POUR LA VERITABLE LIBERTE

ALLAH AL WATAN AL MALIK

7 novembre, 2013

SM le Roi adresse un discours à la nation à l’occasion du 38ème anniversaire de la Marche Verte (Texte intégral)

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 2:05

 

BIENVENUE SUR LE BLOG ALLAHALWATANALMALIK

 

SM le Roi adresse un discours à la nation à l’occasion du 38ème anniversaire de la Marche Verte (Texte intégral)

06 novembre 2013

Rabat  -SM le Roi adresse un discours à la nation à l’occasion du 38ème anniversaire de la Marche Verte (Texte intégral) dans Liens sm-le-roi-mohammed-vi-225x300

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’Assiste, a adressé, mercredi, un discours à la nation à l’occasion du 38ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte.

fichier pdf SM le Roi adresse un discours à la nation à l

06 novembre 2013

Ci-après le texte intégral du Discours Royal :

« Louange à Dieu.
Prière et salut sur le Prophète, Sa famille et Ses compagnons.

Cher peuple,.
Nous célébrons aujourd’hui le 38ème anniversaire de la Marche Verte. Notre détermination est plus forte d’en maintenir le cap, animés du même esprit de patriotisme sincère et de mobilisation collective, pour préserver l’intégrité territoriale de notre pays et conforter son développement intégré.

Si la Marche Verte a permis le recouvrement de nos provinces du Sud, les autres marches engagées sous Notre impulsion, sont vouées, elles, à la consolidation des droits civils et politiques et à la poursuite de la promotion de la nouvelle génération des droits économiques, sociaux, culturels et environnementaux. Notre dessein est de voir le citoyen marocain honoré comme il se doit, nanti des attributs d’une citoyenneté pleine et entière.

C’est dans cet esprit que Nous avons engagé une série de réformes profondes et de chantiers majeurs. Nous les avons inscrits dans une démarche graduelle, qui tient compte des spécificités nationales et s’éloigne des slogans creux destinés à la consommation médiatique, tout en récusant les réactions hâtives face aux développements et aux événements nationaux et internationaux.

Cependant, certaines parties et certaines personnes exploitent à des fins spécieuses l’espace de liberté et d’ouverture dont jouit le Maroc, surtout dans nos provinces du sud.

Le Maroc est certes attaché à une coopération et une interaction positive avec les Organisations internationales des droits de l’Homme qui font preuve d’objectivité dans le traitement des questions le concernant, et accepte en toute responsabilité la critique constructive. Pour autant, il refuse que des organisations, dans des rapports établis à l’avance, prennent prétexte de certains agissements isolés pour essayer de porter atteinte à son image ou de banaliser ses acquis en matière de droits humains et de développement.

Certains, par exemple, tendent, de façon injuste et malveillante,  à ajouter foi à quiconque soutient que l’un de ses droits a été touché, ou qu’il a subi des tortures, tout en ignorant les décisions de justice, et même en faisant l’impasse sur ce que le Maroc accomplit concrètement sur le terrain.

En effet, est-il raisonnable de penser que le Maroc respecte les droits de l’Homme dans le nord du pays et les transgresse dans le sud ?

Tous les Etats refusent d’être l’objet d’agissements attentatoires à leur sécurité et leur stabilité, d’autant plus que la violence, la subversion et l’intimidation des citoyens sont incompatibles avec les droits de l’Homme, et que l’exercice des libertés ne peut se faire que dans le respect de la loi.

Si les prises de position internationales ont pour la plupart un caractère objectif et réaliste, il est, en revanche, regrettable que certains Etats s’inscrivent dans la démarche précitée, faisant sciemment abstraction des réalisations accomplies par notre pays, notamment dans le domaine des droits de l’Homme et des libertés.

Cette confusion et cette ambigüité dans les positions rendent légitime cette interrogation : Y a-t-il une crise de confiance entre le Maroc et certains centres de décision chez ses partenaires stratégiques, concernant la question des droits de l’Homme dans nos provinces du sud ?

