POUR LA VERITABLE LIBERTE

ALLAH AL WATAN AL MALIK

  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2011

27 octobre, 2011

SM le Roi adresse un message à la conférence de l’ONU sur la lutte contre la corruption 24 octobre 2011 Marrakech – SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a adressé un message aux participants à la 4ème session de la Conférence des Etats parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption qui s’est ouverte lundi à Marrakech. Voici le texte intégral de ce message, dont lecture a été donnée par le conseiller du Souverain, M. Abdeltif Menouni.

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 13:57


124.jpg

  

http://1001poemes.unblog.fr/files/2011/10/smleroiadresseunmessagelaconfrencedel.pdf

SM LE ROI MOHAMED VI
SM le Roi adresse un message à la conférence de l’ONU sur la lutte contre la corruption

Marrakech – SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a adressé un message aux participants à la 4ème session de la Conférence des Etats parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption qui s’est ouverte lundi à Marrakech.
Voici le texte intégral de ce message, dont lecture a été donnée par le conseiller du Souverain, M. Abdeltif Menouni.

« Louange à Dieu,
Paix et salut sur le Prophète, Sa Famille et Ses Compagnons.
Excellences,
Mesdames, Messieurs,
C’est un motif de joie et de fierté que le Maroc abrite la 4ème session de la Conférence des Etats Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption, qui se tient sous Notre Haut Patronage. Elle se réunit pour la première fois sur le continent africain et plus précisément à Marrakech, ville de convergence et de dialogue entre les civilisations.
Il Nous plaît, tout d’abord, de souhaiter la bienvenue à tous les hôtes du Maroc, en l’occurrence les Chefs et les membres des délégations des pays frères et amis, parties à ladite convention, ainsi que les responsables onusiens, les représentants des organisations régionales et internationales, et les différents acteurs de la société civile et du secteur privé.
Nous tenons également à saluer les efforts que l’Organisation des Nations Unies, et à sa tête son Secrétaire Général, Son Excellence Monsieur Ban Ki Moon, ne cesse de déployer, en coordination avec le gouvernement marocain, pour assurer les conditions de succès de cette importante rencontre.
Nous mesurons pleinement l’importance des thèmes qui seront abordés par cette session -surtout dans sa partie de haut niveau. Il s’agit notamment de continuer à oeuvrer pour la concrétisation des Objectifs de Développement du Millénaire, lesquels induisent l’impératif d’engagement dans le combat contre la corruption et le devoir d’encourager la transparence et de renforcer les efforts nationaux et internationaux de lutte et de prévention contre ce fléau.
Cette conférence onusienne tire son importance en particulier du contexte international, marqué par tant de mutations profondes qui s’opèrent dans les différentes régions du monde, et par les aspirations et les attentes qui animent leurs peuples, surtout pour ce qui concerne la moralisation de la vie publique et la mise en oeuvre des principes de reddition des comptes, de transparence, d’intégrité et de bonne gouvenance.
En effet, la question de la lutte contre la corruption figure désormais en tête des préoccupations pressantes des citoyens. Car le fléau de la corruption n’est plus considéré aujourd’hui comme une affaire interne pour tel ou tel pays, telle ou telle région. C’est un mal qui a maintenant des dimensions internationales, s’entremêlant avec de nombreux autres crimes transfrontaliers dont la typologie et les formes sont devenues plus complexes sous l’effet de la globalisation et du progrès technologique.
Pour faire face aux effets néfastes de la corruption, qui constitue l’entrave la plus dangereuse au progrès, surtout dans les pays en développement, il est impératif de conjuguer les efforts au niveau international afin de relever les défis que pose le fléau de la corruption dans ses manifestations les plus détestables, notamment les entraves qu’elfe dresse devant la réalisation des Objectifs de Développement du Millénaire. Car ce qui est en jeu, c’est la concrétisation des espérances des peuples qui aspirent au développement intégré et à l’éradication des foyers de pauvreté et de précarité, et qui appellent de leurs voeux un développement humain équilibré et durable.
Excellences,
Mesdames, Messieurs,
Le Royaume du Maroc a, très tôt, pris la mesure des graves dangers inhérents à la corruption. ll n’a donc pas tardé à faire de la prévention et de la lutte contre ce fléau, l’une des priorités du chantier des réformes sociétales, démocratiques, institutionnelles et juridiques, ainsi que celles concernant le développement, l’éducation aux valeurs de citoyenneté engagée, la protection et la promotion des droits de l’homme, le renforcement de la bonne gouvernance et la moralisation de la vie publique. Ces actions s’inscrivent dans le cadre du processus général de démocratisation de l’Etat et de la société, qui est en cours dans notre pays et qui se déroule en parfaite symbiose entre le Trône et le peuple, intégrant les choix pertinents qui ont été faits en faveur de l’ouverture et du parachèvement de la construction d’une société démocratique moderniste. Ce processus se déploie en synergie avec la dynamique sociale, en interaction avec les mutations régionales et internationales et en conformité avec une volonté nationale parfaitement souveraine.
Ces réformes profondes et audacieuses ont été couronnées par l’adoption, le premier juillet 2011, de la nouvelle Constitution qui a recueilli une large adhésion populaire et une grande reconnaissance internationale, eu égard à sa teneur démocratique avancée qui a consacré les principes, les valeurs et les règles constitutionnels universels. Elle a en particulier fait le choix de la bonne souvenance et de la corrélation entre l’exercice des responsabilités et la reddition des comptes, lesquelles valeurs ont été hissées au rang de principes constitutionnels fondateurs, à côté de la séparation, l’équilibre et la collaboration des pouvoirs, ainsi que la démocratie citoyenne participative, la primauté de la loi et l’indépendance du pouvoir judiciaire.
De même, la nouvelle Constitution marocaine a reconnu le principe de la prééminence des conventions internationales ratifiées par le Royaume du Maroc, sur les législations nationales. Ceci donnera une forte impulsion au processus continu d’harmonisation du dispositif juridique de notre pays avec ses engagements internationaux, surtout dans le domaine de la prévention et de la lutte contre la corruption. A cet égard, notre pays se trouve, en la matière, dans une situation avancée, aussi bien en ce qui concerne la ratification des conventions internationales, que pour ce qui est de l’adoption de législations nationales avancées et modernes, et des mécanismes reconnus universellement en la matière.
Il s’agit donc d’un parcours long et ardu dont l’infinie perfectibilité n’a d’égale que la force de la volonté qui anime le Roi, le gouvernement et le peuple de ce pays, d’aller résolument de l’avant pour mener le processus jusqu’à son ultime aboutissement à travers la mise en place d’un dispositif complet et intégré et la participation de tous les acteurs à l’enracinement de la probité et de la lutte contre la corruption et la prévarication. En effet, ces redoutables fléaux sont contraires aux valeurs spirituelles et civiques. Ils entravent le développement et sont incompatibles avec la démocratie et la bonne gouvernance.
Parmi les lois et les mécanismes institutionnels les plus récents, adoptés par notre pays, figurent des législations avancées pour la pénalisation aggravée de la corruption électorale, et des atteintes à l’inviolabilité du scrutin, outre l’adoption par le Maroc, au niveau constitutionnel et au moyen d’une loi récente sur l’observation indépendante et neutre des élections de la Chambre des Représentants, prévues pour le 25 novembre prochain, observation qui se fera avec la participation de représentants de la société civile, pour faire émerger des institutions représentatives authentiques.
