro-mediterraneen pour l’environnement (SMAP III), appuye par les Nations unies.

Ce prestigieux titre vient s’ajouter à l’hommage rendu à SAR la Princesse Lalla Hasna le 14 decembre 2006 lors d’une ceremonie durant laquelle le president du directoire de la societe marocaine de dragage des ports et president de la section africaine du CEDA (Central Dredging Association), a remis à Son Altesse Royale la medaille des « Dredging days 2006″.
lallahasna.jpg
SAR la Princesse Lalla Hasna, avait preside, en fevrier 2009 à Rabat, la ceremonie de signature d’une convention-cadre pour le developpement durable des zones cotieres de la Reserve de la biosphere intercontinentale de la Mediterranee.
llhasna.jpg
Cette convention comporte plusieurs axes, dont la conservation et la valorisation de la biodiversite, la conservation des eaux et des sols, ainsi que la prevention et la lutte contre les incendies de forets. Elle concerne aussi la valorisation des plantes aromatiques et medicinales et le reboisement et l’amenagement d’espaces verts.
lalahasna.gif
Dans le cadre de ses efforts visant la protection de la nature, Son Altesse Royale a ete recue, en mars dernier à Washington, par la secretaire d’Etat americaine, Mme Hillary Clinton, avec laquelle Son Altesse Royale a notamment evoque les realisations et les projets de la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement, que preside Son Altesse Royale.
sarlalahasna.jpg
Au cours de Sa visite aux Etats-Unis, SAR la Princesse Lalla Hasna a eu egalement des entretiens avec l’administrateur de l’Agence americaine de la protection de l’environnement, Mme Lisa Jackson.

SAR Lalla Hasna, qui accorde egalement un interet particulier à la protection de l’enfance avait inaugure, au cours du meme mois à Casablanca, le Centre Lalla Hasna des enfants handicapes abandonnes, dont les travaux de renovation et d’equipement ont necessite une enveloppe de 2,73 millions DH.
HAPPY BIRTHDAY POUR SAR LA PRINCESSE LALLA HASNA la princesse séduction --Rabat - Le peuple marocain et la Famille Royale celebrent vendredi l'anniversaire de SAR la Princesse Lalla Hasna, qui a deploye des efforts louables et considerables pour la defense et la protection de l'environnement. UNE OVATION POUR L ENGAGEMENT DE NOTRE ALTESSE ROYALE -SANTE ET BONHEUR POUR ELLE dans Liens
Son Altesse Royale la Princesse Lalla Hasna a preside, en octobre 2009, la ceremonie d’ouverture du 8eme Congres international des femmes investisseurs arabes avec la participation de pays et d’organisations regionales, nationales et internationales.
sarlalahasna1.jpg
SAR la Princesse Lalla Hasna preside aussi plusieurs autres ONG, notamment l’Association marocaine des Villages « SOS-enfants », l’Association marocaine de lutte contre la myopathie, l’Association marocaine d’aide à l’enfant malade (AMAEM), l’Association Al-Ihsane, la Ligue nationale des femmes fonctionnaires des secteurs public et semi-public et la Societe marocaine d’archeologie et du patrimoine (SMAP).
2llalahasnamariee.jpg
Son Altesse Royale avait presidÃe, en avril dernier à Tanger, la ceremonie d’inauguration de la 14eme edition du Salon international des livres et des arts (SIT), tenue sous le theme « Dire notre planete, ses hommes, ses terres et ses mers ».

Au cours du meme mois, SAR La Princesse Lalla Hasna avait preside la ceremonie d’inauguration officielle de l’Espace Ecologie sur l’esplanade des Oudayas à Rabat, à l’occasion de la celebration de la journee de la Terre.

SAR La Princesse Lalla Hasna avait preside, en juin dernier à Fes, la ceremonie de reouverture du parc Jnane Sbil de Fes apres sa rehabilitation par la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement.

Son Altesse Royale a preside, en octobre dernier à Tanger, la ceremonie d’ouverture de la Conference internationale « Gestion durable du littoral: role de l’education et de la sensibilisation ».

SAR la Princesse Lalla Hasna est mere de deux filles, Lalla Oumaima et Lalla Oulaya.

12