En réalité, le fait même de poser cette interrogation indique qu’il y a quelque chose d’anormal en l’espèce.
Cher peuple,

Je ne veux pas t’impliquer dans les aspects juridiques et politiques de la question de notre intégrité territoriale, et des différentes résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité, que j’ai déjà évoquées à plusieurs reprises. Mais je tiens à clarifier pour toi les raisons derrière certaines positions hostiles au Maroc.

Certains Etats se contentent de confier aux fonctionnaires le soin de suivre la situation au Maroc. Or, certains parmi eux  sont soit mal disposés à l’égard de notre pays, soit influencés par les thèses de nos adversaires. Et ce sont eux qui veillent parfois, malheureusement, à la préparation des dossiers et des rapports erronés, sur la base desquels les responsables arrêtent certaines de leurs positions.

Ces paroles, je te les livre, cher peuple, pour la première fois, mais ce sont des propos que je tiens toujours, surtout aux responsables des grands pays, au Secrétaire général de l’Organisation des Nations unies et à ses collaborateurs.

Mais la raison principale de cette attitude injuste à l’égard du Maroc, tient essentiellement à l’argent et aux avantages par lesquels les adversaires tentent d’acheter les voix et les prises de position de certaines organisations hostiles à notre pays. Ils dilapident de la sorte les richesses et les ressources d’un peuple frère,  que cette question ne concerne pas, mais se dresse plutôt comme une entrave à l’intégration maghrébine.

Notre peuple fidèle se distingue par son unanimité inébranlable autour de son intégrité territoriale, pour laquelle il est mobilisé collectivement et disposé à consentir tous les sacrifices. En effet, la cause du Sahara est la cause de tous les Marocains sans exception. C’est un devoir dont nous sommes tous dépositaires.

Le Maroc, grâce à Dieu, n’a aucun complexe à répondre positivement aux aspirations légitimes de ses citoyens, où qu’ils se trouvent.

C’est ainsi que Nous avons, par Notre volonté propre, procédé à la mise en place d’institutions nationales et de mécanismes régionaux de protection et de promotion des droits de l’Homme, mécanismes qui sont connus et reconnus pour leur indépendance et leur crédibilité selon les normes internationales en la matière, et ce, parallèlement au rôle que jouent les partis politiques, les ONG et les médias.

C’est dire que le Maroc refuse de recevoir des leçons en la matière, surtout de la part de ceux qui bafouent systématiquement les droits de l’Homme. Quiconque souhaite surenchérir sur le Maroc n’a qu’à descendre à Tindouf, et observer dans nombre de régions alentour, les atteintes portées aux droits humains les plus élémentaires.

Malgré les tentatives désespérées des adversaires du Maroc visant à porter atteinte à sa réputation et à sa souveraineté, nous poursuivrons notre coopération avec le Secrétaire général des Nations unies, son Envoyé personnel et les pays amis. Notre objectif est de trouver une solution politique définitive au conflit artificiel autour de notre intégrité territoriale, dans le cadre de notre Initiative pour l’autonomie, qui est reconnue pour son sérieux, sa crédibilité et son esprit réaliste.

De même, Nous n’entendons pas hypothéquer l’avenir de nos provinces du Sud, et le subordonner aux développements de la question du Sahara au niveau de l’ONU. Bien au contraire, nous allons y poursuivre notre action tous azimuts de développement intégré.

Cher peuple,

Nul n’ignore les efforts considérables consentis par le Maroc pour le développement de ses provinces du Sud.

En effet, dans le cadre de la solidarité nationale, et contrairement aux allégations des adversaires du Maroc sur une prétendue exploitation des richesses du Sahara, une partie importante des ressources et des richesses des régions centrales et septentrionales du Maroc, est dédiée à la satisfaction des besoins de Nos citoyens du Sud, comme le confirment tous les indicateurs et les données économiques concernant cette région.

Soucieux de conforter ce processus, Nous entendons parachever l’élaboration et la mise en œuvre du modèle de développement régional pour nos provinces du Sud, qui a été soumis à Notre Haute Appréciation par le Conseil économique, social et environnemental.

