POUR LA VERITABLE LIBERTE

ALLAH AL WATAN AL MALIK

25 août, 2013

SAR la Princesse Lalla Meryem, un engagement inconditionnel en faveur de la promotion des droits des femmes et des enfants

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 14:34

Bienvenue sur le blog allahalwatanalmalik

SAR la Princesse Lalla Meryem, un engagement inconditionnel en faveur de la promotion des droits des femmes et des enfants

25 août 2013
Rabat  –  

La Famille royale, en communion avec l’ensemble du peuple marocain, célèbre, lundi, l’anniversaire de SAR la Princesse Lalla Meryem, connue pour son sens aigu de solidarité et de son action remarquable en faveur de l’émancipation de la femme marocaine et de la protection des droits des enfants.

Comme chaque année, le 26 août représente une date gravée dans la mémoire des Marocains qui célèbrent tout aussi le combat mené au quotidien et sans relâche par SAR la Princesse Lalla Meryem pour promouvoir les conditions des femmes marocaines, arabes et africaines et sauvegarder l’intégrité physique, morale et spirituelle des enfants en situation difficile.

Très jeune, SAR la Princesse Lalla Meryem avait choisi sa cause essentielle et suivi, pour sa réalisation, un parcours qui est devenu, au fil du temps, de plus en plus exceptionnel marqué par un fort engagement social.

Sa présence sur le front du développement depuis de longues années et ses efforts inlassables et continus en faveur des droits de la femme et de la protection des enfants ont été couronnés en 2010 par la remise à Son Altesse Royale du Prix Femmes Leaders Mondiales .

Cette distinction internationale lui a été attribuée par l’association « Femmes Leaders Mondiales » en sa qualité de présidente de l’Union nationale des femmes marocaines (UNFM) et en reconnaissance à son action remarquable, son sens aigu de la solidarité et sa mobilisation permanente pour renforcer le statut des femmes marocaines, arabes et africaines pour qu’elles s’impliquent à conforter le développement et l’accès au progrès.

Ce trophée, qui met le Maroc à l’honneur, a été également une reconnaissance de la contribution de SAR la Princesse Lalla Meryem confortant le Royaume dans sa stature de « médiateur influent de la paix, du développement croisé et de rencontres harmonieuses entre les peuples ».

Son Altesse Royale a ainsi assumé avec grand mérite les lourdes responsabilités qui lui sont confiées en tant que Présidente des Oeuvres sociales des Forces Armées Royales, de la Fondation Hassan II pour les Marocains Résidant à l’Etranger, de l’Association Marocaine de Soutien à l’UNICEF, de l’Union nationale des femmes marocaines (UNFM), de l’Observatoire National des Droits de l’Enfant (ONDE) et du Parlement de l’enfant.

SAR la Princesse Lalla Meryem est aussi présidente d’honneur de plusieurs associations uvrant au profit de l’enfance, notamment l’association d’aide et de soutien de l’enfant asthmatique, les « Bonnes Oeuvres du Coeur » et l’association « L’Avenir » des parents et amis des enfants atteints du cancer.

Sa mobilisation en faveur de la question des droits et du bien-être des enfants, futurs acteurs de la société, a permis la concrétisation de plusieurs actions ayant permis l’amélioration de la qualité de leur vie notamment le lancement, chaque année, de la campagne nationale de vaccination, une action qui a permis au Maroc de réaliser des avancées spectaculaires dans le domaine de l’immunisation.

En effet, SAR la Princesse Lalla Meryem, présidente de l’ONDE a procédé, en avril dernier au centre de santé urbain Hay Mohammadi à Marrakech, au lancement de la campagne nationale de vaccination contre la rougeole et la rubéole.

Son Altesse Royale a également déployé des efforts soutenus pour lutter contre l’exploitation des enfants, particulièrement les petites filles, au travail tout en oeuvrant pour leur assurer la scolarisation.

Concernant la promotion du rôle de la femme et le renforcement de sa place dans la société, SAR la Princesse Lalla Meryem s’est investie pleinement dans cette cause et a multiplié les efforts pour atteindre son objectif. Sa présidence à la tête de l’UNFM depuis sa nomination en 2003 a profité à bien des égards aux femmes et aux enfants qui ont vu leurs statuts revalorisés et réhabilités.

C’est dans le même esprit qu’elle avait présidé en mars dernier à Rabat la cérémonie d’ouverture du Congrès international sur « La femme rurale partenaire du processus de développement », organisé à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la femme, et au cours duquel six conventions de partenariat relatives à la promotion de la femme rurale ont été signées.

De même, à l’occasion du lancement de la campagne nationale du don de sang, Son Altesse Royale, qui adhère à diverses actions sociales, a tenu à marquer l’événement en faisant un don de sang au Centre régional de transfusion sanguine de Rabat.

Sur le plan diplomatique, SAR la Princesse Lalla Meryem avait pris part en septembre dernier à Paris à l’inauguration du département des Arts de l’Islam au sein du prestigieux musée du Louvre, qui a vu le jour grâce à la générosité de plusieurs donateurs français et du monde arabo-musulman, dont notamment SM le Roi Mohammed VI.

Au niveau international, Son Altesse Royale a fait preuve d’un grand dynamisme et a adhéré à plusieurs manifestations d’ordre social, en donnant, en mars 2009, son accord pour assurer la présidence d’honneur de la Fondation espagnole ESAN pour le développement et l’innovation dans le sud de l’Europe et l’Afrique du Nord.

Son Altesse Royale, également présidente effective de la Fondation Hassan II pour les oeuvres sociales des Forces Armées Royales, a vu ses efforts récompensés en juillet 2003, lorsque le Souverain l’a promue au grade de colonel-major.

Son engagement inconditionnel en faveur de sa cause et sa ferme détermination à atteindre les objectifs escomptés, lui ont valu la reconnaissance de la communauté internationale notamment des responsables d’institutions agissant en faveur des droits de l’enfant.

Ainsi, en 2011, SAR la Princesse Lalla Meryem a reçu le prix « Méditerranée pour l’Enfance » qui lui a été attribué par la Fondation Méditerranée pour la paix, en signe de reconnaissance pour l’ensemble de ses oeuvres et de ses actions en faveur de la protection des droits des enfants.

Ce prix qui, de par sa valeur, vient juste après le prix Nobel, traduit la haute estime dont jouit Son Altesse Royale au niveau international pour ses grandes oeuvres en faveur de la promotion et la protection des droits des enfants.