De même, la Constitution consacre tout un titre aux principes de bonne gouvernance et aux mécanismes de sa promotion, outre l’adoption d’une série de dispositions constitutionnelles destinées à renforcer la transparence et l’intégrité et à sanctionner toutes les formes de délinquance dans la gestion des deniers publics, les abus de pouvoir et les conflits d’intérêts, et ce, dans le cadre de la primauté de la loi et de l’égalité de tous devant elle, tel que garanti par une justice intègre, indépendante et spécialisée.
Dans le même contexte, l’instance nationale de la probité, de la Prévention et de la Lutte contre la Corruption a été érigée au rang d’institution constitutionnelle à part entière, et ses compétences s’en sont trouvées renforcées. Ainsi, elle est désormais en charge, outre des missions de prise d’initiative, de coordination et de supervision, du suivi de la mise en oeuvre des politiques de lutte contre la prévarication. Elle a également pour mission de recueillir et diffuser les informations y afférentes et de contribuer à la moralisation de la vie publique et à la promotion de la culture liée au service public et des valeurs de citoyenneté responsable. A son tour, le Conseil de la Concurrence a été constitutionnalisé en tant que mécanisme essentiel pour l’affirmation de l’Etat de droit dans le domaine des affaires.
Ces réformes profondes sont de nature à créer une nouvelle dynamique dans le cadre de la mise en couvre des initiatives audacieuses et des nombreux programmes constructifs que le Royaume du Maroc a lancés en matière de lutte contre la prévarication. Le but est de consolider la stratégie nationale que notre pays a adoptée dans ce domaine, et qui a permis l’élaboration et la mise en oeuvre d’un plan intégré en appui au système national de probité, de transparence et de lutte contre la corruption.
Excellences,
Mesdames, Messieurs,
La Convention des Nations Unies contre la Corruption a fourni un cadre approprié permettant une concertation fructueuse entre les Etats parties sur les moyens efficaces à même d’étendre les passerelles de coopération Internationale entre tous les pays, de sorte qu’ils puissent concrétiser leurs engagements concernant l’ancrage des valeurs de transparence et d’intégrité, le renforcement du dispositif de reddition de comptes et la consolidation des piliers de l’Etat de droit, des institutions démocratiques et de la bonne gouvernance.
Au cours des trois précédentes sessions de la Conférence s’est amorcée l’élaboration graduelle de la Stratégie de mise en oeuvre de la Convention des Nations Unies contre la Corruption- la dernière session, tenue à Doha, ayant adopté le mécanisme de plaidoyer pour la mise en oeuvre de ladite Convention. Cette quatrième session devrait, quant à elle, mettre en exergue l’importance capitale que revêt l’approche de prévention de la corruption et de la prévarication, à la lumière des mesures préventives prévues dans les dispositions de la Convention, et au regard de la complémentarité que cela implique entre les dispositifs de prévention et de répression.
Afin de conforter davantage cette orientation stratégique de lutte contre la corruption, nous proclamons notre appui à toutes les initiatives incitant le reste des pays à adhérer à la Convention et à s’investir activement dans le mécanisme de plaidoyer destiné à en assurer la mise en oeuvre.
Nous ne manquerons pas, é cet égard, de rendre hommage au rôle incombant respectivement à l’Office des Nations unies contre la Drogue et le Crime et au Programme des Nations Unies pour le Développement, et de saluer l’assistance technique et en matière de formation qu’ils fournissent aux différents Etats parties à la Convention, surtout en ce qui concerne le mécanisme de plaidoyer pour la mise en oeuvre des dispositions y afférentes.
Nous apprécions également l’action positive menée par les différents acteurs, -organisations régionales et internationales et structures de la société civile-, qui participent aux manifestations organisées en parallèle à la présente Conférence, notamment l’Assemblée générale de l’Association internationale des Autorités de lutte contre la corruption, laquelle s’est tenue sous Notre Haut Patronage, durant ces deux derniers jours, à Marrakech. Nous nous félicitons des résultats probants inscrits à son actif, et saluons ces Autorités nationales pour la mutualisation de leurs efforts au niveau International afin de relever le défi crucial que constituent l’ancrage de la bonne gouvernance, de la démocratie et des valeurs de citoyenneté, l’affirmation de la suprématie de la loi, la dynamisation du développement et la préservation de la dignité humaine et de l’Intégrité des nations.
Excellences,
Mesdames, Messieurs,
Partant de Notre vision prospective, mesurant les conséquences funestes de ce fléau de la corruption et ayant à coeur d’assurer une mise en Œuvre optimale et plus large des dispositions de la Convention des Nations unies contre la Corruption, Nous appelons à la création d’une alliance internationale des amis de la Convention des Nations unies contre la Corruption afin d’en étendre le champ de ratification et d’adhésion internationale et d’en concrétiser, à terme, le caractère d’universalité.
Pendant sa présidence de la Conférence au cours des deux prochaines années, le Maroc mettra tout en oeuvre pour généraliser la ratification et l’adhésion par les différents pays à cette convention onusienne de première importance et favoriser la prise de conscience de la portée universelle et humanitaire qui est la sienne.
Dans le même contexte, et partant de Notre conviction quant à l’importance de l’assistance technique qu’il convient de fournir dans les domaines de prévention et de lutte contre la corruption, Nous préconisons de soutenir les efforts déployés en la matière par le Fonds des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale.
Le temps est venu, pensons-Nous, pour créer un Observatoire international de la corruption, qui sera chargé de recueillir et analyser les données y afférentes, documenter les bonnes pratiques en matière de lutte anti-corruption et les mettre à la disposition des Etats parties pour qu’ils puissent les exploiter dans le cadre de leurs programmes nationaux de prévention. Il s’agit, en définitive, d’accompagner les efforts de ces pays et d’appuyer leurs programmes de réforme relatifs à l’application des dispositions de la Convention onusienne.
Nos propositions participent de l’intime conviction qui est la nôtre quant à la pertinence de l’action internationale multilatérale fondée sur la mutualisation des efforts et la complémentarité des savoir-faire. A cette fin, il est nécessaire de mobiliser les différents dispositifs institutionnels, juridiques et en matière de communication et de sensibilisation et de soutenir les programmes nationaux globaux, y compris les programmes d’éducation et d’enseignement. Les différents acteurs de la société civile et les divers supports d’information et de communication, indépendants et responsables, doivent, à leur tour, apporter un concours efficient en la matière, en tant que partenaire clé dans la lutte contre la corruption et l’éradication de ses effets néfastes.
Excellences,
Mesdames, Messieurs,
Nous estimons que cette conférence onusienne constitue un acquis majeur qui est venu s’ajouter aux succès réalisés en matière d’application des mesures et de mise en oeuvre des mécanismes de lutte contre la corruption et la prévarication.
Par ailleurs, la « Déclaration de Marrakech sur les mesures préventives anti- corruption », qui sera adoptée au cours de cette session, sera l’expression de la volonté qui anime tous les Etats parties à la Convention de lutter contre la prévarication et d’aller de l’avant vers la concrétisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement, et ce, dans l’intérêt bien compris de l’humanité entière.
En attendant avec grand intérêt les conclusions et les recommandations constructives qui émaneront de cette conférence, Nous vous souhaitons à nouveau la bienvenue dans votre deuxième pays, le Maroc, ainsi qu’un agréable séjour parmi nous, et prions le Très-Haut de couronner vos travaux de succès.
Wassalamou alaikoum warahmatoullahi wabarakatouh ».

