POUR LA VERITABLE LIBERTE

ALLAH AL WATAN AL MALIK

  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2013

31 juillet, 2013

SM le Roi offre un Iftar au Club de la marine royale à Casablanca à l’occasion de la Fête du Trône 31 juillet 2013

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 14:40

BIENVENUE SUR LE BLOG ALLAHALWATANALMALIK

SM le Roi offre un Iftar au Club de la marine royale à Casablanca à l’occasion de la Fête du Trône

31 juillet 2013
Casablanca   -

SAR le Prince Moulay Rachid a présidé, mercredi au Club de la marine royale à Casablanca, un Iftar offert par SM le Roi Mohammed VI, Chef suprême et Chef d’état-major général des Forces Armées Royales (FAR), à l’occasion du 14ème anniversaire de l’accession du Souverain au Trône de ses glorieux ancêtres.

SM le Roi offre un Iftar au Club de la marine royale à Casablanca à l'occasion de la Fête du Trône
31 juillet 2013

Etaient conviés à cet Iftar, le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane, les présidents des Chambres des Représentants et des Conseillers, les conseillers de SM le Roi, les membres du gouvernement, les officiers supérieurs des Forces Armées Royales et plusieurs personnalités civiles.

A son arrivée, SAR le prince Moulay Rachid a été accueilli par le général de corps d’armée Abdelaziz Bennani, inspecteur général des Forces Armées Royales et commandant la zone sud avant de passer en revue un détachement de la marine royale qui rendait les honneurs.

SAR le prince Moulay Rachid a été, par la suite, salué par le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane, le ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé de l’Administration de la défense nationale, le général de corps d’armée Hosni Benslimane, commandant la gendarmerie royale, le général de corps d’armée Bouchaib Arroub, chef du 3ème bureau, le général de division Ahmed Boutaleb, inspecteur des Forces Royales Air, et le général de division Mohamed Laghmari, inspecteur de la marine royale.

30 juillet, 2013

SM le Roi adresse un discours à la Nation à l’occasion de la Fête du Trône

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 14:27

bienvenue sur le blog allahalwatanalmalik

SM le Roi adresse un discours à la Nation à l’occasion de la Fête du Trône

30 juillet 2013
Casablanca  -

SM le Roi Mohammed VI a adressé, mardi, un discours à la Nation à l’occasion de la Fête du Trône, qui coïncide cette année avec le quatorzième anniversaire de l’intronisation du Souverain.

Ci-après le texte intégral du Discours Royal:

« Louange à Dieu

Prière et salut sur le Prophète, Sa famille et Ses compagnons.

Cher peuple,

Fidèle à tes traditions séculaires, tu célèbres aujourd’hui la Fête du Trône. Cette commémoration n’incarne pas uniquement ton loyalisme constant à ton Premier Serviteur auquel est dévolue la mission d’assurer ta direction et de préserver ton unité. Elle symbolise aussi la réaffirmation, constamment renouvelée, du pacte d’allégeance par lequel nous nous engageons mutuellement à faire avancer le Maroc sur la voie du progrès, de la prospérité, du développement et de la stabilité. Elle donne enfin une expression tangible à ton attachement aux constantes immuables et aux valeurs sacrées de la nation.

Dès Notre accession au Trône, Nous nous sommes attaché à mettre en route de nombreux chantiers économiques et sociaux, parallèlement aux réformes politiques et institutionnelles que Nous avons engagées, en réponse à tes aspirations. Ce faisant, Nous avons toujours placé la dignité et l’épanouissement du citoyen marocain au coeur de Nos préoccupations. La marche dans laquelle nous sommes engagés est un processus continu, foisonnant d’initiatives audacieuses et résolues, jalonné de démarches participatives permettant d’optimiser les possibilités disponibles.

Au cours de cette marche, tous les gouvernements précédents ont déployé, sous Notre impulsion, des efforts méritoires pour donner corps à Notre vision en matière de développement et de réforme. Tant et si bien que Notre gouvernement actuel a trouvé entre ses mains, dans le domaine économique et social, un héritage sain et positif, constitué d’actions constructives et de réalisations tangibles. Nous ne pouvons donc que l’encourager à aller de l’avant avec autant de volonté et de détermination, pour réaliser davantage de progrès, dans le cadre du processus vertueux engagé sous Notre conduite.

Cher peuple,

Nous avons la ferme volonté de maintenir le cap pour parachever les institutions constitutionnelles et répondre aux impératifs de bonne gouvernance. La volonté qui Nous anime à cet égard n’a d’égale que Notre détermination à persévérer pour donner corps à Notre projet sociétal alliant croissance économique pérenne, développement durable et solidarité sociale.

De fait, le Maroc a déjà réalisé de grandes avancées en matière d’infrastructures, assurant notamment l’approvisionnement de nos villes et nos villages en eau potable, en électricité et en d’autres services. Des progrès tangibles ont été enregistrés au niveau des équipements de base, tels les ports et les aéroports, ainsi qu’au niveau du renforcement du réseau routier et de la gestion optimale des ressources en eau, outre le lancement de projets de développement du transport ferroviaire et du transport urbain. Autant de réalisations qui ont modifié la physionomie des provinces et donné un nouveau visage au Maroc. Elles ont créé les conditions propices pour développer davantage les stratégies mises en place dans les différents secteurs d’activité.

Par ailleurs, la mise en oeuvre graduelle des stratégies sectorielles a permis à notre pays de réaliser des progrès palpables et d’accroître son attractivité pour les investissements étrangers, et ce, en dépit d’une situation économique et sociale mondiale difficile.

En affirmant Notre volonté d’encourager l’investissement, Nous réitérons Notre appel au gouvernement pour qu’il accorde la priorité à tout ce qui est de nature à stimuler la croissance et à favoriser la création d’emplois. Il doit veiller à une complémentarité entre les impératifs de consommation locale et l’exportabilité de notre production, avec tout ce que cela induit comme effets positifs sur la balance des paiements.

Dans le même ordre d’idées, le Maroc s’est attaché depuis des années à développer des métiers industriels mondiaux dans le cadre du plan Emergence . Nous rendons grâce à Dieu pour les résultats qui ont été obtenus et qui nous encouragent à maintenir le cap. A cet égard, Nous engageons le gouvernement à créer les conditions idoines pour diversifier et élargir notre tissu industriel dans le cadre d’une politique volontariste qui renforce le partenariat entre les secteurs public et privé.

C’est dans le même esprit que s’inscrit la volonté de doter le Maroc de la capacité de produire des énergies renouvelables, contribuant ainsi à donner son expression concrète à Notre vision du développement durable. D’où la mise en oeuvre du programme d’énergie solaire, notamment le lancement de chantiers de construction du « Complexe Nour » à Ouarzazate, parallèlement aux échéances inscrites au programme d’énergie éolienne. Outre leur importance environnementale, ces chantiers nous rendront moins dépendants des importations énergétiques. Il est donc nécessaire d’engager une politique de formation efficiente et de développer les compétences en la matière, ce qui favorisera, de surcroît, la mise en oeuvre de la Charte nationale de l’environnement.