En juillet 2001, le Directeur général de l’Unesco, M. Koïchiro Matsuura, remet à Son Altesse Royale le titre d’Ambassadrice de bonne volonté de l’Unesco, en reconnaissance de son action inlassable en faveur de la cause des enfants et du respect de leurs droits dans le monde.

Les réalisations accomplies tout au long de son parcours exceptionnel font de SAR la Princesse Lalla Meryem une personnalité incontournable sur le continent africain.

22 août, 2013

SM le Roi préside au Palais Royal à Rabat une réception à l’occasion du 50è anniversaire du Souverain

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 14:09

Bienvenue sur le blog allahalwatanalmalik

SM le Roi préside au Palais Royal à Rabat une réception à l’occasion du 50è anniversaire du Souverain

21 août 2013
Rabat  -

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, accompagné de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan, de SAR le Prince Moulay Rachid et de SA le Prince Moulay Ismail, a présidé, mercredi au Palais Royal à Rabat, une réception à l’occasion du 50ème anniversaire du Souverain.

SM le Roi préside au Palais Royal à Rabat une réception à l’occasion du 50è anniversaire du Souverain
21 août 2013

A cette occasion, SM le Roi a décoré plusieurs personnalités nationales et étrangères de wissams royaux.

Ainsi, l’artiste Mekki Amghara a été décoré, à titre posthume, du Wissam Al Moukafaa Al Watania de l’ordre de commandeur, qui a été remis à sa veuve Mme Chamsnour Ismail et à son fils Kamal Amghara.

De même, les défunts artistes Miloud Labyed et Fatima Rwayed, connue sous le nom de Fatima Hassan Farrouj ont été également décorés à titre posthume du même wissam. Les décorations royales ont été remises à Mustapha Laasli, neveu de feu Labyed et à Hassan Ferrouj époux de feue Fatima Rwayed.

SM le Roi a également décoré du Wissam Al Moukafaa Al Watania de l’ordre de commandeur les artistes Abdelkébir Rabie et Fouad Bellamine, les maitres artisans, El-Housseine Lamane, Hafid M’daghri Alaoui, Yahya Rawach et Zoubeir Benthami, les auteurs-compositeurs et interprètes Abdelouahab Doukkali, Mahmoud Idrissi, Fathallah Mghari, les réalisateurs Noureddine Lakhmari, Farida Belyazid, Mohamed Miftah, Abdelhaq Zerouali, les comédiens Said Naciri et Hassan El Fad, et à titre posthume feu Mohamed Habarman (Benbrahim). La décoration a été remise à son fils Ibrahim Habarman.

Ont été également décorés du même wissam les artistes Mohamed Mghari (Momo), fondateur du festival  Boulevard, Abdelghafour Mohcine (Vigon), Hamid Zahir, Haja Hamdaouiya, Mohamed Bajeddoub et Najat Aatabou.

Le Souverain a aussi décoré du wissam Alaoui de l’ordre de commandeur l’épouse de René Derrive, Mme Jacqueline Boix, fonctionnaire au Palais royal et du Wissam Al Moukafaa Al Watania de l’ordre d’officier, M. Nasser Abdeljalil, devenu le premier Marocain à réussir l’ascension de l’Everest, Amine Chentouf, détenteur de trois médailles d’or et auteur d’une double performance aux championnats paralympiques d’athlétisme 2013 de Lyon, le cavalier Abdelkebir Ouaddar, vainqueur du Grand Prix de la ville de Vichy (France) de saut d’obstacles et Hassan Benabicha, entraineur de l’équipe nationale de football des moins de 19 ans, médaillé d’or des derniers jeux méditerranéens.

Ont été aussi décorés du même wissam le pilote automobile Mehdi Bennani, l’athlète Najat El Garaa, médaillée d’or du concours du lancer de disque aux Jeux Paralympiques 2013 de Londres, les artistes Saadia Bettah (Souad Saber), Samia Aqario et le chanteur de rap Taoufiq Hazib (Big) et à titre posthume feu Mohamed Majd. La décoration royale a été remise à son fils Wahid Majd.

SM Le Roi a aussi décoré du même wissam les membres des groupes du rap  H’kayne  (Hatim benssalha, Azzedine Bouhoud, Othman Benhami et Adil Benchekroun), et  F’naire  (Feu Hicham Belqass, Amine Hannaoui, Mohcine Tizaf, Achraf Aarab et Khalifa Mennani). La décoration royale décernée à titre posthume à feu Belqass a été remise à son père Abdeslam Belqass.

Issam Kamal, Foulan Mohcine, Nabil Andaloussi Wartassi, Mohammed Hamam, Adil Laaqissi, membres du groupe du rai-fusion Mazagan ont été aussi décoré du même wissam.

SM le Roi a également décoré du Wissam Alaoui de l’ordre d’officier Mme Serra Dominique, fondatrice du  Trophée automobile des gazelles et du wissam Al Moukafaa Al Watania de l’ordre de chevalier les comédiens Kamal Kademi et Dounia Boutazout, les artistes Saida Charaf et Dounia Batma et le chanteur de rap Oussama Dalouli (Komy).

A cette occasion, SM le Roi a été salué par plusieurs personnalités du monde de la science et de la culture, qui ont remis au Souverain certains de leurs ouvrages.

Il s’agit de M. Abdelhaq Lamrini, historiographe du Royaume et porte-parole du Palais Royal qui a remis à Sa Majesté le Roi un ouvrage intitulé Epopée de Mohammed V. Cet ouvrage retrace le parcours de feu SM Mohammed V depuis son intronisation jusqu’à son décès en mettant la lumière sur les étapes de la lutte menée par le libérateur de la Nation.

Il s’agit également de M. Mustapha EL Ktiri, Haut-commissaire aux anciens résistants et anciens membres de l’armée de libération qui a présenté au Souverain les ouvrages des chercheurs Hassan El Figuigui et Abdellah Stitou, intitulés  Résistance contre la présence ibérique dans les présides nord occupés 1415-1574 et Le Rôle de Tafilalet dans l’organisation des relations entre la société tribale, le Makhzen et le colonisateur.

Il s’agit de même de M. Hamdani Chbihenna Maa El Ainaine, professeur à la Faculté des lettres de l’Université Mohammed V de Rabat et membre du Conseil constitutionnel qui a présenté à SM le Roi deux ouvrages en arabe intitulés Al Manara et  Marouiyat Al Boukhari Aan Malik et un recueil de poèmes sur le prophète.