Il ne s’agit pas d’une simple proposition de solutions palliatives pour une conjoncture d’urgence, ni de projets isolés déconnectés les uns des autres, mais plutôt d’une vision développementale intégrée, fondée sur une analyse objective de la situation effective dans nos provinces du Sud, en vue de poser les bases fondatrices d’une politique intégrée, à long terme, dans les différents domaines.

Ce modèle, Nous le voulons multidimensionnel, fondé sur l’attachement aux valeurs du travail et de l’effort, du mérite et de l’égalité des chances, un modèle tourné vers l’avenir, où la femme et la jeunesse occupent une place particulière.

Sur le plan économique, ce modèle s’appuie sur des mégaprojets d’investissement propres à stimuler la croissance économique, à créer les richesses et l’emploi et à encourager l’économie sociale et solidaire. Cette démarche s’inscrit dans le cadre d’une dynamique de développement durable qui prend en considération la protection de l’environnement et la préservation des droits des générations montantes, notamment en mettant l’accent sur les énergies renouvelables.

Sur le plan social, ce modèle repose sur une nouvelle politique axée sur la solidarité, l’équité, la préservation de la dignité des catégories vulnérables, la promotion du développement humain et le raffermissement de la cohésion sociale.

Concernant le volet culturel, ce modèle a pour objectif d’assurer la promotion des cultures et des spécificités locales, illustrant ainsi la place accordée dans la Constitution à la culture hassanie, l’une des composantes de l’identité marocaine unifiée. Ceci passe notamment par l’insertion  de cette culture dans les programmes scolaires, la valorisation du patrimoine architectural et l’encouragement de la création artistique dans la région.

Nous tenons à ce que soient réunies les conditions de réussite pour ce projet ambitieux axé sur la créativité et l’esprit de participation. Ainsi, des mécanismes efficients pour une gouvernance responsable seront mis à la disposition de ce projet qui s’inscrit dans le cadre de la régionalisation avancée, laquelle confère de larges compétences aux conseils élus.

Notre but ultime est de faire de nos provinces du Sud un espace de développement intégré, propre à assurer une vie digne pour les populations de la région. Il s’agit aussi de conforter la portée géostratégique de ces provinces en tant que pôle régional de liaison et d’échanges entre l’Europe et l’Afrique subsaharienne.

Cher peuple,

Nos provinces du sud ont constitué, au fil de l’histoire,  le prolongement africain du Maroc, incarnant les liens géographiques, humains et commerciaux séculaires, qui unissent notre pays aux Etats d’Afrique subsaharienne.

Fidèle à son appartenance africaine, le Maroc s’est attaché, depuis l’Indépendance, à promouvoir une coopération fructueuse et une solidarité agissante avec ces pays, et à contribuer à la concrétisation des attentes de leurs peuples qui aspirent au développement et à la stabilité.

Bien que le Maroc, membre fondateur de l’Organisation de l’Unité africaine, ne siège pas au sein de l’Union Africaine, il œuvre néanmoins à renforcer et à diversifier ses relations économiques avec les pays du continent et à encourager les investissements mutuels entre eux, tant au niveau bilatéral que dans le cadre des instances et des regroupements régionaux.

Sur les plans régional et international, notre pays travaille inlassablement à faire prévaloir les causes du continent africain, notamment celles liées à son développement.

Ayant à cœur d’insuffler un dynamisme renouvelé à ces relations, Nous nous sommes toujours employé, de concert avec nos frères les dirigeants de ces pays, auxquels nous unissent des liens profonds de fraternité, d’affection et d’entente, à leur conférer un caractère humain et à les hisser au niveau de partenariats solidaires fructueux.

En témoignent les visites que Nous effectuons dans nombre de pays africains frères, et les projets de développement concrets dont elles sont porteuses, et qui donnent la priorité au développement humain, aux infrastructures et au raffermissement des liens religieux et spirituels qui ont toujours uni les peuples frères de ces pays au Maroc et à Notre personne, Amir Al-Mouminine.