Par ailleurs, et en dépit de la crise financière mondiale, le secteur touristique au Maroc a pu se prémunir des effets pervers de cette crise grâce aux efforts et aux initiatives que Nous avons mis en oeuvre ces dernières années. Autant d’activités qui sont de nature à inciter tous les partenaires et les parties prenantes du secteur à s’impliquer dans la réalisation de la Vision 2020.

L’adoption d’une stratégie agricole avancée traduit à quel point Nous mesurons l’importance que revêt ce secteur vital. A cet égard, Nous rendons grâce à Dieu de nous avoir gratifiés cette année d’une pluie bienfaitrice et de récoltes abondantes.

Le programme « Maroc Vert » contribue à la modernisation du secteur agricole, en tenant dûment compte de l’intérêt constant qui doit être porté aux petits agriculteurs, en vue d’améliorer leurs conditions de vie.

Ayant à coeur de marquer Notre sollicitude pour cette catégorie de la population, Nous continuerons à la faire bénéficier de l’exonération fiscale. Cette exemption cessera d’être en vigueur à la fin de l’année en cours pour les gros investissements agricoles, mais Nous la maintiendrons en vigueur pour la moyenne et la petite agriculture.

En outre, Nous invitons le gouvernement à mettre en place une agence spéciale qui veille à mettre en adéquation la stratégie agricole et l’espace territorial de la population concernée, surtout dans les régions montagneuses où l’exploitation des terres marque un certain recul. Ces efforts doivent être menés en parfaite complémentarité avec les programmes d’aménagement du territoire.

Suivant la même démarche, Nous avons oeuvré à la promotion du secteur de la pêche maritime, à travers le plan « Halieutis », qui a réalisé des progrès tangibles et prometteurs, dignes d’appui et de soutien.

Au-delà de la croissance économique, Notre objectif fondamental demeure la réalisation de la justice sociale qui est le socle de la cohésion sociale.

Par conséquent, l’Initiative nationale pour le développement humain doit être considérée comme un chantier en constante évolution. En fait, il s’agit d’une véritable feuille de route, pour une vision de développement globale et audacieuse, qui ne se limite pas aux catégories pauvres et aux familles démunies, mais qui s’ouvre sur tous les chantiers de développement visant à réduire les disparités sociales et territoriales. Nous confirmons donc la nécessité de renforcer et d’élargir les programmes en cours de l’INDH, à travers d’autres mécanismes qui donnent la priorité aux projets générateurs de revenus.

A cette occasion, Nous saluons les résultats inédits des programmes nationaux d’encadrement dans le domaine de la lutte contre l’analphabétisme, notamment ceux que Nous avons initiés dans les mosquées depuis 2004. En effet, le nombre des bénéficiaires cette année atteindra un million et demi environ, qui seront ainsi en mesure de s’investir dans le processus de développement intégré de leur pays.

Compte tenu de la nécessaire complémentarité devant exister entre les composantes matérielles et morales du développement humain, Nous nous attachons à donner à la culture toute l’importance et tout l’intérêt qu’elle mérite. Nous sommes, en effet, convaincu qu’elle est le ciment de la cohésion de la nation, et le miroir de son identité et de son authenticité.

Le Maroc, riche de son identité plurielle aux multiples affluents linguistiques et ethniques, possède un patrimoine culturel et artistique digne d’admiration. Il appartient donc au secteur culturel de traduire concrètement cette diversité. Il devrait encourager toutes les formes d’expression créatrices, aussi bien celles en harmonie avec notre patrimoine séculaire que celles en phase avec le goût moderne, dans ses styles et ses genres, multiples et variés, et ce, dans une démarche où se conjuguent et se complètent les traditions ancestrales et les créations modernes.

Mais nous ne saurions préserver notre identité et la protéger des risques de repli et d’altération que par une compréhension judicieuse de notre religion. C’est pourquoi, dès Notre accession au Trône, Nous nous sommes attaché, en Notre qualité d’Amir Al Mouminine, défenseur de la foi et des fidèles, à protéger l’identité islamique de notre peuple, qui incarne un modèle marocain original de la pratique de l’Islam, et se distingue par une foi tolérante, et par l’unité du rite malékite, celui du juste milieu et de la modération. C’est dans cette optique que Nous avons lancé une stratégie pour la promotion du champ religieux. Nous l’avons consolidée par le plan de la « Charte des Ouléma », qui a notamment pour vocation d’assurer la sécurité spirituelle du Royaume et de préserver l’identité islamique marocaine.Cher peuple,

Depuis que Nous est échue la mission d’assumer la direction de la nation, Nous avons à c ur de réaliser la réforme de la justice, sa moralisation et sa modernisation, ainsi que le renforcement de son indépendance. Car, il ne s’agit pas seulement de faire prévaloir le droit et de réparer les injustices, mais également de créer un climat de confiance qui favorise le développement et incite à l’investissement. A cet égard, Nous notons avec satisfaction l’aboutissement à une charte de la réforme du système judiciaire, pour laquelle toutes les conditions requises sont désormais réunies. Il nous appartient donc à tous de nous mobiliser pour mener à son terme cette importante réforme.

Mais quelle que soit l’importance de cette réforme, des textes réglementaires et des mécanismes efficients qui ont été mobilisés à cet effet, il n’en reste pas moins que c’est la conscience responsable des parties prenantes qui sera le véritable test pour évaluer cette réforme, voire la clef du succès de ce secteur tout entier.

En faisant le bilan des réalisations accomplies dans le cadre de la marche que Nous conduisons sur la voie du développement et de la réforme, il Nous paraît nécessaire d’exprimer la fierté que Nous inspirent le civisme et l’attachement immuable à la mère patrie, dont font preuve les membres de notre communauté résidant à l’étranger. En effet, bien que leur situation matérielle ait pâti cette année de la crise financière mondiale, ils supportent volontiers les fatigues du voyage, parfois de longues distances à travers l’Europe, pour se rendre dans leur pays et y retrouver les leurs. Nous saluons, donc, leur patriotisme sincère, leur souhaitons la bienvenue, et les assurons de toute Notre sollicitude.

Cher peuple,

Le capital sympathie dont jouit notre première cause à l’international, s’est accru grâce à une bonne appréciation des tenants et des aboutissants de la question de notre intégrité territoriale. Cette évolution trouve son illustration dans le soutien grandissant apporté à notre initiative judicieuse, en l’occurrence notre proposition d’autonomie.

A cet égard, Nous relevons notamment que la dernière résolution du Conseil de Sécurité a fermement réaffirmé les paramètres incontournables pour parvenir à une solution politique consensuelle et réaliste. Par ailleurs, cette résolution met particulièrement l’accent sur la dimension régionale de ce différend et souligne la responsabilité de l’Algérie, en tant que partie concernée par ce litige, tant au niveau politique que sur le plan juridico-humanitaire touchant à la situation dégradante qui prévaut dans les camps de Tindouf.