Le Souverain a aussi été salué par MM. Abdelkrim Belguendouz, chercheur et spécialiste des questions de la migration, et  Abdelghani Abou Al Azm, ancien enseignant à la faculté des lettres Ain Chock de Casablanca qui ont présenté au Souverain un ouvrage intitulé gouvernance migratoire au Maroc et CCME en Débat (2008-2013) et le dictionnaire Al Ghani Zaher  en 4 tomes.

Par la même occasion, M. M’hamed Zrioueli, spécialiste et chercheur en économie sociale et membre de la Commission consultative de la régionalisation, M. Mohamed Al Azhar, professeur à la faculté de droit de Mohammedia, Ahmed Msaaya, ancien directeur de l’Institut Supérieur d’Art dramatique et d’Animation culturelle et Abdelkébir Alaoui Ismaili, journaliste et directeur des éditions Azzamane, ont présenté à SM le Roi les ouvrages intitulés Pouvoirs régionaux, Etats nationaux et Union du Maghreb Arabe, Le pouvoir judiciaire dans la constitution : étude juridique, Guide du théâtre marocain : un demi-siècle de création et la politique étrangère du Maroc durant la seconde moitié du XVIIIe siècle de l’historien espagnol Ramon Lourido Diaz.

SM le Roi a ensuite été salué par M. Abdelouhab Benkeroum Essadki, ancien conservateur de la bibliothèque de la faculté des sciences de l’éducation à Rabat, qui a présenté au Souverain deux ouvrages sur l’érudit Mohamed El Fassi.

Par la suite, Mlle Zineb Idrissi Khemlichi, artiste peintre, a présenté à SM le Roi un recueil de ses œuvres, alors que Mlle Youssra Achouane, lycéenne de Casablanca, a présenté au Souverain un recueil de poèmes intitulé Zahrat Al Oukhouane.

Ont pris part à cette réception, le chef du gouvernement, les présidents des deux chambres du Parlement, les Conseillers de SM le Roi, les membres du gouvernement, les hauts commissaires, les présidents des institutions constitutionnelles, les directeurs des cabinets royaux, les officiers supérieurs de l’Etat-major général des Forces Armées Royales, les membres du corps diplomatique accrédité au Maroc, ainsi que des personnalités représentant la société civile et le monde la culture.

SM le Roi adresse un discours à la Nation à l’occasion du 60ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 14:05

Bienvenue sur le blog allahalwatanalmalik

 

SM le Roi adresse un discours à la Nation à l’occasion du 60ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple

20 août 2013
Rabat  -

SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a adressé, mardi, un discours à la Nation à l’occasion du 60ème anniversaire de la glorieuse Révolution du Roi et du Peuple.

SM le Roi adresse un discours à la Nation à l'occasion du 60ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple
20 août 2013

Ci-après le texte intégral du Discours Royal:

« Louange à Dieu,

Prière et salut sur le Prophète, Sa famille et Ses compagnons.

Cher peuple,

C’est avec joie et fierté que nous commémorons aujourd’hui le 60ème anniversaire de la glorieuse Révolution du Roi et du Peuple. Dans les valeurs de sacrifice et de solidarité nationale qu’elle incarne, Nous puisons la volonté nécessaire pour maintenir le cap et entretenir la dynamique constamment renouvelée dans les différents domaines.

Si une bonne partie de Notre peuple fidèle n’a pas connu cette révolution contre la colonisation, elle vit aujourd’hui, grâce à Dieu, une nouvelle révolution, menée sous Notre impulsion, dans les domaines du développement humain et du progrès économique et social. Elle vit sa citoyenneté dans la dignité, faisant preuve du même patriotisme sincère et du même attachement symbiotique entre le Trône et le peuple, qui prévalaient à l’époque.

C’est une révolution continue qui exige la mobilisation de tous. Elle requiert que chacun s’investisse fortement dans les chantiers de développement, afin de relever les défis actuels et à venir et de concrétiser les aspirations légitimes de nos citoyens.

Si Dieu le Très-Haut a réservé à chaque pays sa part de biens et de ressources, Il a gratifié le nôtre d’une richesse renouvelable, en l’occurrence nos ressources humaines. Il s’agit, au premier chef, de notre jeunesse ambitieuse, imprégnée d’amour pour sa patrie, fière de ses traditions séculaires, nantie d’une éducation saine. Ceci tient à la volonté des marocains d’assurer une bonne éducation à leurs enfants et de leur inculquer les hautes valeurs morales et les vertus de l’attachement aux constantes suprêmes de la nation, dans le cadre de la complémentarité entre la maison et l’école et de l’ouverture sur les innovations des temps modernes.

Nous considérons que l’affection dont les parents entourent leurs enfants, et les responsabilités qu’ils assument pour les accompagner et instiller en eux les valeurs et les principes suprêmes, sont des facteurs clés de promotion sociale et de consolidation du développement intégré.

Et parce que Nous entendons que le citoyen marocain soit au cœur du processus de développement et des politiques publiques, Nous tenons à ce que l’école puisse disposer des moyens lui permettant de remplir sa mission d’éducation et de formation.

Nous veillons personnellement à ce que les différentes régions du Royaume disposent des infrastructures, notamment  les routes, ainsi que de l’eau, l’électricité, le logement pour les enseignants, les maisons des étudiantes et des étudiants et bien d’autres équipements de base qui viennent compléter l’action du secteur de l’éducation, afin qu’il puisse s’acquitter des nobles missions éducatives et pédagogiques qui lui sont dévolues.

A cet égard, notre pays compte à son actif, dans les domaines de l’éducation et de la formation, d’importantes réalisations qui se sont traduites notamment par l’accroissement du taux de scolarisation, surtout parmi les filles, grâce aux efforts méritoires des hommes et des femmes de l’enseignement.

Mais le chemin à parcourir reste long et ardu pour que ce secteur puisse remplir son rôle de locomotive du développement économique et social. Car, en effet, la question pressante qui demeure posée est la suivante : comment se fait-il qu’une frange de notre jeunesse n’arrive pas à réaliser ses aspirations légitimes aux niveaux professionnel, matériel et social ?

Le secteur de l’éducation est en butte à de multiples difficultés et problèmes, dûs en particulier à l’adoption de programmes et de cursus qui ne sont pas en adéquation avec les exigences du marché du travail. Ces écueils sont imputables également aux dysfonctionnements consécutifs au changement de la langue d’enseignement dans les matières scientifiques. Ainsi, l’on passe de l’arabe, aux niveaux primaire et secondaire, à certaines langues étrangères dans les branches techniques et l’Enseignement supérieur. Ce changement implique, à l’évidence, l’impératif d’une mise à niveau linguistique de l’élève ou de l’étudiant pour qu’il puisse suivre utilement la formation qui lui est dispensée.