18 octobre, 2011

SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan préside la finale du concours international du Morocco Royal Tour de saut d’obstacles 16 octobre 2011 Rabat – SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan a présidé, dimanche en fin d’après-midi à Rabat, la finale du Concours international de la deuxième étape du Morocco Royal Tour-2011 de saut d’obstacles, organisé du 14 au 16 octobre, sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI au Royal Complexe des sports équestres et Tbourida de Dar Es-Salam à Rabat.

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 15:40


124.jpg

  

SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan préside la finale du concours international du Morocco Royal Tour de saut d’obstacles
16 octobre 2011

Rabat – SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan a présidé, dimanche en fin d’après-midi à Rabat, la finale du Concours international de la deuxième étape du Morocco Royal Tour-2011 de saut d’obstacles, organisé du 14 au 16 octobre, sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI au Royal Complexe des sports équestres et Tbourida de Dar Es-Salam à Rabat.
sarleprinceheritierm.jpg
16 octobre 2011
A son arrivée au Royal Complexe des sports équestres et Tbourida de Dar Es-Salam, SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan a été accueilli par SAR la Princesse Lalla Amina, présidente de la Fédération royale marocaine des sports équestres (FRMSE).
SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan a ensuite passé en revue un détachement de la Garde royale qui rendait les honneurs avant d’être salué par MM. Moncef Belkhayat, ministre de la Jeunesse et des sports, Yasser Znagui, ministre du Tourisme et de l’artisanat, Mohamed Saad Hassar, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur et par le Général de Corps d’Armée Hosni Benslimane, président du Comité national olympique marocain et commandant la Gendarmerie Royale.
SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan a été également salué par le wali de la région Rabat-Salé-Zemmour-Zaer, M. Hassan Amrani, le Général de Brigade Mohamed Roudabi, commandant délégué de la Place d’Armes de Rabat et les vice-présidents de la FRMSE, MM. Rachid Fahmane et Omar El Khatib.
SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan a, par la suite, rejoint la tribune officielle d’où son Altesse Royale a assisté à l’épreuve du « Grand Prix SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan », remporté par la cavalière américaine Katie Prudent, montant « V ».
A l’issue de ce concours international, organisé sous l’égide de la FRMSE et de la Fédération internationale de cette discipline, SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan a remis le trophée de ce Grand Prix au vainqueur de l’étape, après exécution de l’hymne national américain.
Son Altesse Royale a également remis les prix aux cavaliers ayant occupé les quatre places suivantes, à savoir, dans l’ordre, l’Allemand Armin Himmelreich, montant Lopez, le Belge François Mathy Juniors (Polinska des Isles), le Saoudien Abdullah Al Sharbatly (Larkhil Cruiser) et l’Allemand Philip Spivey (Little John).
SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan a enfin posé pour une photo souvenir avec les cinq cavaliers vainqueurs

SM le Roi préside l’ouverture de la première session de la 5ème année législative de la 8ème législature 14 octobre 2011 Rabat – SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, accompagné de SAR le Prince Moulay Rachid et de SA le Prince Moulay Ismail a présidé, vendredi à Rabat, l’ouverture de la première session de la cinquième année législative de la 8ème législature.