Selon la même résolution, la question des droits de l’Homme ne doit être abordée qu’à travers les mécanismes nationaux, notamment le Conseil national des droits de l’Homme, qui jouit d’une crédibilité internationale, et par de fortes initiatives souveraines en interaction positive avec les procédures spéciales des Nations Unies. Devant l’obstination des autres parties qui persistent à maintenir la situation en l’état, et face à leurs campagnes de mystification, le Maroc s’appliquera à poursuivre la dynamique qu’il a enclenchée au niveau interne, essentiellement pour réaliser plus de bonne gouvernance économique et sociale, et ce, à travers le modèle de développement régional, que le Conseil national économique, social et environnemental s’attelle à élaborer, et dont Nous attendons la mise en oeuvre avec toute l’efficacité et tout l’engagement requis.

Le deuxième volet de cette dynamique porte sur le renforcement de la gouvernance territoriale et institutionnelle, qui passe par l’exploitation optimale des opportunités offertes par la régionalisation avancée.

En troisième lieu, cette dynamique visera l’amélioration de la gouvernance politique sécuritaire en vue de protéger les libertés individuelles et collectives des citoyens, ainsi que les biens, et ce, dans le respect des dispositions et des garanties prévues par la loi. De par sa nature et ses implications, ce processus équitable et judicieux requiert la mobilisation de toutes les forces vives et l’accompagnement des efforts déployés par les autorités publiques dans ce domaine.

Cher peuple,

Depuis Notre accession au Trône, le Maroc a connu, sur le plan de ses relations extérieures, une évolution constante et des avancées significatives, en synergie totale avec les différentes politiques publiques que le pays applique à l’interne.

A cet égard, Nous avons toujours veillé à suivre une politique internationale équilibrée et multidirectionnelle, tant et si bien que nous avons réussi à renforcer de manière concrète et tangible nos relations avec nos partenaires traditionnels, et à ouvrir des perspectives nouvelles et prometteuses avec les nouveaux partenaires.

Dans ce cadre, le Maroc a toujours gardé l’espoir de voir émerger un nouvel ordre maghrébin permettant à ses cinq pays de construire un avenir commun, concrétisé par des mécanismes de complémentarité et d’intégration et la libre circulation des personnes, des capitaux et des biens. Mais il faut, pour ce faire, s’abstenir de dresser des obstacles artificiels et d’imposer des conditions, et s’employer à être en phase totale avec les changements survenus sur la scène régionale.

La même conviction anime le Maroc vis-à-vis du monde arabe. En effet, notre pays oeuvre, de concert avec tous les Etats arabes, à l’élaboration d’une approche nouvelle de l’Action arabe commune.

A cet égard, Nous avons décidé, à l’occasion de Notre visite dans les Etats du Conseil de Coopération du Golfe, de poser les jalons d’un partenariat stratégique entre le Royaume et ce groupement régional harmonieux et prometteur. A ce sujet, Nous notons avec une profonde satisfaction les premiers résultats probants de ce partenariat.

A cette occasion, Nous tenons à exprimer nos remerciements et notre gratitude suite à la décision d’accorder au Maroc un soutien financier de la part de Nos Honorables Frères : le Serviteur des deux Saintes Mosquées, le Roi Abdullah Ibn Abdulaziz, Souverain du Royaume d’Arabie Saoudite, Son Altesse Cheikh Khalifa Ibn Zayed Al-Nehyane, Président de l’Etat des Emirats Arabes Unis, Son Altesse Cheikh Sabah Al-Ahmad Al-Jaber Assabah, l’Emir de l’Etat du Koweït, et Son Altesse Cheikh Hamad Ibn Khalifa Al-Thani et son successeur, Son Altesse Cheikh Tamim Ibn Hamad Al-Thani, l’Emir de l’Etat de Qatar. Nous leur savons éminemment gré de ce soutien qui consiste à faire annuellement don au Maroc d’un milliard de dollars sur une période de cinq ans, et pour la mise en uvre de cette décision. Par ailleurs, Nous avons poursuivi sans relâche nos efforts à la tête du Comité Al-Qods pour défendre la juste cause palestinienne, afin que, sur la base de l’Initiative de paix arabe, le peuple palestinien frère puisse vivre sur ses terres au sein d’un Etat indépendant.

En outre, Nous poursuivons notre soutien et notre engagement en faveur de la préservation de l’identité civilisationnelle et religieuse de la ville d’Al-Qods Al-Charif, notamment par le biais du Comité Al-Qods et son bras opérationnel, l’ Agence Bait Mal Al-Qods , qui assure la mise en oeuvre de nombreux projets tangibles. Nul doute que cette agence pourra optimiser son action d’utilité publique, si elle reçoit le soutien matériel nécessaire de la part de tous les pays islamiques, comme ils s’y sont conjointement engagés lors de la création de cette agence spécialisée.

Par ailleurs, le Maroc a poursuivi sa politique de solidarité vis-à-vis des pays africains frères, confirmant ainsi sa foi profonde dans les vertus de la coopération Sud-Sud.

A cet égard, Nous avons effectué, cette année, des visites officielles dans trois pays africains frères, mû par la volonté de raffermir les liens qui unissent le Maroc à son continent. Ces visites ont été l’occasion pour Nous de nous informer de la demande de ces pays en investissements et en savoir-faire marocains. Aussi, Nous invitons les opérateurs marocains à être réceptifs à cette demande pour favoriser une intégration, un rapprochement et une complémentarité accrus entre les économies de nos pays.

En outre, le Royaume a poursuivi sa stratégie d’ouverture axée sur une synergie constructive avec ses partenaires européens. De fait, notre pays a manifesté sa ferme volonté de renforcer sa relation bilatérale respectivement avec le Royaume d’Espagne et la République française, à l’occasion des visites effectuées dans notre pays par le Souverain espagnol, Sa Majesté le Roi Juan Carlos Ier, et Son Excellence, le Président français, François Hollande. Par ailleurs, les démarches conjointes se poursuivent pour renforcer encore davantage notre partenariat avec l’Union Européenne, dans le cadre du statut avancé qui distingue le Maroc. Il s’agit, pour cela, d’ouvrir des perspectives nouvelles et prometteuses devant cette coopération.

Ce rayonnement diplomatique s’est étendu aux autres continents et aux acteurs internationaux qui y opèrent, et avec lesquels nous veillons à renforcer nos relations.

Dans le même ordre d’idées, le Maroc a oeuvré, en sa qualité de membre non permanent du Conseil de Sécurité, à y porter haut la voix de l’Afrique et du monde arabe.

A cet égard, Nous tenons à réaffirmer, au nom du Maroc, sa solidarité avec le peuple syrien qui endure les affres du terrible conflit sanglant et dévastateur qui fait rage dans ce pays. Nous appuyons ses choix cruciaux et apportons notre soutien à son intégrité territoriale. Nous nous tenons également aux côtés de la République du Mali, ce pays frère, dans sa lutte pour préserver son intégrité territoriale et appuyons son choix national visant à prémunir son identité contre l’extrémisme et les démons du terrorisme.