Il y a lieu de se féliciter des résultats positifs qui ont été enregistrés dans les domaines de la formation professionnelle et technique et de l’artisanat.

Ce sont, en effet, des domaines qui assurent aux candidats, avec ou sans baccalauréat, une formation spécialisée de deux ou quatre ans, qui offre aux diplômés plus de chances d’accès direct et rapide à l’emploi et d’opportunités d’insertion dans la vie professionnelle.

En revanche, il en est tout autrement  pour les lauréats de certaines filières universitaires. En effet, et nonobstant les efforts louables fournis par les cadres universitaires, celles-ci ne devraient pas constituer des usines à chômeurs, surtout dans certaines spécialités dépassées.

De même qu’il faudrait consolider cette formation par une exploitation judicieuse d’une vertu qui caractérise le citoyen marocain, à savoir sa propension naturelle à l’ouverture et son désir de connaître les cultures et les langues étrangères.

Pour ce faire, il convient de l’encourager à apprendre et à maîtriser ces langues, parallèlement aux langues officielles prévues dans la Constitution. Il s’agit de parachever sa qualification, d’affiner ses connaissances et de lui permettre de travailler dans les nouveaux métiers du Maroc, qui accusent un grand déficit en main d’œuvre qualifiée, tels que ceux de la construction automobile et des centres d’appel, ceux liés à l’aéronautique et d’autres encore.

A l’instar de ces métiers et services, et de ces écoles et instituts supérieurs de gestion, de management et d’ingénierie, il est nécessaire d’apporter plus de soutien et d’encouragement au secteur de la formation professionnelle. De même, les travaux manuels et les professions techniques, dans leur acception la plus large, doivent être réhabilités.  Il faut être fier de les pratiquer et de les maîtriser, comme le préconise, en substance, le Hadith de Notre aïeul, le Prophète  Sidna  Mohammed-Paix et salut sur Lui- :   nul n’a jamais mangé meilleur aliment que celui provenant du travail de sa main  . Il faut aussi tenir compte, à cet égard, de la place privilégiée que ces métiers occupent désormais sur le marché du travail, comme source de revenu importante et moyen de gagner sa vie dignement.

C’est pourquoi de nombreux européens affluent vers le Maroc pour travailler dans ce secteur prometteur, et livrent même une concurrence à la main d’œuvre marocaine opérant dans ces créneaux.
Cher peuple,

La situation actuelle du secteur de l’éducation et de la formation nécessite de marquer une halte pour un examen de conscience objectif permettant d’évaluer les réalisations accomplies et d’identifier les faiblesses et les dysfonctionnements existants.

Il convient à cet égard de rappeler l’importance de la Charte nationale d’Education et de Formation, qui a été adoptée dans le cadre d’une approche nationale large et participative.

Par ailleurs, les gouvernements successifs se sont attachés à mettre en œuvre les préconisations de cette charte, surtout le gouvernement précédent qui a déployé les moyens et les potentialités nécessaires pour mener à bonne fin le Plan d’urgence, dont il n’a, d’ailleurs, entamé la réalisation qu’au cours des trois dernières années de son mandat.

Malheureusement, les efforts nécessaires n’ont pas été entrepris pour consolider les acquis engrangés dans le cadre de la mise en œuvre de ce Plan. Pire encore, sans avoir impliqué ou consulté les acteurs concernés, on a remis en cause des composantes essentielles de ce plan, portant notamment sur la rénovation des cursus pédagogiques, le programme du préscolaire et les lycées d’excellence.

Pour toutes ces considérations, le gouvernement actuel aurait dû capitaliser les acquis  positifs cumulés dans le secteur de l’éducation et de la formation, d’autant plus qu’il s’agit d’un chantier déterminant s’étendant sur plusieurs décennies.

En effet, il n’est pas raisonnable que tous les cinq ans, chaque nouveau gouvernement arrive avec un nouveau plan, faisant l’impasse sur les plans antérieurs, alors qu’il ne pourra pas  exécuter le sien intégralement, au vu de la courte durée de son mandat.

Par conséquent, le secteur de l’éducation ne doit pas être enserré dans un cadre politique stricto sensu, pas plus que  sa gestion ne doit être l’objet de surenchères ou de rivalités politiciennes.

En revanche, il faut inscrire ce secteur dans le cadre social, économique et culturel qui est le sien, d’autant plus qu’il a pour vocation d’assurer la formation et la mise à niveau des ressources humaines pour favoriser leur insertion dans la dynamique de développement, et ce, à travers la mise en place d’un système éducatif efficient.

Cher peuple,

Prendre le parti d’énoncer ce diagnostic sur la réalité de l’éducation et de la formation dans notre pays, peut sembler fort et sévère, mais cette démarche émane en toute sincérité et en toute responsabilité du cœur d’un père qui, comme tous les parents, porte l’affection la plus tendre à ses enfants.

Si ton Serviteur ne vit pas les difficultés sociales ou matérielles que connaissent certaines catégories de la population, cher peuple, il n’en reste pas moins que  nous  partageons tous les mêmes préoccupations concernant l’enseignement dispensé à nos enfants, et les mêmes problèmes affectant notre système éducatif, d’autant plus que nos petits suivent les mêmes programmes et les mêmes cursus.

Ce qui est important dans ce domaine, ce n’est ni l’argent ni la filiation, ni l’appartenance sociale, mais plutôt la conscience vive qui anime chacun de nous et la sincérité de son patriotisme et de son attachement aux intérêts supérieurs de la nation.

A l’époque où Ton Premier Serviteur était Prince Héritier, Il suivait ses études selon les programmes et les cursus de l’école publique marocaine, puis ceux de la Faculté de droit de l’Université Mohammed V.

Si le Collège Royal dispose des moyens nécessaires pour appuyer ces programmes, ce n’est pas le cas, hélas, pour toutes les écoles publiques.

Quoi qu’il en soit, ces programmes ont permis de former des générations de cadres nationaux.

Néanmoins, il est navrant de voir que la situation actuelle de l’enseignement s’est dégradée encore davantage, par rapport à ce qu’elle était il y a plus d’une vingtaine d’années.

Ce recul a conduit un grand nombre de familles, en dépit de leur revenu limité, à supporter les coûts exorbitants de l’inscription de leurs enfants dans les établissements d’enseignement relevant des missions étrangères ou dans le privé, et ce, afin de leur épargner les problèmes rencontrés dans  l’enseignement public et leur permettre de bénéficier d’un système éducatif performant.