Par ailleurs, nous mettons l’expérience marocaine à la disposition de nos frères africains, dans tous les domaines d’intérêt commun, tout en nous attachant à favoriser les échanges d’expertises et l’implication du secteur privé et des associations de la société civile.

Dans ce cadre, Nous invitons le gouvernement à renforcer les moyens de coordination et de coopération avec ces pays frères dans les différents domaines, et plus particulièrement pour la conclusion d’accords de libre échange avec eux, dans la perspective de réaliser une intégration économique régionale.

Parallèlement, notre pays n’a ménagé aucun effort pour contribuer à l’instauration de la paix et de la stabilité dans les différentes régions du continent, et au règlement des conflits par des moyens pacifiques, ainsi qu’aux opérations de maintien de la paix, sous l’égide des Nations unies.

De même, le Maroc n’a eu de cesse de réaffirmer la nécessité de faire face aux menaces sécuritaires que connait la région du Sahel et du Sahara, devenue désormais un espace pour les groupes extrémistes et terroristes, le narcotrafic, la traite des êtres humains et le trafic d’armes, avec les effets néfastes que cela implique pour le développement et la stabilité de la région.

Notre soutien au pays frère, la République du Mali, dans son combat contre les bandes de l’extrémisme et du terrorisme, et Notre présence personnelle à la cérémonie d’investiture de son nouveau président, ne font que traduire Notre engagement sincère en faveur des causes liées à la paix et à la légalité dans les pays du continent.

Cher peuple,

Les relations privilégiées qui unissent le Maroc aux pays de l’Afrique subsaharienne ne sont pas que politiques et économiques. Ce sont, dans le fond, des liens humains et spirituels séculaires.

Eu égard à la situation qui prévaut dans certains de ces pays, nombre de leurs citoyens immigrent au Maroc d’une façon légale ou illégale. Jadis point de passage vers l’Europe, notre pays s’est transformé en destination de résidence.

Face à l’accroissement sensible du nombre des immigrés venus d’Afrique ou d’Europe, Nous avons invité le gouvernement à élaborer une nouvelle politique globale relative aux questions d’immigration et d’asile, suivant une approche humanitaire conforme aux engagements internationaux de notre pays et respectueuse des droits des immigrés.

Pour illustrer l’intérêt particulier que Nous attachons à ce volet, Nous avons tenu à charger un département ministériel des questions d’immigration.

La crédibilité du Maroc en matière de droits de l’Homme, est confirmée, entre autres, par l’accueil largement favorable que cette initiative a rencontré auprès des parties directement concernées par cette problématique, et plus particulièrement les pays subsahariens frères, les Etats de l’Union Européenne, et les différentes instances et organisations onusiennes, régionales et internationales concernées par le phénomène migratoire et les droits de l’Homme.

Afin de conforter cette orientation, le Maroc a présenté, en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies de cette année, l’initiative de   l’Alliance africaine pour la migration et le développement  .

C’est une initiative axée sur une vision africaine commune et des principes humanitaires devant présider aux questions migratoires. Elle s’appuie également sur  la responsabilité partagée entre les pays d’origine, de transit et d’accueil, et sur le lien étroit entre immigration et développement.

Parce que la problématique migratoire concerne tous les Etats et tous les peuples, Nous exhortons la communauté internationale à s’impliquer fortement dans le traitement de ce phénomène, de sorte à prévenir les catastrophes humanitaires qu’il occasionne, comme la tragédie que les côtes de l’île italienne de Lampedusa ont connue récemment, et que nous avons tous ressentie douloureusement.

Cher peuple,

L’ouverture de plus en plus marquée du Maroc sur son environnement africain, et la poursuite de l’action menée pour défendre l’intégrité territoriale du Royaume et promouvoir le développement de nos provinces du Sud, sont le meilleur gage de  fidélité au serment éternel de la Marche verte, et à la mémoire immaculée de son leader, Notre Auguste Père, feu Sa Majesté le Roi Hassan II, que Dieu bénisse sa tombe, ainsi qu’au souvenir des braves martyrs de la Patrie.