Nous entendons continuer à mener notre action conformément à ces orientations de la diplomatie marocaine, adossées aux dispositifs de coopération renouvelés et adaptés aux évolutions internationales. Cher peuple,

En cette journée nationale mémorable, qui coïncide avec le mois béni de Ramadan, Nous avons une pensée émue et déférente pour la mémoire et l’âme immaculée des pionniers de la libération et de l’indépendance et des bâtisseurs de l’Etat marocain moderne, avec, au premier chef, Notre Auguste Grand-Père et Notre Vénéré Père, feu Leurs Majestés les Rois, Mohammed V et Hassan II, que Dieu bénisse leur âme et perpétue la mémoire de leurs bonnes actions, ainsi que tous les martyrs de la libération, de la résistance et de l’intégrité territoriale. Puisse Dieu les en rétribuer de belle manière.

Par ailleurs, Nous rendons hommage aux Forces Armées Royales, à la Gendarmerie Royale, à la Sûreté nationale, aux Forces Auxiliaires, à l’Administration territoriale et à la Protection civile pour le dévouement dont elles font preuve sous Notre commandement, afin de défendre la sécurité et la stabilité de la Patrie.

Je continuerai, Cher peuple, comme tu M’as toujours connu, à conduire, avec dévouement et abnégation, ta marche sur la voie de la démocratie et du développement, pour un Maroc uni et fort, avancé et prospère. Je prie le Très-Haut de raffermir les liens symbiotiques qui M’unissent à toi, et qui constituent l’atout majeur dont nous disposons pour relever les défis et atteindre les desseins les plus élevés. J’implore également le Tout-Puissant d’agréer ton jeûne et tes prières et de t’apporter bonheur et félicité, au présent comme à l’avenir.

Notre Seigneur, accepte cela de notre part : Tu es l’Entendant l’Omniscient .

Wassalamou alaikoum warahmatollahi wabarakatouh ».

29 juillet, 2013

SM le Roi préside les cérémonies commémorant la Fête du Trône et adresse un discours à la Nation

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 14:07

bienvenue sur le blog allahalwatanalmalik

SM le Roi préside les cérémonies commémorant la Fête du Trône et adresse un discours à la Nation

29 juillet 2013SM le Roi préside les cérémonies commémorant la Fête du Trône et adresse un discours à la Nation dans Liens roimohammedvi
Rabat  -

A l’occasion de la Fête du Trône, SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, présidera mardi un Iftar au Palais Royal à Casablanca, a annoncé lundi le ministère de la Maison Royale, du Protocole et de la Chancellerie dans un communiqué, précisant que le discours du Trône sera retransmis, le même jour, sur les ondes de la radio et à la télévision à partir de 13H00.

29 juillet 2013

SM le Roi, Chef Suprême et Chef d’Etat Major Général des Forces Armées Royales (FAR) présidera, mercredi soir au Palais Royal à Casablanca, la cérémonie de prestation de serment par les officiers, nouveaux lauréats des différents écoles et instituts militaires, paramilitaires et civils.

Voici le texte intégral de ce communiqué :

« Le ministère de la Maison Royale, du Protocole et de la Chancellerie annonce qu’à l’occasion de l’avènement du 14ème anniversaire de l’accession de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, au Trône de Ses glorieux ancêtres, le Souverain, que Dieu Le préserve, présidera mardi 21 ramadan 1434 de l’hégire, correspondant au 30 juillet 2013, un Iftar au Palais Royal à Casablanca.

En cette heureuse occasion, le discours du Trône sera retransmis sur les ondes de la radio et à la télévision à partir de 13H00.

Dans la soirée du mercredi 22 Ramadan 1434 de l’hégire, correspondant au 31 juillet 2013, Sa Majesté le Roi, Chef Suprême et Chef d’Etat Major Général des Forces Armées Royales (FAR) présidera au Palais Royal à Casablanca, la cérémonie de prestation de serment devant Sa Majesté par les officiers, nouveaux lauréats des différents écoles et instituts militaires, paramilitaires et civils.

Leurs Altesses Royales les Princesses, présideront dans la soirée du même jour la réception qu’offrira Sa Majesté le Roi, que Dieu L’assiste, au Palais Royal à Casablanca en l’honneur des invitées

SM le Roi, Amir Al Mouminine, préside une nouvelle causerie religieuse du mois de Ramadan

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 11:20

bienvenue sur le blog allahalwatanalmalik

SM le Roi, Amir Al Mouminine, préside une nouvelle causerie religieuse du mois de Ramadan

27 juillet 2013
Casablanca  -

Casablanca, 27 juil. 2013 (MAP) – SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, que Dieu l’assiste, accompagné de SAR le Prince Moulay Rachid, de SA le Prince Moulay Ismail et du Président de la république du Sénégal Macky Sall, a présidé, samedi au Palais Royal de Casablanca, la sixième causerie religieuse de la série des causeries hassaniennes du mois sacré de Ramadan, qui a été animée par Dr Amina Laraki, médecin dermatologue et prédicatrice au Conseil local des Oulémas de Rabat sous le thème: « le rôle de la foi dans la préservation de la santé des âmes et des corps ».

SM le Roi, Amir Al Mouminine, préside une nouvelle causerie religieuse du mois de Ramadan
27 juillet 2013

La conférencière a développé, à la lumière de la science moderne, certains aspects de la relation existant entre l’attachement aux enseignements de la religion et la préservation de la santé psychique et physique et abordé le thème de la causerie selon trois axes, à savoir les éléments éclairant la relation entre la foi et la santé physique, la foi et la santé physique et la foi et la santé psychique.

Elle a, d’emblée, affirmé qu’il n’y a pas de pratique cultuelle, si minime soit-elle, qui ne produise un effet bénéfique sur la santé de l’homme, que ce soit au niveau physique ou psychique, sinon sur les deux éléments à la fois, relevant à cet égard que la médecine moderne, malgré les progrès de la recherche scientifique, n’a pas encore réussi à trouver des remèdes efficaces à plusieurs maladies. C’est pourquoi, a-t-elle ajouté, de nombreux pays ont commencé à accorder un intérêt croissant à la médecine préventive pour venir à bout d’un certain nombre de pathologies et d’épidémies  surtout que plusieurs de ces maladies sont liées au mode de vie, et résultent de  comportements  inappropriés, aux niveaux individuel et collectif.

La science est d’ailleurs parvenue à cerner les causes et les moyens de la propagation de ces pathologies, de sorte qu’il est possible de s’en prémunir en changeant le comportement erroné en comportement sain et correct. Cela fait ressortir d’autant mieux le rôle de la religion à cet effet, a-t-elle dit, ajoutant que la médecine moderne tend à créditer la thèse que dans la plupart des maladies physiques, l’élément psychique joue un rôle très important, tant à leur naissance que durant leur évolution, car il existe une relation interactive entre les deux types de pathologie.