A cet égard, Nous rappelons Notre Discours de l’année dernière, à l’occasion de l’anniversaire du 20 août, dans lequel Nous avons défini les grandes lignes de la réforme du système éducatif, tout en appelant à la mise en œuvre des dispositions constitutionnelles relatives au Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique.

Nous invitons donc le gouvernement à procéder avec  célérité à l’adoption des textes juridiques relatifs au nouveau Conseil.

En attendant, Nous avons décidé, en application des dispositions transitoires prévues dans la Constitution, d’opérationnaliser le Conseil supérieur de l’Enseignement dans sa version actuelle, afin d’assurer l’évaluation des réalisations accomplies dans le cadre de la décennie de la Charte nationale d’Education et de Formation et de se pencher sur ce grand chantier national.

La franchise de Mon propos, cher peuple,  tient à la charge suprême qui M’échoit d’assumer ta direction. En effet, ton Premier Serviteur n’est affilié à aucun parti et ne participe à aucune élection. Le seul parti auquel Je suis fier d’appartenir, Grâces en soient rendues à Dieu, c’est bien le Maroc.

En outre, les Marocains sont tous égaux pour Moi, sans distinction aucune, et indépendamment de leurs différences de situation et d’appartenance. Par conséquent, il n’y a point de distinction entre un président de banque et un chômeur, un pilote de ligne, un agriculteur ou un ministre. Ce sont tous des citoyens, ayant les mêmes droits et les mêmes obligations.

Il est, donc, impératif d’engager un débat large et constructif sur toutes les questions majeures de la nation, pour réaliser les résultats tangibles que les Marocains réclament. En revanche, il faut renoncer à la polémique stérile et détestable qui n’est d’aucune utilité, si ce n’est le règlement de comptes étriqués et la pratique de l’injure et de la calomnie. La stigmatisation des individus ne contribue pas à régler les problèmes, mais plutôt à les exacerber.

Cher peuple,

Nous voilà donc célébrant l’anniversaire de la glorieuse Révolution du Roi et du Peuple et Notre anniversaire avec les membres de Notre grande Famille, à savoir Notre peuple fidèle. C’est un moment fort pour exprimer les sentiments d’estime et de déférence que nous inspire la mémoire immaculée des martyrs de l’unité, de la liberté et de l’indépendance, avec, à leur tête , Notre Vénéré Grand-Père, Sa Majesté le Roi Mohammed V et son compagnon de lutte, Notre Auguste Père, Sa Majesté le Roi Hassan II, que Dieu bénisse leur demeure éternelle.

C’est également une occasion idoine pour puiser dans  ces valeurs de fidélité et d’altruisme la force et la volonté de continuer à porter le flambeau de la révolution renouvelée du Roi et du Peuple et parachever l’édification du Maroc de l’unité, du progrès et du développement global.

Wassalamou alaikoum warahmatoullahi wabarakatouh.

SM le Roi nomme le Professeur Omar Azziman président délégué du Conseil Supérieur de l’Enseignement

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 13:53

BIENVENUE SUR LE BLOG ALLAHALWATANALMALIK

SM le Roi nomme le Professeur Omar Azziman président délégué du Conseil Supérieur de l’Enseignement

20 août 2013
Rabat  -

SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a reçu mardi au Palais Royal à Rabat, le Professeur Omar Azziman, que le Souverain a nommé président délégué du Conseil supérieur de l’Enseignement, indique un communiqué du Cabinet Royal.

SM le Roi nomme le Professeur Omar Azziman président délégué du Conseil Supérieur de l’Enseignement
20 août 2013

Cette nomination, précise le communiqué, intervient en concrétisation de la décision royale contenue dans le discours adressé par le Souverain à la Nation à l’occasion du 60ème anniversaire de la glorieuse Révolution du Roi et du Peuple et qui consiste à opérationnaliser le Conseil supérieur de l’Enseignement dans sa version actuelle, en attendant l’adoption des textes juridiques relatifs au Conseil supérieur de l’Education, de la Formation et de la Recherche scientifique et ce, en application des dispositions transitoires prévues dans la Constitution.

Lors de cette audience, SM le Roi, que Dieu Le préserve, a donné Ses Hautes orientations au professeur Azziman, l’appelant à se pencher sur le chantier déterminant du secteur de l’enseignement dans notre pays, en procédant notamment à l’évaluation de la décennie de la Charte nationale de l’Education et de la Formation et en formulant des avis au sujet des différentes questions relatives à ce domaine et ce, dans le cadre d’une large concertation avec les différents acteurs concernés.

SM le Roi a également loué les qualités scientifiques et académiques du professeur Omar Azziman, ainsi que sa grande expérience, sa compétence, son altruisme et son abnégation dans l’accomplissement des différentes hautes responsabilités dont il avait la charge aussi bien au sein du gouvernement, dans le domaine des droits de l’Homme, en tant que diplomate ou dans sa mission de Conseiller de SM le Roi, outre ses hautes qualités humaines, sa capacité d’écoute et son esprit d’ouverture, ajoute le communiqué.

SM le Roi appelle à un examen de conscience objectif du secteur de l’éducation et de la formation

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 13:46

BIENVENUE SUR LE BLOG ALLAHALWATANALMALIK

SM le Roi appelle à un examen de conscience objectif du secteur de l’éducation et de la formation

20 août 2013
Rabat  -

SM le Roi Mohammed VI a appelé, mardi, à un examen approfondi du secteur de l’éducation et de la formation afin d’évaluer les réalisations accomplies et d’identifier les faiblesses et les dysfonctionnements.

La situation actuelle du secteur de l’éducation et de la formation nécessite de marquer une halte pour un examen de conscience objectif permettant d’évaluer les réalisations accomplies et d’identifier les faiblesses et les dysfonctionnements existants , a affirmé le Souverain dans un discours adressé à la Nation à l’occasion du 60è anniversaire de  la Révolution du Roi et du Peuple.

Soulignant les importantes réalisations du Royaume dans les domaines de l’éducation et de la formation, notamment l’accroissement du taux de scolarisation, surtout parmi les filles, SM le Roi a relevé que  le chemin reste long à parcourir  pour que le secteur puisse remplir son rôle de locomotive du développement économique et social.

Le Souverain a, dans ce contexte, relevé que le secteur se heurte à de multiples difficultés et problèmes, dus en particulier à l’adoption de programmes et de cursus qui ne sont pas en adéquation avec les exigences du marché du travail.