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 15:34


124.jpg

  

http://1001poemes.unblog.fr

SM le Roi préside l’ouverture de la première session de la 5ème année législative de la 8ème législature
14 octobre 2011
smleroipresideouverturedela1eresessiondela5emeanneelegislativedela8emelegislaturem.jpg
Rabat – SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, accompagné de SAR le Prince Moulay Rachid et de SA le Prince Moulay Ismail a présidé, vendredi à Rabat, l’ouverture de la première session de la cinquième année législative de la 8ème législature.

14 octobre 2011
A Son arrivée au siège du Parlement, SM le Roi, accompagné de SAR le Prince Moulay Rachid, a salué les couleurs nationales au son de l’hymne national et passé en revue un détachement de la Garde Royale qui rendait les honneurs, avant d’être salué par MM. Abdelouahed Radi, président de la Chambre des représentants, Mohamed Cheikh Biadillah, président de la Chambre des Conseillers, Hassan Amrani, Wali de la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaer et par les Secrétaires généraux des deux Chambres.
Avant de gagner la tribune officielle du parlement, SM le Roi a tenu à saluer de Ses mains, du haut du balcon du parlement, la foule enthousiaste des citoyens venus exprimer leurs marques de fidélité et de loyalisme à l’auguste personne du Souverain et leur indéfectible attachement au glorieux Trône alaouite.
Après lecture de versets du Saint Coran, SM le Roi a prononcé un discours dans lequel le Souverain a affirmé que le contexte national, régional et international exige que l’on garde à l’esprit les grands défis qui attendent la prochaine législature, au niveau institutionnel et en matière de développement.
« La responsabilité de relever ces défis, en cette nouvelle ère constitutionnelle, incombera principalement au gouvernement et au parlement issus des prochaines législatives, au regard des compétences pleines et entières qui sont désormais les leurs, en matière législative et exécutive », a dit le Souverain.
SM le Roi a ajouté qu’ »il appartiendra donc au gouvernement émanant de la majorité de la prochaine chambre des représentants d’élaborer et de mettre en oeuvre un programme ambitieux, déclinant avec rigueur ses priorités, ses objectifs, ses moyens de financement et ses mécanismes d’exécution, d’évaluation et de redressement ».
« Pour sa part, l’opposition parlementaire est appelée à jouer de manière constructive le rôle qui est le sien en matière de contrôle et d’interpellation », a poursuivi Sa Majesté.
Par la suite, SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, accompagné de SAR le Prince Moulay Rachid, a reçu le président de la Chambre des représentants, M. Abdelouahed Radi qui a présenté au Souverain le « bilan de l’action parlementaire au titre de la quatrième année législative 2010-2011″.
Le Souverain a également reçu le ministre chargé des relations avec le Parlement, M. Driss Lachgar, qui a présenté à Sa Majesté le « bilan de l’action gouvernementale au sein du Parlement au titre de l’année législative 2010-2011.

14 octobre, 2011

SM le Roi préside la cérémonie de signature d’une convention relative au développement de la RAM 13 octobre 2011 Version Imprimable Rabat, 13-10-2011 – SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a présidé, jeudi au Palais Royal à Rabat, la cérémonie de signature d’une convention relative à la contribution du Fonds Hassan II pour le développement économique et social au développement de la compagnie Royal Air Maroc.

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 16:01


124.jpg

  

http://1001poemes.unblog.fr

SM le Roi préside la cérémonie de signature d’une convention relative au développement de la RAM
13 octobre 2011
Version Imprimable
Rabat, 13-10-2011 – SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a présidé, jeudi au Palais Royal à Rabat, la cérémonie de signature d’une convention relative à la contribution du Fonds Hassan II pour le développement économique et social au développement de la compagnie Royal Air Maroc.
smleroipresideceremoniesignatureduneconventionrelativeaudeveloppementdelaramm.jpg
13 octobre 2011
Cette convention a été signée par le ministre de l’Economie et des finances, Salaheddine Mezouar, le ministre de l’Equipement et des transports, Karim Ghellab, le président du directoire du Fonds Hassan II pour le développement économique et social, Abdelouahed Kabbaj et le PDG de la RAM, Driss Benhima.
La contribution du Fonds Hassan II intervient au lendemain de la signature du contrat programme entre l’Etat et la RAM qui définit le plan de restructuration de cette société et les effets de sa mise en oeuvre en vue d’assurer sa viabilité et de renforcer sa compétitivité et, de surcroit pérenniser son développement.
La contribution du Fonds Hassan II à la mise en oeuvre de cette stratégie s’inscrit dans les Hautes Orientations Royales visant la préservation du pavillon marocain, la promotion du tourisme et du développement territorial à travers la desserte domestique sans oublier son apport aux déplacements de la communauté marocaine à l’étranger.
Le développement de la RAM lui permettra de sauvegarder sa présence sur la scène internationale et de jouer un rôle important au niveau de la région méditerranéenne et du continent africain.
Lors de cette cérémonie, qui s’est déroulée en présence notamment du Chef du gouvernement, M. Abbas El Fassi, M. Benhima, après avoir présenté les marques de fidélité et de dévouement à SM le Roi, a prononcé devant le Souverain l’allocution suivante:.
« Majesté,
Royal Air Maroc a toujours joué un rôle moteur dans le développement du secteur du transport aérien au Maroc en tant que vecteur du développement économique et social.
Compagnie nationale, Royal Air Maroc a toujours accompagné, avec fierté et détermination, les grands défis et les chantiers majeurs du Royaume, notamment en matière de promotion du tourisme, de développement des régions, de soutien aux communautés marocaines à l’étranger et de contribution au rayonnement international de notre Pays.
A titre d’exemple et suite aux Hautes Instructions de Votre Majesté, Royal Air Maroc a procédé, tout au long du premier semestre 2011, au rapatriement des citoyens marocains qui se trouvaient en situation de détresse dans certains pays du continent.
Aujourd’hui, Royal Air Maroc réaffirme ses ambitions dans le prolongement des progrès réalisés au cours des dix dernières années : ainsi, le doublement du trafic porté à plus de 6 millions de passagers, l’acquisition de 30 avions supplémentaires, l’élargissement du réseau à près de 80 pays et à 1.500 vols hebdomadaires, autant d’éléments qui placent Royal Air Maroc parmi les premiers opérateurs aériens à l’échelle de l’Afrique.
Royal Air Maroc a également fait de Casablanca sa plateforme principale en en faisant ainsi, en l’espace de 5 ans, le 1er HUB aérien africain pour les flux de trafic entre le continent et l’Europe.
Majesté,
La libéralisation du transport aérien au Maroc engagée depuis 2003 s’est traduite par un changement important au niveau de l’environnement commercial de Royal Air Maroc.
En effet, la capacité des compagnies concurrentes a été multipliée par 12, passant ainsi de 550.000 sièges pour l’année 2006 à plus de 7 millions de sièges pour l’année 2010, ce qui a engendré une situation extrêmement concurrentielle mettant Royal Air Maroc face à de nouvelles exigences de compétitivité.
Par ailleurs, la crise économique et financière mondiale survenue fin 2008 conjuguée à la hausse du prix du pétrole, constitue un défi majeur pour le développement de la compagnie dans les années à venir.
Face à cet environnement, et pour accomplir ces ambitions, la compagnie va se recentrer sur son coeur de métier, moderniser sa flotte, optimiser sa productivité et financer son programme ambitieux d’investissement évalué à 9,3 milliards de DH pour les 5 années à venir.
La signature de la présente convention devant Votre MAJESTE, qui traduit la Haute Sollicitude Royale qui nous honore, constitue un nouvel élan pour la Royale Air Maroc lui permettant:
- D’assurer la pérennité de l’entreprise et son développement.
- De conforter la vocation de Royal Air Maroc conformément à Vos Hautes Orientations éclairées, particulièrement en matière de rayonnement du pavillon marocain, du service en faveur de la communauté marocaine à l’étranger, du développement territorial et de promotion du tourisme.
Permettez moi Majesté au nom de l’ensemble du personnel de Royal Air Maroc d’exprimer notre fierté et profonde gratitude pour la portée de cette convention et notre engagement à déployer en toute abnégation tous les efforts afin d’être à la hauteur de Vos Orientations.
Nous prions Dieu de couronner de succès notre mission afin que nous soyons à la hauteur de la confiance placée en nous par votre Majesté ».