Elle a préconisé, en vue de transcender les aléas de la vie, l’adoption d’une posture spirituelle qui se ressource dans la patience, cultive le contentement, et la remise en cause de soi, autant d’exercices rejoignant les commandements de la religion.

Elle s’est, par la suite, penchée sur l’impact de la foi sur la maladie d’un point de vue scientifique, précisant que la recherche scientifique pose cette problématique à deux niveaux individuel et collectif.

Elle a expliqué qu’au niveau des individus, la foi influe sur la santé physique arguant que plusieurs études ont montré que les personnes pratiquantes s’exposent moins à l’anxiété apparente et ont un sens plus aigüe du soutien social et sociétal.

Au niveau de la collectivité, a précisé la conférencière, il est avéré qu’un environnement imprégné des valeurs  religieuses fait baigner le malade dans des sentiments marqués par un climat de spiritualité  où s’estompent les préoccupations matérialistes  et où il bénéfice de formes de soutien  qui allègent  son épreuve .

Après avoir rappelé que depuis les âges immémoriaux, l’homme s’est intéressé à la dualité corps –âme, elle a ajouté que le Saint Coran nous apprend que  les actes ont un impact sur leur auteur, selon qu’il s’agisse d’actes relevant de sa  partie lumineuse ou de sa partie obscure. La vision de l’islam est globale en entretenant  une relation étroite entre l’aspect matériel et l’aspect immatériel, a-t-elle dit.

La conférencière s’est ensuite attardée sur la méthodologie de l’islam dans la préservation de la santé corporelle, signalant que la première orientation de la religion dans ce ce sens concerne son exhortation à la purification et l’hygiène corporelle et la modération des états d’âme. Elle a fait remarquer qu’en plus des ablutions, différents hadiths insistent sur l’importance de la propreté de certaines organes.

Dans le domaine de la nutrition, a-t-elle encore argué, l’orientation fondamentale est de s’inscrire dans la modération, ajoutant que la religion proscrit en outre certaines boissons et aliments les considérant comme des impuretés dont les nuisances sont avérées soit  lorsqu’elles sont consommées à l’excès, soit  pour les désagréments qu’elles occasionnent à la santé, aux plans psychique et physique. Dans le même temps, l’islam a organisé  les relations sexuelles  et incité au mariage  par souci notamment de préserver la santé.

C’est ainsi que la philosophie de l’islam en matière de prohibition est la prévention du préjudice pour la personne elle-même et pour autrui selon la règle de la recherche du bien et le  rejet  des nuisances.

Elle a, par la suite, abordé certains états affectifs qui rapprochent le croyant de la plénitude  et du bien-être sanitaire qui est à sa portée, auxquels s’ajoute l’accomplissement des cinq  piliers de l’Islam. Elle a cité, à cet égard, la réponse positive du croyant à l’appel de la nature innée ( fitra), la perception par le croyant du sens de son existence, le réconfort par la présence divine qui dissipe le sentiment de solitude, l’oubli des déceptions  et des occasions ratées du passé, le contentement de ce que Dieu a ordonné, l’assurance que le croyant ne craint pas l’avenir, ainsi que l’évitement de la colère.
Les effets de la pratique cultuelle sur la santé s’accordent avec les recommandations de l’Islam déconseillant les comportements déviants qui propagent les mauvais sentiments entre les humains comme la haine, la médisance, la jalousie, l’avarice, le mensonge, la corruption et la violence, a-t-elle poursuivi.

Elle a attribué l’inadéquation constatée de nos jours entre la santé des musulmans et la sainte religion au plan doctrinal et comportemental à la faiblesse de la conscience religieuse du fait du recul des convictions doctrinales, de la conscience religieuse et son impact concernant  le renoncement aux obligations et aux vertus prônées par l’Islam et du sens de respect du contenu. Les êtres humains ne s’adonnent pas aux obligations cultuelles dans le but de garantir leur santé physique et psychique mais lorsqu’ils se conforment aux enseignements de la religion, cet engagement induit des avantages multiples qui rejaillissent sur la santé.

Soulignant les  potentialités du Maroc dans le domaine de l’enseignement de la religion, la conférencière s’est félicitée des instructions que SM le Roi Mohammed VI a données pour la mise à contribution des mosquées dans la lutte contre l’analphabétisme, du fort  dispositif d’encadrement religieux représenté par le Conseil Supérieur des Oulémas et des contingents de prédicateurs et des morchidines qui agissent sous leur égide et du succès des médias audiovisuels  dont le Souverain a  ordonné la mise en place pour l’orientation religieuse, grâce aux programmes de sensibilisation et d’éducation à la santé.

Elle a, d’autre part, proposé un programme de sensibilisation religieuse dans le cadre d’un programme de valorisation de la santé spirituelle pour promouvoir la santé physique et psychique, qui s’articule autour de l’élaboration d’un guide de sensibilisation sanitaire qui peut être utilisé par les imams, la consécration d’une séance de programmes de sensibilisation religieuse à l’éducation en matière de santé, en relation avec les orientations religieuses prescrites à ce sujet et ce, via les prêches du vendredi et les cours de prédication, et le programme de qualification dans le cadre de Mithaq Al Ouléma et dans les supports audiovisuels en faisant preuve d’innovation dans les approches pédagogiques. Nul doute qu’un tel plan, a assuré la conférencière, aura des résultats tangibles sur la santé du citoyen et l’économie de santé et, partant, sur le coût qui en résulte sur le plan national.

A cette occasion, le ministre des Habous et des affaires islamiques, Ahmed Toufiq, a remis au président sénégalais une copie du Saint Coran (Mushaf Muhamadi). Cette copie, éditée par la Fondation Mohammed VI pour la diffusion du Saint Coran, est une édition artisanale de luxe enrichie d’enlumineurs originales dans une couverture en peau authentique. Elle allie l’art marocain et quelque touches modernes, inventives dans les couleurs et le design. La calligraphie a été réalisée par l’artiste Mohamed Maalmine et les enluminures sont de l’artiste Abdellah El Ouazzani.

Au terme de cette causerie, SM le Roi, accompagné de SAR le Prince Moulay Rachid et du Président sénégalais, ont passé en revue un détachement de la Garde Royale, qui rendait les honneurs avant que le Souverain ne prenne congé de son illustre hôte.

 

source Map

Casablanca : SM le Roi inaugure un pavillon pour femmes détenues accompagnées de leurs enfants à l’établissement pénitentiaire Oukacha

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 11:17

bienvenue sur le blog allahalwatanalmalik

Casablanca : SM le Roi inaugure un pavillon pour femmes détenues accompagnées de leurs enfants à l’établissement pénitentiaire Oukacha

27 juillet 2013
Casablanca  -

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, accompagné de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan, a procédé, samedi à l’établissement pénitentiaire Oukacha de Casablanca, à l’inauguration de « la maison des mamans », un pavillon pour femmes détenues accompagnées de leurs enfants en bas âge.