Rappelant l’importance de la Charte nationale d’Education et de Formation, adoptée dans le cadre d’une approche nationale large et participative, SM le Roi a déploré le fait que les efforts nécessaires n’aient pas été entrepris pour consolider les acquis réalisés dans le cadre de la mise en oeuvre de cette Charte.

Les gouvernements successifs se sont attachés à mettre en oeuvre les préconisations de cette charte, surtout le gouvernement précédent qui a déployé les moyens et les potentialités nécessaires pour mener à bonne fin le Plan d’urgence, dont il n’a, d’ailleurs, entamé la réalisation qu’au cours des trois dernières années de son mandat , a dit le Souverain.

Et d’ajouter que  malheureusement, les efforts nécessaires n’ont pas été entrepris pour consolider les acquis engrangés dans le cadre de la mise en oeuvre de ce Plan .

Pire encore, sans avoir impliqué ou consulté les acteurs concernés, on a remis en cause des composantes essentielles de ce plan, portant notamment sur la rénovation des cursus pédagogiques, le programme du préscolaire et les lycées d’excellence , a noté le Souverain.

Pour SM le Roi, le gouvernement actuel  aurait dû capitaliser les acquis positifs cumulés dans le secteur de l’éducation et de la formation, d’autant plus qu’il s’agit d’un chantier déterminant s’étendant sur plusieurs décennies .

La gestion du secteur de l’éducation, a souligné SM le Roi,  ne doit être l’objet de surenchères ou de rivalités politiciennes , car il s’agit d’un secteur qui doit être inscrit dans le cadre social, économique et culturel qui est le sien, ajoutant que  Prendre le parti d’énoncer ce diagnostic sur la réalité de l’éducation et de la formation dans notre pays, peut sembler fort et sévère, mais cette démarche émane en toute sincérité et en toute responsabilité du coeur d’un père qui, comme tous les parents, porte l’affection la plus tendre à ses enfants.

SM le Roi décide d’opérationnaliser le Conseil supérieur de l’Enseignement dans sa version actuelle

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 13:43

BIENVENUE SUR LE BLOG ALLAHALWATANALMALIK

SM le Roi décide d’opérationnaliser le Conseil supérieur de l’Enseignement dans sa version actuelle

20 août 2013
Rabat  -

SM le Roi Mohammed VI a annoncé, mardi, avoir décidé d’opérationnaliser le Conseil supérieur de l’Enseignement dans sa version actuelle, afin d’assurer l’évaluation des réalisations accomplies dans le cadre de la décennie de la Charte nationale d’Education et de Formation.

« Nous avons décidé, en application des dispositions transitoires prévues dans la Constitution, d’opérationnaliser le Conseil supérieur de l’Enseignement dans sa version actuelle, afin d’assurer l’évaluation des réalisations accomplies dans le cadre de la décennie de la Charte nationale d’Education et de Formation et de se pencher sur ce grand chantier national » , a affirmé le Souverain dans un discours adressé à la Nation à l’occasion du  60ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple.

SM le Roi a, à cette occasion, appelé le gouvernement à procéder avec célérité à l’adoption des textes juridiques relatifs au nouveau Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique.

Le Souverain a, par ailleurs, souligné que « les Marocains sont tous égaux, sans distinction aucune, et indépendamment de leurs différences de situation et d’appartenance et qu’ il n’y a point de distinction entre un président de banque et un chômeur, un pilote de ligne, un agriculteur ou un ministre. Ce sont tous des citoyens, ayant les mêmes droits et les mêmes obligations ».

Dans ce sens, SM le Roi a jugé impératif d’engager un débat large et constructif sur toutes les questions majeures de la nation, pour réaliser les résultats tangibles que les Marocains réclament.

Pour le Souverain, il est impératif aussi de  renoncer à la polémique stérile et détestable qui n’est d’aucune utilité, si ce n’est le règlement de comptes étriqués et la pratique de l’injure et de la calomnie .

La stigmatisation des individus ne contribue pas à régler les problèmes, mais plutôt à les exacerber , a ajouté SM le Roi.

21 août, 2013

SM le Roi nomme M. Nizar Baraka président du Conseil économique, social et environnemental 21 août 2013

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 14:31

bienvenue sur le blog allahalwatanalmalik

 

SM le Roi nomme M. Nizar Baraka président du Conseil économique, social et environnemental

21 août 2013
Rabat  -

Lors de la même Audience que Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a accordée à M. Chakib Benmoussa, le Souverain a nommé Monsieur Nizar Baraka président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), indique mercredi un communiqué du Cabinet Royal.

SM le Roi nomme M. Nizar Baraka président du Conseil économique, social et environnemental
21 août 2013

Au cours de cette audience, Sa Majesté le Roi, que Dieu L’assiste, a prodigué à M. Nizar Baraka Ses conseils et Hautes Orientations pour ses nouvelles missions à l’effet de maintenir la qualité des travaux consultatifs du CESE dans les domaines économique, social et environnemental et de renforcer la contribution effective du Conseil au service de l’essor des chantiers de développement humain et durable.

Le Souverain a loué, à cette occasion, la riche expérience et les compétences reconnues de M. Nizar Baraka, ainsi que ses qualités d’abnégation et d’intégrité dans l’accomplissement des différentes responsabilités dont il a eu la charge, poursuit le communiqué.

Sa Majesté le Roi a, par ailleurs, rendu hommage à M. Chakib Benmoussa pour ses efforts loyaux déployés lors de la présidence du Conseil, ainsi que le travail de qualité accompli en synergie avec l’ensemble des composantes du Conseil, dans les divers domaines de compétence. Et ce avant de se consacrer pleinement à ses fonctions diplomatiques en qualité d’Ambassadeur de Sa Majesté Le Roi auprès de la République Française.

Il est à rappeler que Sa Majesté Le Roi avait bien voulu accepter la démission des fonctions de ministre de l’Economie et des Finances, que M. Baraka avait présentée à Monsieur le Chef de gouvernement, ajoute le communiqué.

SM le Roi reçoit M. Chakib Benmoussa

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 14:30

SM le Roi reçoit M. Chakib Benmoussa

21 août 2013
Rabat  -

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a reçu aujourd’hui au Palais Royal à Rabat le président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), M. Chakib Benmoussa, indique mercredi un communiqué du cabinet Royal.

Au cours de cette audience, M. Chakib Benmoussa a remis au Souverain le rapport annuel portant sur l’appréciation par le Conseil de la situation économique, sociale et environnementale du Royaume, relative à l’année 2012.