11 octobre, 2011

Inouaren (Province d’Al-Hoceima), 10-10-2011 – SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a procédé, lundi à Inouaren, commune rurale d’Izemmouren (Province d’Al-Hoceima), à l’inauguration d’un point de débarquement aménagé (PDA) des produits de la mer, réalisé pour un coût global de 38 millions de dirhams (MDH). 10 octobre 2011

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 1:24


124.jpg

  

http://1001poemes.unblog.fr
Inouaren (Province d’Al-Hoceima), 10-10-2011 – SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a procédé, lundi à Inouaren, commune rurale d’Izemmouren (Province d’Al-Hoceima), à l’inauguration d’un point de débarquement aménagé (PDA) des produits de la mer, réalisé pour un coût global de 38 millions de dirhams (MDH).

10 octobre 2011

- Le Souverain lance les travaux de construction d’une digue de protection du nouveau point de débarquement aménagé, pour un coût global de 80 MDH.
- SM le Roi remet 40 moteurs hors-bord à des marins pêcheurs d’Inouaren.
Ce projet, qui bénéficie à 96 marins-pêcheurs opérant sur 32 embarcations artisanales, a pour objectif de venir en appui à la pêche artisanale afin d’améliorer les conditions de vie et de travail de cette catégorie sociale. Il ambitionne en effet de contribuer au développement et à la restructuration du secteur à travers la création d’un pôle intégré dans son environnement économique et social.

2.jpg
La mise en place de ce PDA favorisera la création d’un environnement meilleur de valorisation et de commercialisation des produits de la mer et l’organisation du secteur, en permettant aux marins-pêcheurs de bénéficier de la sécurité sociale et de la couverture médicale et en facilitant leur accès à des mécanismes adaptés de financement.
Ce projet, financé par le ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime, s’inscrit dans le cadre d’une approche visant le redressement du secteur de la pêche artisanale, confronté à un relatif éparpillement des communautés de pêcheurs et à des conditions difficiles de travail.
Erigé sur une superficie totale de 2.500 m2, ce point de débarquement aménagé comprend notamment 32 magasins d’entreposage, une chambre froide, des boxes jerricanes, une halle aux poissons, des locaux administratifs, une salle pour coopératives, une salle polyvalente, une salle de prière et une buvette.
SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste a, par la suite, procédé au lancement des travaux de réalisation d’une digue de protection du nouveau point de débarquement aménagé des produits de la mer dŒInouaren, pour un coût global de 80 MDH.
Ce projet a pour objectifs l’amélioration des conditions d’accès au PDA, l’augmentation du nombre de jours de sortie des marins-pêcheurs, l’accroissement qualitatif et quantitatif de la production, ainsi que l’amélioration des revenus des pêcheurs locaux et la protection des barques artisanales.
Le souverain a, par la même occasion, remis 40 moteurs hors-bords à des marins-pêcheurs d’Inouaren. Supervisée par l’Agence de développement et de promotion des provinces et préfectures du Nord du Royaume, cette opération vise la promotion des conditions de travail des marins-pêcheurs, la modernisation de leurs équipements et le développement de leur revenus.

7 octobre, 2011

SM le Roi préside la cérémonie de signature d’une convention relative au programme intégré de mise à niveau urbaine de la municipalité d’Imzouren, d’un coût global de plus de 581 MDH 07 octobre 2011 Version Imprimable Imzouren (Province d’Al Hoceima), 07-10-2011 – SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a présidé, vendredi à la municipalité d’Imzouren (province d’Al-Hoceima), la cérémonie de signature d’une convention relative au programme intégré de mise à niveau urbaine de cette municipalité, d’un coût global de plus de 581 millions de dirhams (MDH).