Casablanca : SM le Roi inaugure un pavillon pour femmes détenues accompagnées de leurs enfants à l'établissement pénitentiaire Oukacha
27 juillet 2013

  Ayant pour vocation de préserver la dignité des femmes détenues et de protéger les enfants qui les  accompagnent en milieu carcéral, « la maison des mamans » traduit la Haute sollicitude dont le Souverain n’a eu de cesse d’entourer les personnes placées sous-main de justice afin de les préparer à une réinsertion effective dans la société et parer à leur récidive.

Ce projet s’inscrit en droite ligne du discours royal à l’occasion de l’ouverture de l’année judiciaire, le 29 janvier 2003 à Agadir, dans lequel le Souverain avait affirmé que  la sollicitude particulière que Nous réservons à la dimension sociale, dans le domaine de la justice, ne serait pas complète, sans que nous assurions aux citoyens incarcérés leur dignité humaine, qui, du reste, ne leur est pas déniée du fait d’une décision de justice privative de liberté .

Avec une capacité d’accueil de 24 personnes accompagnées d’enfants, la maison des mamans, réalisée par la Fondation Mohammed VI pour la Réinsertion des Détenus en partenariat avec la délégation générale de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion pour un coût global de 4,7 MDH, offre à ses pensionnaires toutes les conditions requises pour une vie descente. Elle dispose, en effet, de 12 chambres, d’une crèche pour enfants, d’une biberonnerie, d’un espace de détente, d’un parc de jeux, d’une salle de sport, ainsi que d’un Centre de formation professionnelle.

Un accompagnement des enfants est prévu à travers des exercices d’éveil et d’éducation, outre un dispositif d’enseignement préscolaire pour les enfants dont l’âge le permet. Par ailleurs, un staff médical spécialisé en gynécologie et en pédiatrie est au service des mères pensionnaires et de leurs enfants.

Le Centre de formation professionnelle est mis à la disposition des pensionnaires par l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) qui  y dispense des formations complémentaires en boulangerie-pâtisserie, en restauration et en service d’étage. Une filière artisanale de tissage est également prévue.

La réalisation de ce centre,  le 49eme du genre dans le Royaume, s’inscrit dans le cadre du programme de réinsertion socio-professionnelle des détenus, mis en œuvre par la Fondation Mohammed VI pour la Réinsertion des Détenus en partenariat avec la délégation générale de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion et ses autres partenaires.

SM le Roi a, à cette occasion, procédé à la remise de trousseaux à l’ensemble des femmes accompagnées de leurs enfants, ainsi que des attestations de réussite au baccalauréat et de la licence à 10 lauréats détenus, dont le nombre total s’élève à 219 bacheliers et 51 titulaires de la licence au titre de l’année en cours.

Le Souverain a également remis des attestations de réussite à cinq lauréates du programme d’alphabétisation.

Dix lauréats de la formation professionnelle ont également été récompensés à cette occasion, recevant des mains de SM le Roi leurs diplômes de fin de formation.  Au cours de cette année, quelque 6.750 détenus ont bénéficié de formations qualifiantes dans 53 filières et un total de 430 détenus ont pu suivre des formations dans les métiers agricoles.

A noter que 151 anciens détenus mineurs ont pu poursuivre leur cursus scolaire en intégrant l’établissement le plus proche de leur domicile après leur libération.

Le Souverain a, par la suite, remis à 30 ex-détenus, bénéficiaires du suivi du Centre d’accompagnement post-carcéral de Casablanca et porteurs de projets, des équipements et des chèques, d’une valeur globale de 700.000 DH, destinés à leur faciliter l’accès au monde du travail. Le Financement de cette action a bénéficié de l’appui de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH).

Ces différentes initiatives viennent ainsi conforter la nouvelle stratégie de réinsertion socioprofessionnelle des détenus, initiée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, qui gagne de plus en plus en efficience et permet aux ex détenus de vivre  leur entière citoyenneté.

28 juillet, 2013

Des élections anticipées sont incontournables si les concertations pour la formation d’une nouvelle majorité gouvernementale n’aboutissent pas à un consensus, a souligné, dimanche Nabil Benabdallah.

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 11:28

bienvenue sur le blog allahalwatanalmalik

Benabdallah: Le PPS est disposé à toutes les éventualités

source Menara / avec MAP

 

Nabil Benabdellah, ministre de l’Habitat, de l’urbanisme et de la politique de la ville | Menara

Nabil Benabdellah, ministre de l'Habitat, de l'urbanisme et de la politique de la ville

Des élections anticipées sont incontournables si les concertations pour la formation d’une nouvelle majorité gouvernementale n’aboutissent pas à un consensus, a souligné, dimanche Nabil Benabdallah.

 M. Benabdellah, qui s’exprimait lors d’une réunion, à Rabat, du Comité central du parti, a mis l’accent sur la nécessité de surmonter la crise gouvernementale actuelle afin de préserver la stabilité du pays, garantir la continuité des réformes et accélérer la mise en œuvre des dispositions de la Constitution.

« Nous sommes face à des concertations visant à former une nouvelle majorité » en vue d’un réaménagement ou d’un renforcement du gouvernement actuel qui demeure toujours « bâti sur les fondements sur lesquels nous avions décidé d’y participer », a affirmé M. Benabdallah, proposant au comité central de mandater le bureau politique afin que ce dernier puisse faire face à d’éventuels développement sur la scène politique.

Il a, en outre, indiqué qu’en cas de la formation d’un nouveau gouvernement, le PPS exprimera de manière claire et franche son point vue sur sa structuration et ses orientations fondamentales ainsi que sa position à son égard, réitérant la détermination de son parti à continuer à œuvrer à la réalisation de « la nouvelle génération de réformes radicales incontournables ».

Le PPS est disposé à toutes les éventualités y compris des élections anticipées, a-t-il martelé, soulignant que le parti accordera comme toujours la priorité à l’intérêt suprême de la nation.

M. Benabdallah a, par ailleurs, noté que l’institution royale, qui a constamment fait montre d’une volonté réformatrice certaine et qui a veillé à l’application de la méthodologie démocratique telle que prévue par la Constitution dans la désignation du Chef du gouvernement issu des urnes, a également veillé à adopter la même démarche face à la dernière crise gouvernementale.

 

source Menara / avec MAP

24 juillet, 2013

SM le Roi accepte les démissions des ministres du PI et leur demande d’expédier les affaires courantes (Communiqué)

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 11:47

BIENVENUE SUR LE BLOG ALLAHALWATANALMALIK

 

SM le Roi accepte les démissions des ministres du PI et leur demande d’expédier les affaires courantes (Communiqué)

22 juillet 2013
Rabat  -

SM le Roi Mohammed VI a reçu lundi de la part du chef du gouvernement les démissions présentées par plusieurs ministres, membres du parti de l’Istiqlal que le Souverain a bien voulu accepter, indique un communiqué du Cabinet Royal, dont voici le texte intégral :

SM le Roi accepte les démissions des ministres du PI et leur demande d’expédier les affaires courantes (Communiqué)
22 juillet 2013

« Sa Majesté Le Roi, que Dieu L’Assiste, a reçu ce jour de la part du chef du gouvernement les démissions présentées par plusieurs ministres, membres du parti de l’Istiqlal.