Ce rapport s’appuie sur des enquêtes de terrain et auditions ainsi que sur les différents rapports thématiques du Conseil, enrichis de larges débats et panels d’experts. Il passe en revue les faits marquants de l’année écoulée, indique les avancées effectuées tout en attirant l’attention sur les freins et entraves à lever, pour enfin recommander des pistes de progrès à réaliser ainsi que les points de vigilance à adresser.

Et ce dans les domaines en relation avec le développement et la compétitivité économique, le développement humain et la cohésion sociale, ainsi que l’ensemble de la problématique environnementale, précise le communiqué.

Ce rapport annuel a été adopté par l’assemblée générale du CESE, composée de représentants des associations professionnelles, du corps syndical, d’associations de la société civile, d’experts et de personnalités es qualité, poursuit le communiqué.

Par ailleurs et au cours de la même audience Royale, M. Benmoussa a soumis à la Haute Appréciation de Sa Majesté Le Roi, que Dieu L’assiste, les grandes lignes du projet du nouveau modèle de développement régional des provinces du Sud, ainsi que les déclinaisons des prochaines étapes de son élaboration.

Ce modèle de développement régional intégré et rigoureux au sujet duquel le Souverain avait invité le Conseil, dans Son Discours de l’année dernière à l’occasion de la Marche Verte, à assurer la préparation, de manière à créer une synergie et une complémentarité entre les programmes sectoriels et mettre en place un système économique régional, qui soit favorable à la croissance et générateur d’emplois, notamment au profit des jeunes.

Sa Majesté Le Roi, que Dieu L’assiste, a salué à cette occasion la qualité du processus mené par le Conseil et a donné ses Hautes Instructions pour que les grandes lignes du modèle de développement régional soient présentées, débattues et enrichies lors d’échanges à programmer par le CESE, auprès des différents acteurs économiques, sociaux et associatifs ainsi que l’ensemble des institutions concernées, et ce tant au niveau des provinces du Sud qu’au niveau national.

La poursuite de cette démarche participative et interactive devra permettre de finaliser le modèle de développement escompté, à l’effet d’en présenter le rapport final au mois d’octobre devant Sa Majesté Le Roi, que Dieu L’assiste.

Au cours de cette audience, M. Benmoussa a réitéré devant le Souverain la pleine détermination de l’ensemble des composantes du CESE à poursuivre leurs efforts pour contribuer à un développement durable combinant efficacité économique et cohésion sociale, conformément aux Orientations éclairées de Sa Majesté le Roi, ajoute le communiqué.

10 août, 2013

SM le Roi, Amir Al Mouminine, préside à Rabat la cérémonie d’allégeance

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 15:37
BIENVENUE SUR LE BLOG ALLAHALWATANALMALIK
SM le Roi, Amir Al Mouminine, préside à Rabat la cérémonie d’allégeance
10 août 2013
Rabat   -
SM le Roi, Amir Al Mouminine, préside à Rabat la cérémonie d'allégeance dans Liens allegeance1-199x300

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, que Dieu L’assiste, accompagné de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan, de SAR le Prince Moulay Rachid et de SA le Prince Moulay Ismaïl, a présidé, samedi après-midi à la place du Mechouar du Palais Royal à Rabat, la cérémonie d’allégeance en commémoration du 14è anniversaire de l’accession du Souverain au Trône de Ses glorieux ancêtres.

Au début de cette cérémonie, M. Mohand Laenser, ministre de l’Intérieur et les walis et gouverneurs des wilayas, préfectures et provinces du Royaume, ainsi que les walis et gouverneurs de l’Administration centrale du ministère, ont prêté allégeance à Amir Al-Mouminine.

Par la suite, SM le Roi a passé en revue les délégations représentant les différentes régions, préfectures et provinces du Royaume venues renouveler leur allégeance à Amir Al-Mouminine, que Dieu Le préserve.

Il s’agit des représentants de:.
- La région de Oued Eddahab-Lagouira qui comprend les provinces de Oued Eddahab et Aousserd.
- La région de Laâyoune-Boujdour-Sakia Al Hamra qui comprend les provinces de Laâyoune, Boujdour et Tarfaya.
- La région de Guelmim-Smara qui comprend les provinces de Guelmim, Tata, Assa-Zag, Smara et Tan-Tan.
- La région de Souss-Massa-Draâ qui comprend la préfecture d’Agadir Ida Outanane, la préfecture d’Inezgane-Aït Melloul et les provinces de Chtouka Aït Baha, Taroudant, Tiznit, Ouarzazate, Zagora, Tinghir et Sidi Ifni.
- La région du Gharb-Chrarda-Beni Hssen qui comprend les provinces de Kénitra, Sidi Kacem et Sidi Slimane.
- La région de Chaouia-Ouerdigha qui comprend les provinces de Settat, Khouribga, Ben Slimane et Berrechid.
- La région de Marrakech-Tensift-Al Haouz qui comprend la préfecture de Marrakech et les provinces de Kelaâ des Sraghna, Rhamna, Essaouira, Chichaoua et El Haouz.
- La région du Grand Casablanca qui comprend la préfecture de Casablanca, et les préfectures d’arrondissements de Casa-Anfa, El Fida Derb Soltane, Aïn Sbaa-Hay Mohammadi, Hay Hassani, Aïn Chock, Sidi Bernoussi, Ben M’sick-Sidi Othmane, Moulay Rachid, Mohammedia et les provinces de Nouaceur et Mediouna.
- La région de l’Oriental qui comprend la préfecture d’Oujda-Angad, et les provinces de Jerada, Berkane, Taourirt, Figuig, Nador et Driouech.
- La région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër qui comprend les préfectures de Rabat, Salé, Skhirat-Temara, et la province de Khemisset.
- La région de Doukkala-Abda qui comprend les provinces de Safi, El Jadida, Sidi Bennour et Youssoufia.
- La région de Tadla-Azilal qui comprend les provinces de Béni Mellal, Azilal et Fkih Ben Salah.
- La région de Meknès-Tafilalet qui comprend la préfecture de Meknès et les provinces d’El Hajeb, Ifrane, Khénifra, Errachidia et Midelt.
- La région de Fès-Boulmane qui comprend la préfecture de Fès et les provinces de Moulay Yaâcoub, Sefrou et Boulemane.
- La région de Taza-Al Hoceïma-Taounate qui comprend les provinces d’Al Hoceïma, Taza, Taounate et Guercif.
- La région de Tanger-Tétouan qui comprend les préfectures de Tanger-Asilah, Tétouan et M’diq-Fnideq, et les provinces de Fahs-Anjra, Chefchaouen, Larache et Ouezzane.