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 23:52

/>
124.jpg

  

http://1001poemes.unblog.fr
SM le Roi préside la cérémonie de signature d’une convention relative au programme intégré de mise à niveau urbaine de la municipalité d’Imzouren, d’un coût global de plus de 581 MDH
07 octobre 2011

Imzouren (Province d’Al Hoceima), 07-10-2011 – SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a présidé, vendredi à la municipalité d’Imzouren (province d’Al-Hoceima), la cérémonie de signature d’une convention relative au programme intégré de mise à niveau urbaine de cette municipalité, d’un coût global de plus de 581 millions de dirhams (MDH).
smleroisignatureconventionimzourenm.jpg
07 octobre 2011
Un programme quadriennal (2011-2014) pour combler le déficit en équipementsde proximité, renforcer les prestations sociales et améliorer le paysage urbain.
Le Souverain pose la première pierre d’un village des artisans à Imzouren, d’un investissement global de 16 MDH.

Ce programme quadriennal (2011-2014) vise à combler le déficit en équipements de proximité, à mettre en conformité les différents réseaux, à développer la base économique au niveau de la ville, à renforcer les prestations sociales, à améliorer le paysage urbain, à améliorer la circulation et à protéger la municipalité contre les risques d’inondation.
Plusieurs actions urgentes sont prévues au titre de ce programme intégré qui bénéficie à une population de 30.000 personnes (6.000 ménages). Il s’agit, dans ce cadre du recalibrage des deux oueds (El Maleh et Iâathmanane), de l’ouverture, la construction et l’aménagement des axes structurants et de la mise à niveau des deux quartiers prioritaires : Hay Tanawi et Hay Al Masjid (1.400 ménages). Des travaux d’adduction d’eau potable, de renforcement du réseau d’éclairage public, d’assainissement, de voirie interne, de construction d’équipements structurants de proximité, d’embellissement des façades, et de requalification de la zone industrielle sont également prévus.
Le programme intégré de mise à niveau urbain d’Imzouren prévoit aussi une série de mesures à moyen terme, notamment l’élaboration d’une vision stratégique axée sur l’intégration d’une partie de la zone irriguée dans le périmètre urbain (150 ha) et l’établissement d’un plan d’aménagement sectoriel pour la zone à déclasser afin d’assurer un développement urbain harmonieux de la ville, de combler le déficit en équipements, de décongestionner le tissu urbain existant et de faciliter les déplacements urbains.
La convention relative à la mise en oeuvre de ce programme a été signée par le ministre des Habous et des Affaires Islamiques, M. Ahmed Toufiq, le ministre de l’Habitat, de l’urbanisme et de l’aménagement de l’espace, M. Ahmed Taoufiq Hejira, la ministre de la Santé, Mme Yasmina Baddou, le ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur, de la formation des cadres et de la recherche scientifique, M. Ahmed Akhchichine, le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moncef Belkhayat et le ministre de l’Industrie, du commerce et des nouvelles technologies, M. Ahmed Réda Chami.
Elle a également été signée par le Secrétaire d’Etat chargé de l’Artisanat, M. Anis Birou, le Secrétaire d’Etat à l’Intérieur, M. Saâd Hassar, le directeur général de l’Office national de l’eau potable et de l’Office national de l’électricité, M. Ali Fassi Fihri, le directeur général de l’Agence pour la promotion et le développement des provinces et préfectures du Nord du Royaume, M. Fouad Brini, le Directeur de l’Agence du bassin hydraulique de Loukkos, M. Hussein Akbab et le président de la commune urbaine d’Imzouren, M. Mohamed Azghari.
A cette occasion, SM le Roi, que Dieu L’assiste, a procédé à la pose de la première pierre pour la construction d’un village des artisans à Imzouren pour un investissement global de 16 millions de dirhams.
Ce projet, qui sera réalisé sur un terrain de 2.700 m2, ambitionne l’amélioration des conditions de travail des artisans, le développement de leurs revenus et la formation des jeunes dans plusieurs métiers qui font l’originalité de la région. Il s’agira également d’un espace de production, de finition et de commercialisation des produits d’artisanat où sera assurée une formation continue des artisans avec comme priorités la promotion de lŒaction corporative et des activités génératrices de revenus, la structuration de la filière et lŒamélioration de la qualité des produits artisanaux.
Fruit d’un partenariat entre la région de Taza -Al Hoceima-Taounate et la commune urbaine d’Imzouren, le village des artisans d’Imzouren sera fin prêt dans un délai de 12 mois et comportera 52 locaux pour artisans, des dépendances administratives, une salle de prière, une cafétéria, une infirmerie, et des espaces d’exposition

5 octobre, 2011

SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a procédé, mardi dans la commune urbaine de Zaïo (province de Nador), à la pose de la première pierre d’un Centre de formation professionnelle et d’insertion des jeunes, qui sera réalisé par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité pour un investissement global de 16,5 millions de dirhams (MDH).

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 9:00


124.jpg

  