Sa Majesté Le Roi, que Dieu l’Assiste a bien voulu accepter lesdites démissions et enjoint aux ministres démissionnaires d’expédier les affaires courantes jusqu’à nomination de ministres en charge de leurs départements respectifs et ainsi permettre au chef de gouvernement d’entamer ses consultations en vue de constituer une nouvelle majorité ».

23 juillet, 2013

SM le Roi, Amir Al Mouminine, préside la quatrième causerie religieuse du mois de Ramadan

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 12:48

 

SM le Roi, Amir Al Mouminine, préside la quatrième causerie religieuse du mois de Ramadan

20 juillet 2013
Casablanca  -

SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, que Dieu l’assiste, accompagné de SAR le Prince Moulay Rachid et de SA le Prince Moulay Ismail, a présidé samedi, au Palais Royal de Casablanca, la quatrième causerie religieuse de la série des causeries hassaniennes du mois sacré de Ramadan.

SM le Roi, Amir Al Mouminine, préside la quatrième causerie religieuse du mois de Ramadan
20 juillet 2013

La causerie a été animée par le professeur Abdessalam Al-Abbadi, ancien ministre jordanien des Waqfs et des affaires islamiques et vice-président de l’Académie internationale du Fiqh islamique, sous le thème : « Les Waqfs et leurs rôles économiques et sociaux », partant de la parole divine :  « Ceux qui dépensent leurs biens pour la Cause de Dieu sont à l’image d’un grain qui produit sept épis contenant chacun cent grains. C’est ainsi que Dieu multiplie Sa récompense à qui Il veut, car Dieu est Omniprésent et Omniscient ».

Le conférencier a axé son exposé sur la définition du waqf, ses genres et ses domaines, tout en décrivant sa situation actuelle dans le monde islamique dans une optique de modernisation  et de développement tout en préservant son authenticité.

Il a tout d’abord mis l’accent sur la pertinence du thème, objet de cette causerie, particulièrement en cette conjoncture décisive de l’histoire de la Oumma, marquée par la recherche de solutions aux problèmes économiques et sociaux auxquels elle est confrontée, soulignant que le Waqf, si il est utilisé à bon escient, peut impacter positivement les domaines économiques et sociaux et jouer ainsi un grand rôle en matière de développement humain, politique, culturel et scientifique. Il a à cet égard mis en évidence la place qu’a occupée l’institution du Waqf à travers l’histoire islamique et ses réalisations aux retombés bénéfiques sur la communauté.

Il a précisé que la fonction dont le Waqf s’est, de tout temps, acquitté au sein des sociétés islamiques et arabes a consisté à financer de manière continue et efficiente des actions aux retombées bénéfiques sur la société, relevant l’intérêt particulier qu’il suscite désormais à différents niveaux, notamment dans les cercles scientifiques, en témoignent les multiples conférences et séminaires organisés autour de cette thématique particulièrement par la Banque Islamique de développement et l’Académdie du fiqh islamique.

Le conférencier a appelé à redynamiser l’institution du Waqf et à faire preuve d’Ijtihad pour rechercher de nouvelles formules d’investissements du Waqf, qui, tout en s’imprégnant de modernité, doivent être conformes à la chariaa.

Il s’est ensuite attardé sur la définition du Waqf, relevant les divergences qui opposaient les théologiens et les différentes doctrines qu’ils ont développées quant à la propriété de la donation faite en usufruit par un particulier à une oeuvre d’utilité publique, pieuse ou charitable.

Le professeur Abdessalam Al-Abbadi a, par la suite, passé en revue les plus importants arguments qui sous-tendent la légitimité du waqf puisés dans le Livre Saint et la Sunna (tradition du prophète Sidna Mohamed) citant à cet effet des versets coraniques et des Hadits incitant à cette action bienfaitrice, avant de se pencher sur la définition de l’argent et les doctrines des théologiens quant à sa donation dans le cadre du waqf.

Traitant des manifestations concrètes du waqf, Il a mis en exergue le grand apport de cette institution à travers l’histoire islamique, et ses retombés bénéfiques au service de l’intérêt général, lesquelles ont bénéficié aussi bien aux mosquées, à des écoles, instituts scientifiques, hôpitaux, outre la satisfaction de besoins sociaux, ce qui en fait, a-t-il dit, une institution embrassant les besoins de la société aux niveaux individuel et collectif.

Il a, d’autre part, exposé les différents genres de waqf qu’a connus la civilisation islamique, précisant que les donations ont porté sur les différents domaines de bienfaisance et de charité, répondant ainsi aux besoins de larges pans de la société.  Il a aussi cité des exemples contemporains de waqf portant sur l’argent, dont les bénéfices provenant de l’investissement de cet argent permettent, a-t-il ajouté, de satisfaire des besoins d’intérêt général ou de financer de bonnes actions au profit de la communauté.

Au terme de cette causerie, SM le Roi a été salué par les professeurs Abdessalam Al-Abbadi, ancien ministre jordanien des Waqfs et des affaires islamiques et vice-président de l’Académie internationale du Fiqh islamique, Aziz Hasanovic, mufti de Croatie, Abdel Aziz Sy, président de la Fédération des associations islamiques, porte-parole de la famille des Tijanes malékite et Cheikh Ahmed Tijani Niass, khalife général de la famille Niass.

Le Souverain a été également salué par MM. Monsour Sy, Alem et poète de la famille tidjane Sy, Saleh Barthonan Dolhay, professeur à l’Université islamique Syarif Hidayatullah à Jakarta, Adem Zilkic, président de la communauté islamique en Serbie et Mohamed Ben Moussa Al Hassani, président de l’Université arabe brésilienne d’échange culturel.

Par la suite, MM. Majid Boutaleb et Saad Boutaleb, fils de feu le professeur Abdelhadi Boutaleb, ont présenté à SM le Roi un livre intitulé  » Abdelhadi Boutaleb, parcours dans la pensée et dans la vie ».

A cette occasion, le ministre des Habous et des affaires islamiques, Ahme Toufiq a présenté à SM le Roi, Amir Al Mouminine, un ouvrage publié par son département intitulé « mémorisation du Saint Coran et sa diffusion dans le Royaume du Maroc ». Le livre, de 323 pages (grand format), traite de manière exhaustive des différentes manifestations traduisant l’intérêt porté au Livre Saint dans le Royaume, dans le cadre de la sollicitude dont SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, entoure le Saint Coran, des points de vue de son enseignement, de sa mémorisation, sa psalmodie, sa diffusion et son édition.