C’est une occasion pour Nous de rendre un vibrant hommage à toutes les composantes des Forces Armées Royales, à la Gendarmerie Royale, aux Forces Auxiliaires, à la Sûreté Nationale, à la Protection civile et à l’Administration territoriale, pour leur mobilisation constante et leur dévouement dans la défense de l’intégrité, la sécurité et la stabilité de la Patrie.

Wassalamou alaikoum warhamatoullahi wabarakatouh’’.

Source MAP

 

 

 

6 novembre, 2013

SM le Roi adressera mercredi un discours à la nation à l’occasion du 38ème anniversaire de la Marche Verte

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 9:54

BIENVENUE SUR LE BLOG ALLAHALWATANALMALIK

 

SM le Roi adressera mercredi un discours à la nation à l’occasion du 38ème anniversaire de la Marche Verte

05 novembre 2013SM le Roi adressera mercredi un discours à la nation à l'occasion du 38ème anniversaire de la Marche Verte dans Liens roimohammedvi
Rabat  -

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, adressera, mercredi, un discours à la nation à l’occasion du 38ème anniversaire de la Marche Verte, annonce mardi un communiqué du ministère de la Maison Royale, du Protocole et de la Chancellerie, dont voici la traduction:

05 novembre 2013

« Le ministère de la Maison Royale, du Protocole et de la Chancellerie annonce qu’à l’occasion du 38ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, adressera un discours à son peuple fidèle.

Le Discours Royal sera diffusé sur les ondes de la radio et à la télévision, mercredi 02 Moharam 1435, correspondant au 06 novembre 2013 à 20H30″.

source MAP

Image de prévisualisation YouTube

 

 

38ème anniversaire de la Marche verte sous le signe de la mobilisation constante pour la défense de la souveraineté nationale et de l’intégrité territoriale

 

38ème anniversaire de la Marche verte

Le 38ème anniversaire de la glorieuse Marche verte constitue, encore une fois pour les Marocains, un moment fort pour s’arrêter sur cette épopée historique sans équivalent dans le monde et une occasion de réitérer leur engagement inconditionnel derrière SM le Roi Mohammed VI pour la consolidation de l’intégrité territoriale du royaume et la défense de la souveraineté nationale.

Le 6 novembre 1975, une date qui restera à jamais gravée dans la mémoire de ceux et celles qui eurent le privilège d’y assister mais aussi dans les esprits de toutes les générations suivantes car elle représente une expression manifeste de la volonté du peuple marocain de défendre ses valeurs sacrées et de récupérer son droit spolié sur son Sahara.

C’est grâce à une marche pacifique, planifiée ingénieusement par feu SM Hassan II, que le Maroc a pu recouvrer ses provinces du sud de l’occupant espagnol, mais aussi se construire un aura dans le monde entier.

marchverte dans Liens

Munie de la seule foi en la justesse de sa cause et brandissant le Saint Coran et le drapeau national, une marée humaine, venant de toutes les régions du royaume, a répondu à l’appel lancé par feu SM Hassan II et convergé, en toute sérénité, vers Tarfaya dans une véritable illustration de la parfaite symbiose entre un roi militant et un peuple valeureux.

Cette grande marche populaire et patriotique a ouvert la voie à la libération des provinces du Sud et ce, après que la Cour de La Haye ait confirmé l’existence de liens juridiques et d’allégeance entre les sultans du Maroc et les tribus sahraouies.

Cette marche témoigne aussi de l’ingéniosité d’un Roi unificateur qui a réussi de manière civilisée et pacifique à la faveur d’une conviction ferme en le droit au recouvrement des provinces du Sud, à faire hisser, le 28 février 1976, le drapeau national dans le ciel de Laâyoune, annonçant ainsi la fin de la présence coloniale dans le Sahara marocain.

Elle a ainsi démontré au monde entier la ferme volonté de ce peuple courageux de concrétiser ses objectifs en brisant les frontières artificielles entre les fils de la même patrie.