http://1001poemes.unblog.fr

Zaio (Province de Nador), 04-10-2011 – SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a procédé, mardi dans la commune urbaine de Zaïo (province de Nador), à la pose de la première pierre d’un Centre de formation professionnelle et d’insertion des jeunes, qui sera réalisé par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité pour un investissement global de 16,5 millions de dirhams (MDH).
smleroicentredeformationprofessionnelleetdinsertiondesjeuneszaiom.jpg
04 octobre 2011
- La réalisation du centre procède du choix opéré par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité en matière de formation et d’intégration socio-professionnelle des jeunes.
- Des formations adaptées favorisant le développement de l’esprit d’entreprenariat chez les jeunes de la région de Nador.
La réalisation du centre procède du choix opéré par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité en matière de soutien aux jeunes, privilégiant la formation en tant qu’outil d’insertion sociale et professionnelle. C’est ainsi que ce centre a pour objectif de rehausser la qualification et de promouvoir un environnement favorable à l’esprit d’entreprenariat chez les jeunes de la région de Nador à travers des formations dans les métiers de la technologie appliquée.
S’appuyant sur une analyse économique de son environnement, le centre sera réalisé sur un terrain domanial de 8.000 m2 et accueillera en formation 1.000 jeunes annuellement. Il assurera un large éventail de formations, mises en place de concert avec les opérateurs économiques et ouvertes sur des niveaux de formation allant de l’ouvrier spécialisé au technicien spécialisé. Ainsi, le centre servira les entreprises installées dans la région, en leur offrant des ressources humaines qualifiées dans les filières porteuses, comme il sera également dédié à la formation continue et au perfectionnement des opérateurs et techniciens opérant dans la zone.
Le futur centre disposera, sur une superficie couverte de 2.300 m2, de plusieurs ateliers de formation pratique en matière de fabrication mécanique, construction métallique, menuiserie aluminium, ferronnerie et soudure, menuiserie bois, électricité de bâtiment et plomberie sanitaire, en plus de quatre salles de classe et trois salles de cours spécialisées en informatique et infographie appliqués, communication et langues étrangères, formation et promotion des petites et moyennes associations et coopératives, et promotion des activités génératrices de revenus et insertion professionnelle.
Le centre de formation professionnelle et d’insertion des jeunes de Zaio disposera également d’un espace sportif et d’un bloc administratif comportant un hall d’accueil et d’exposition, une salle polyvalente, une bibliothèque- multimédia et 4 bureaux de direction.
Le coût de réalisation du centre est estimé à 16,5 millions de dirhams, dont 10 MDH financés par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité (travaux de construction), 5 MDH par l’Office de formation professionnelle et de promotion du travail (équipements) et 1,5 MDH par le conseil provincial (aménagements extérieurs).

Régionalisation avancée : Omar Azziman souhaite que le prochain Parlement enrichisse le rapport de la CCR Le projet de la régionalisation avancée stipule de mettre fin aux anciennes pratiques et améliorer l’efficacité de l’action publique. Il sera voué au développement intégré et durable des secteurs économiques, socioculturels et environnementaux.

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 8:08

Régionalisation avancée : Omar Azziman souhaite que le prochain Parlement enrichisse le rapport de la CCR

Le projet de la régionalisation avancée stipule de mettre fin aux anciennes pratiques et améliorer l’efficacité de l’action publique. Il sera voué au développement intégré et durable des secteurs économiques, socioculturels et environnementaux.
monsieurazziman.jpg

Après Casablanca et Fès, Oujda a abrité, jeudi, la troisième rencontre d’exposition du rapport sur la régionalisation avancée et le nouveau découpage régional. Une opportunité pour débattre avec les différentes élites des régions de l’Oriental et de Taza-Al Hoceima-Taounate le contenu, la vision et la philosophie du rapport réalisé par la Commission consultative de la régionalisation (CCR) tout en explicitant les différents articles de la nouvelle Constitution en corrélation avec le concept de la régionalisation avancée. Des propositions et articles qui portent sur la déconcentration administrative, l’articulation des compétences locales, le rôle des régions dans leur développement intégré et la démocratie locale. La rencontre qui a duré plus de cinq heures s’est déroulée en deux temps : une introduction générale et quatre exposés thématiques se rapportant aux aspects politiques de la régionalisation avancée, à la démocratie locale et régionalisation avancée, au développement économique et la contribution de la régionalisation avancée à son optimisation ainsi qu’à la bonne gouvernance locale et le découpage régional. La deuxième partie a été consacrée à un débat ouvert auquel 34 participants ont présenté leurs différentes préoccupations et remarques sur le contenu, notamment celui du découpage qui n’a pas fait l’unanimité sur le plan local. D’ailleurs les habitants de Figuig ont vivement critiqué ce découpage qui n’a pas pris en considération leurs doléances, ont-ils précisé. Dans son intervention introductive, Omar Azziman, président de la CCR, a articulé sa communication autour de deux axes. Le premier sur les grandes lignes de la régionalisation avancée : philosophie, démarche et contenu en adéquation avec les attentes d’un Maroc engagé dans un processus de démocratisation progressif et graduel mais surtout conduit par un pilotage de haut niveau. Le deuxième sur les modalités de mise en œuvre de cette régionalisation avancée pour assurer la crédibilité, le succès et l’approfondissement continu. Aspiration qui passe impérativement par une forte participation de la population aux différentes échéances électorales. Cette dernière est tributaire de dispositifs et de processus électoraux imprégnés d’honnêteté, de transparence afin de faciliter l’émergence d’une nouvelle élite locale et régionale hautement qualifiée et dévouée à l’intérêt général. M. Azziman a souhaité que le prochain Parlement enrichisse le rapport de la CCR tout en se focalisant davantage sur les douze articles de la Constitution se rapportant à la nouvelle conception territoriale. Une approche qui sera corroborée par un Fonds de mise à niveau régionale pour appuyer les régions qui ont le plus besoin de solidarité nationale. «Ces différents chantiers renseignent sur l’ampleur des attentes pour mettre fin aux anciennes pratiques et lancer des chantiers réels de développement», a souligné M. Azziman. De fait, le rapport sur la régionalisation avancée s’articule autour de huit propositions: 1- une régionalisation d’essence démocratique; 2- des compétences étendues et mieux articulées; 3- une régionalisation vouée au développement intégré; 4- une gouvernance performante; 5- une régulation étatique modernisée et assouplie; 6- une contribution au chantier de la décentralisation; 7- des mesures constitutionnelles, législatives et d’accompagnement; 8- de nouvelles régions à caractère institutionnel et fonctionnel. Concernant le volet démocratique, la première proposition contenue dans le rapport sur la régionalisation avancée précise que l’objectif est de renforcer la représentativité et la légitimité démocratique des conseils régionaux, promouvoir l’équité genre en matière d’accès des femmes aux fonctions électives et de gestion en région et à organiser la participation des citoyens, de la société civile et du secteur privé au débat public sur la bonne conduite de ces affaires régionales. Signalons par ailleurs que cette troisième rencontre sur la régionalisation s’est déroulée en présence de plus de mille élus, représentants de formations politiques et syndicales, de Chambres professionnelles, et de la société civile ainsi que de Abdelfettah El Houmam et Mohamed El Hafi, respectivement walis des régions de l’Oriental et Taza-Al Hoceima-Taounate.
Le 26-09-2011 à 11:36
Par : Ali Kharroubi
DNCR à Oujda

Caravane INFITAH à Oujda—-la Chambre de Commerce, d’Industrie et de Services d’Oujda organise une journée de sensibilisation, le 04/10/2011 au siège de la CCISO, dans le cadre de la caravane nationale de promotion du programme Infitah pour l’informatisation des TPE. Le programme « Infitah » est destiné à toute personne qui a un registre de commerce et/ou inscrite au rôle des taxes professionnelles.