16 juillet, 2013

SM le Roi offre un Iftar familial en l’honneur de SM le Roi Juan Carlos 1-er d’Espagne

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 18:30

BIENVENUE SUR LE BLOG ALLAHALWATANALMALIK

SM le Roi offre un Iftar familial en l’honneur de SM le Roi Juan Carlos 1-er d’Espagne

15 juillet 2013SM le Roi offre un Iftar familial en l’honneur de SM le Roi Juan Carlos 1-er d’Espagne
Rabat   -

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, accompagné de SAR le Prince héritier Moulay El Hassan, de SAR le Prince Moulay Rachid et de Leurs Altesses Royales Les Princesses Lalla Salma, Lalla Khadija, Lalla Meriem, Lalla Asmaa et Lalla Hasna, a offert, lundi en la résidence royale à Dar Essalam à Rabat, un Iftar familial en l’honneur de Sa Majesté le Roi Juan Carlos 1er d’Espagne, en visite de travail officielle au Maroc.

 

 

13 juillet, 2013

SM Le roi, amir al moumininne, préside la deuxième causerie religieuse du mois de ramadan 13 juillet 2013 SM le Roi, Amir Al Mouminine, préside la deuxième causerie religieuse du mois de Ramadan

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 18:44

SM Le roi, amir al moumininne, préside la deuxième causerie religieuse du mois de ramadan
13 juillet 2013

BIENVENUE SUR LE BLOG ALLAHALWATANALMALIK

SM le Roi, Amir Al Mouminine, préside la deuxième causerie religieuse du mois de Ramadan

Rabat -
SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, que Dieu l’assiste, accompagné de SAR le Prince Moulay Rachid et de SA le Prince Moulay Ismail, a présidé, samedi au Palais royal à Rabat, la deuxième causerie religieuse, de la série des causeries hassaniennes du mois sacré de Ramadan.
SM le Roi, Amir Al Mouminine, préside la deuxième causerie religieuse du mois de Ramadan
13 juillet 2013

Cette causerie a été animée par Cheikh Chaouki Allam, Mufti de la République arabe d’Egypte, sous le thème: « La relation entre transactions et éthique », partant du hadith du Messager de Dieu, prière et paix sur Lui: « J’ai été envoyé pour parachever les bonnes vertus ».

Après avoir indiqué que les messagers de Dieu ont eu, entre autres missions, d’inculquer aux humains la bonne moralité, le conférencier a souligné, versets coraniques à l’appui, la grande importance et la place de choix que l’Islam accorde à l’éthique, qui constitue l’un des fondements de la chariaa.

En Islam, a-t-il dit, l’éthique se développe chez le fidèle concomitamment avec l’enracinement de la foi et interagit avec sa conduite, la sainte religion étant un système intégré au sein duquel l’éthique englobe tous les aspects de la vie. Cette conception a été comprise, tout au long des siècles, par les musulmans qui se sont, par conséquent, employés à la mettre en application dans différents domaines, dont celui des transactions financières pour lesquelles ils ont défini, outre les conditions habituelles, des critères éthiques.

Se référant aux versets du saint Coran et aux différents écrits réalisés par des théologiens et des spécialistes autour de l’indispensable corrélation entre transactions financières quotidiennes et éthique, le conférencier a indiqué que cette corrélation établit un équilibre en matière de transactions financières dans les différents aspects, en l’occurrence entre le capital et le travail, entre production et consommation.

Il a affirmé qu’aussi bien les textes coraniques que la tradition du prophète Sidna Mohamed ont établi un lien indéfectible entre éthique dans les différents domaines de la vie de l’homme et la foi, qui récuse toute forme de dépravation, et de fraude, tout en incitant les croyants à inculquer la bonne conduite et ses bienfaits, particulièrement ceux sous-tendant l’entraide et la coopération. Cette corrélation entre éthique et transactions financières, a-t-il dit, prémunit la communauté islamique des crises économiques, aussi longtemps que ses membres s’y attachent.

Il n’est donc pas étonnant, a ajouté Cheikh Chaouki Allam, que l’absence de valeurs et de l’éthique entraine inéluctablement la propagation du vice, de la dépravation et de la fraude politique et sociale, avec leur corollaire d’injustice, de manque de magnanimité, d’intolérance.

Si l’observance de ces bonnes vertus conduit à la stabilité des transactions financières, à leur évolution et à leur promotion, d’autres pratiques répréhensibles contre lesquelles l’Islam a mis en garde, sont en revanche de nature à nuire aux rapports entre les musulmans, a fait savoir le conférencier, citant notamment la fraude dans les actes d’achat et de vente, la malversation, la tromperie, ou encore la concurrence déloyale.

D’après lui, l’éthique en Islam ne se réduit pas à de simples pratiques religieuses, mais elle est un devoir recommandé par la Charia, soulignant que l’engagement à faire preuve d’éthique dans les différents rapports avec les membres de la communauté, particulièrement les transactions financières, est un impératif qui n’a jamais fait l’objet de controverses entre les musulmans.

Cela, a-t-il poursuivi, transparait à travers plusieurs versets coraniques prohibant la mauvaise conduite et promettant des sanctions à ceux qui ne s’en écartent pas.

Le conférencier a conclu que l’éthique est consubstantielle de tout comportement émanant de l’homme, ajoutant que la morale islamique englobe la conduite de l’homme dans sa vie privée et dans ses rapports avec autrui dans divers domaines, laquelle morale, a-t-il dit, a contribué et continue de le faire à faire prévaloir affection, miséricorde et bonheur, au sein de la société islamique.

Il a fait remarquer que dans les pays non musulmans, notamment ceux de l’occident où la morale islamique fait défaut et où la population s’intéresse plutôt aux valeurs matérielles et délaisse les principes de la foi, prévalent le crime, la délinquance, les crises économiques et financières au point que ces sociétés frôlent la banqueroute. C’est pourquoi, a-t-il dit, l’intelligentsia de ces sociétés s’est mise de nos jours à prôner un retour aux valeurs morales.

Au terme de cette causerie, SM le Roi a été salué par les professeurs Chaouki Allam, Mufti de la République arabe d’Egypte, Tahar Tajkani, président du conseil marocain des Oulemas pour l’Europe (Belgique), Abderrazak Abderrahman Asaad Assaadi, universitaire (Irak), Mohamed Jarad Al Aissaoui, Imam de la mosquée Cheikh Abdelkader Kilani (Irak) et Bachar Aouad Maarouf, du Centre royal jordanien hachémite de documentation (Jordanie).

Le Souverain a été également salué par MM. Nabil Matchong Bing, secrétaire général adjoint de l’assemblée islamique de Chine, Mohamed Mokhtar Ould Bah, président de l’université islamique de Chenguit (Mauritanie), Mohamed Petchovich, professeur des études islamiques à l’université Novi Pazar dans le sud de la Serbie et Jamal Abou Al Hounoud, Conseiller du ministre palestinien des Wakfs et des affaires religieuses.

A cette occasion, le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, a présenté à SM le Roi, Amir Al Mouminine, l’enregistrement du livre saint « Al-Moushaf Al-Mohammadi » récité. Chaque année le ministère des Habous et des affaires islamiques procède à des enregistrements du saint Coran par la voix d’un ou de plusieurs déclamateurs, en signe d’encouragement à la diffusion du Livre Saint, en application des hautes instructions de SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine.

12