Cette cérémonie, qui reflète l’authenticité du peuple marocain et son attachement indéfectible au glorieux Trône Alaouite, s’est achevée par une salve de cinq coups de canon, alors que le Souverain répondait des mains aux acclamations des représentants des différentes régions du Royaume.

Haute en couleurs, cette cérémonie qui couronne les festivités marquant le 14ème anniversaire de l’intronisation de SM le Roi Mohammed VI fut l’occasion pour les représentants des seize régions du Royaume de réitérer leur attachement à l’auguste personne du Souverain et de signifier, si besoin est, que le lien entre le Trône et le peuple est profondément enraciné dans l’histoire de ce pays et qu’il a de tout temps constitué le socle de la Nation marocaine et l’expression suprême de solidité et de sa pérennité.

Ont assisté à cette cérémonie, le Chef du gouvernement, les présidents des deux Chambres du Parlement, les conseillers de SM le Roi, les membres du gouvernement, les hauts commissaires, les présidents des instances constitutionnelles, le président du Conseil Royal consultatif pour les affaires sahariennes, les directeurs des cabinets royaux, les officiers supérieurs de l’état-major général des Forces Armées Royales et le directeur général de la Sûreté nationale, ainsi que d’autres personnalités civiles et militaires.

6 août, 2013

SM le Roi préside à la mosquée Hassan à Rabat une veillée religieuse en commémoration de Laylat Al-Qadr

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 9:20

Bienvenue sur le blog allahalwatanalmalik

SM le Roi préside à la mosquée Hassan à Rabat une veillée religieuse en commémoration de Laylat Al-Qadr

04 août 2013
Rabat  -

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, que Dieu L’assiste, accompagné de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan, de SAR le Prince Moulay Rachid et de SA le Prince Moulay Ismail, a présidé dimanche à la mosquée Hassan à Rabat, une veillée religieuse en commémoration de Laylat Al-Qadr.

SM le Roi préside à la mosquée Hassan à Rabat une veillée religieuse en commémoration de Laylat Al-Qadr
04 août 2013

Après les prières d’Al-Icha et des Taraouih, des versets du Saint Coran ont été récités par l’enfant Bilal Chemsi (13 ans, de Casablanca), lauréat du Prix national Mohammed VI de mémorisation, de déclamation et de psalmodie du Saint Coran. SM le Roi a ensuite été salué par le jeune déclamateur, à qui le Souverain a remis le Prix.

Cette distinction témoigne de la haute sollicitude dont SM le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, n’a eu de cesse d’entourer les déclamateurs du Saint Coran et de la volonté constante du Souverain de promouvoir la mémorisation et l’apprentissage du Livre Saint parmi les jeunes générations.

Par la suite, M. Abdelhadi Henner Camp, des Etats-Unis d’Amérique, a prononcé devant le Souverain une allocution au nom des oulémas ayant participé aux causeries religieuses du mois sacré de Ramadan 1434, dans laquelle ils expriment leurs vifs remerciements et leur profonde gratitude à SM le Roi pour avoir été invités à y prendre part.

De l’avis des honorables érudits, des oulémas et des hommes de la pensée, cette tradition louable est devenue une référence mondiale unique, du fait des sujets abordés par une élite d’oulémas du Royaume et d’illustres hôtes du Souverain, venus des quatre coins du monde, a-t-il dit.

Ces causeries tirent leur importance également des activités scientifiques et des rencontres intellectuelles organisées dans les mosquées et les différents établissements du pays, a poursuivi M. Henner Camp qui a souligné le caractère d’ouverture, d’échange et d’apprentissage marquant cette tradition annuelle.

« Nous avons constaté de près l’intérêt particulier porté par Votre Majesté à l’apprentissage du Saint Coran ainsi que Vos efforts inlassables pour la diffusion et la consécration des idéaux de la solidarité et de la citoyenneté », a-t-il relevé, affirmant que le Maroc est devenu un modèle dans ce domaine.

L’intervenant a, en outre, passé en revue les efforts que SM le Roi, Amir Al Mouminine, ne cesse de consentir en faveur de son peuple dans différents domaines.

Cette veillée religieuse a été marquée par la clôture de Sahih Al-Boukhari, faite par le alem Abdellah Guedira, président du Conseil local des Ouléma de Rabat, après lecture de « Hadith al Khatm », par le fqih El Hassan Id Said, directeur du programme de formation des Imams, des mourchidines et des mourchidates.

Le Souverain a, par la suite, remis les Prix Mohammed VI « Ahl Al-Qurâan » et « Ahl Al-Hadith », respectivement à M. Ahmed Ben Abdessalam Kiram, Fquih, imam et prédicateur à l’ancienne mosquée d’Ait Iaâzza (Province de Taroudant) et Mme Bahia El Qotbi, enseignante du Mouataâ et du Sahih Al Boukhari à la Grande Mosquée de Meknès.

SM le Roi a également remis le Prix Mohammed VI des écoles coraniques à Abderrazak Louzikiti, responsable de l’Institut « Al Irfane » d’enseignement originel à Safi (Prix de la gestion), à Mohamed Ait Taleb, responsable de l’école coranique « Ahmed Ben Attiya » à la province Al-Haouz (Prix de la méthodologie d’apprentissage), et à Ibrahim Boumaâiz, responsable de l’école coranique « Al Imam Nafie » à Casablanca (Prix du rendement).

A l’issue de cette veillée, l’assistance a élevé des prières implorant le Tout-Puissant de préserver Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, de couronner de succès Ses initiatives, de bénir Ses pas, de réaliser les aspirations que le Souverain nourrit pour le progrès de Son peuple fidèle et de le combler en la personne de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan, de SAR le Prince Moulay Rachid et de l’ensemble des membres de l’illustre famille Royale.

Les fidèles ont aussi élevé des prières pour le repos de l’âme du Père de la Nation, feu SM Mohammed V et de feu SM Hassan II, que Dieu les ait en Sa sainte miséricorde.

Cette veillée s’est déroulée en présence notamment du Chef de gouvernement, des présidents des deux chambres du Parlement, de conseillers de SM le Roi, des membres du gouvernement, des représentants du corps diplomatique des pays islamiques accrédité au Maroc, des officiers supérieurs de l’Etat-major général des Forces Armées Royales, des oulémas ayant participé aux causeries religieuses du mois sacré de Ramadan, des présidents des conseils locaux des oulémas, des élus, ainsi que par d’autres personnalités civiles et militaires.

 

=====================================================================

A L’HONNEUR LE JEUNE RECITATEUR

عماد الطويهري

Image de prévisualisation YouTube