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 8:00


124.jpg

  

http://1001poemes.unblog.fr

Caravane INFITAH à Oujda

la Chambre de Commerce, d’Industrie et de Services d’Oujda organise une journée de sensibilisation, le 04/10/2011 au siège de la CCISO, dans le cadre de la caravane nationale de promotion du programme Infitah pour l’informatisation des TPE.
Le programme « Infitah » est destiné à toute personne qui a un registre de commerce et/ou inscrite au rôle des taxes professionnelles.
L’objectif étant de sensibiliser les très petites entreprises (TPE) aux avantages de souscrire à Infitah. L’occasion pour les responsables du programme de revenir sur les ambitions de ce projet qui s’inscrit dans la stratégie Maroc Numeric 2013. Il faut rappeler que toutes les entreprises bénéficiaires du projet « Infitah » se verront octroyer un permis numérique. Un permis qui leur donnera droit à un pack TI, composé d’un ordinateur portable, d’une connexion internet 3G pendant un an et d’une solution de gestion de facturation ou de la gestion. L’idée est de réduire la fracture numérique et d’accélérer les réformes en la matière afin de renforcer la compétitivité du Maroc et ainsi permettre au pays de tirer profit des opportunités offertes par l’essor de la technologie numérique.
Les liens utiles :

http://www.ccis-oujda.ma/infitah.html

http://www.ccis-oujda.ma/archive_actualite.html

3 octobre, 2011

SM le Roi préside à Nador un conseil des ministres Nador- Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a présidé, lundi au siège de la province de Nador, un Conseil des Ministres au cours duquel il a été procédé à l’adoption de deux projets de lois organiques portant successivement sur la Chambre des Conseillers et l’élection des membres des conseils des collectivités territoriales.

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 22:38


124.jpg

  

http://1001poemes.unblog.fr

SM le Roi préside à Nador un conseil des ministres
Nador- Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a présidé, lundi au siège de la province de Nador, un Conseil des Ministres au cours duquel il a été procédé à l’adoption de deux projets de lois organiques portant successivement sur la Chambre des Conseillers et l’élection des membres des conseils des collectivités territoriales.
smleroipresideanadorunconseildesministresm.jpg
Ces deux importants projets s’inscrivent dans le cadre du processus de mise en place et de consolidation des institutions de la nouvelle Constitution du Royaume, notamment pour ce qui concerne l’adoption des textes et des garanties juridiques, permettant de concrétiser la grande avancée en matière de démocratie parlementaire et territoriale, consacrée par cette Constitution, indique un communiqué du Cabinet royal.
Ainsi, et conformément aux dispositions de l’Article 63 de la Constitution, le Conseil a entériné le projet de loi organique relative à la Chambre des Conseillers qui détermine les instances électrices au sein de la Chambre, ainsi
que le nombre de ses membres, fixé au maximum stipulé dans la Constitution, à savoir 120 membres. Le projet retient également le mode de scrutin de liste sur
la base du plus grand reste. Il fixe à 3 pc le seuil requis pour la participation à la répartition de sièges.
Dans le cadre du renforcement de la représentation féminine au sein de la Chambre des Conseillers, le projet retient le principe de l’alternance entre les deux sexes, pour ce qui concerne les listes présentées dans le cadre des instances électrices représentées dans cette chambre. Il vise également la rationalisation des mandats électoraux, notamment en instituant une incompatibilité entre le mandat de Conseiller et la fonction gouvernementale, ou la présidence d’un conseil régional, et aussi avec la qualité de membre des instances et institutions prévues aux articles 161 à 170 de la Constitution.
Afin de garantir la moralisation des opérations électorales, le projet prévoit l’adoption de la carte nationale d’identité comme pièce unique pour la participation au vote. Y sont également énoncées, les règles de nature à garantir la transparence du financement des campagnes électorales, de combattre
le phénomène de transhumance politique, d’augmenter les amendes et d’aggraver les sanctions privatives de liberté applicables aux infractions commises lors des différentes opérations électorales.
Le Conseil de Ministres a également adopté le projet de loi organique relative à l’élection des membres des conseils des collectivités territoriales. Il s’agit d’un nouveau cadre législatif pour l’élection des membres des conseils régionaux, des conseils provinciaux et préfectoraux, ainsi
que des conseils communaux et d’arrondissements, et ce, conformément aux dispositions des articles 135 et 146 de la Constitution.
Ce projet prévoit, en particulier, l’élection des membres des Conseils régionaux au suffrage universel direct, à travers le scrutin de liste à la représentation proportionnelle, et la fixation à 6 pc du seuil requis pour la participation à la répartition des sièges. Le projet prévoit, en outre, l’interdiction des listes de candidature mixtes, ainsi qu’une augmentation substantielle des peines applicables aux infractions commises à l’occasion de la campagne ou des opérations électorales.
Tout en garantissant le droit des Marocains résidant à l’étranger de participer aux élections générales directes à l’intérieur du territoire national, le projet établit, dans la perspective des efforts de l’Etat visant la réalisation de la parité entre les hommes et les femmes, un nouveau mécanisme permettant de renforcer la représentativité féminine dans les conseils régionaux. Il maintient, par ailleurs, le mécanisme de la circonscription électorale supplémentaire réservée aux femmes, pour ce qui concerne les conseils communaux, préfectoraux et provinciaux, et ce, dans la mesure où ce mécanisme a permis de garantir une représentation féminine honorable au sein de ces conseils.

12