Cette volonté à défendre la patrie n’a cessé de se confirmer au fil des années en dépit des manœuvres des adversaires de l’intégrité territoriale qui ne ménagent aucun effort pour torpiller les initiatives du Maroc en vue de défendre sa souveraineté nationale.

Actuellement, le Maroc, qui a consenti de sérieux et crédibles efforts pour régler pacifiquement et équitablement le différend artificiel autour du Sahara, fait face à une escalade algérienne injustifiée avec la multiplication d’actes de provocation et d’hostilité qui ne peuvent qu’envenimer davantage les relations entre les deux pays.

Après l’échec de toutes les tentatives visant à dénaturer le mandat de la MINURSO, le voisin algérien s’est lancé, récemment, dans une nouvelle campagne de provocation au travers d’un message du président algérien à une réunion à Abuja qui amené le royaume à rappeler son ambassadeur à Alger pour consultation.

Une réaction « appropriée » qui renvoie au récent appel de SM le Roi Mohammed VI à une offensive diplomatique dans la question du Sahara pour faire face aux manœuvres des ennemis de l’intégrité territoriale.

Dans son discours prononcé à l’occasion de l’ouverture de l’année législative du parlement, le Souverain a souligné que la question du Sahara « s’est trouvée cette année en butte à des défis majeurs que nous avons pu relever grâce à la force de notre position et à la légitimité de notre cause ».

 

marcheverte251

SM le Roi a ainsi mis l’accent sur la nécessité d’une forte mobilisation et des initiatives efficaces pour contrecarrer les ennemies de la nation et déjouer les stratagèmes illégitimes auxquels ils ont recours.

Il a ajouté qu’ »il appartient aux membres du parlement et des Conseils élus locaux et régionaux, surtout dans nos provinces du Sud, d’assumer pleinement leurs responsabilités en tant que représentants des habitants de la région et le devoir qui leur incombe de contrer les ennemis de la patrie ».

 

marcheverte

Ainsi, la commémoration du 38 ème anniversaire de la Marche verte se veut, cette année, une occasion pour les Marocains d’exprimer une fois de plus leur disposition à se mobiliser derrière SM le Roi Mohammed VI pour faire échouer toutes les manœuvres visant à nuire à l’intégrité territoriale du royaume.

-MAP-

20 octobre, 2013

Amir Al-Mouminine accomplit la prière de l’Aïd Al-Adha à la mosquée Ahl Fès à Rabat et reçoit les vœux en cette heureuse occasion

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 8:00

BIENVENUE SUR LE BLOG ALLAHALWATANALMALIK

Amir Al-Mouminine accomplit la prière de l’Aïd Al-Adha à la mosquée Ahl Fès à Rabat et reçoit les vœux en cette heureuse occasion

16 octobre 2013
Rabat  -

Rabat – Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, que Dieu L’assiste, accompagné de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan, de SAR le Prince Moulay Rachid, de SA le Prince Moulay Ismaïl et de SA Cheikh Mohamed ben Zayed Al Nahyane, Prince Héritier d’Abou Dhabi et commandant suprême adjoint des Forces armées émiraties, a accompli mercredi la prière de l’Aïd Al-Adha à la mosquée Ahl Fès, au Méchouar à Rabat. Al-Adha à la mosquée Ahl Fès, au Méchouar à Rabat.

Amir Al-Mouminine accomplit la prière de l'Aïd Al-Adha à la mosquée Ahl Fès à Rabat et reçoit les vœux en cette heureuse occasion
16 octobre 2013

De nombreux citoyens se sont massés tout au long de l’itinéraire emprunté par le cortège royal pour partager avec SM le Roi, Amir Al-Mouminine, la joie de ce jour béni et souhaiter au Souverain bonne fête et longue vie.

A son arrivée à la mosquée Ahl Fès, le Souverain a passé en revue un détachement de la Garde Royale qui rendait les honneurs.

Dans son prêche de l’Aïd, l’Imam a souligné les bienfaits incommensurables des dix premiers jours de Dou El-Hijja pour la Oumma islamique, jours qui coïncident avec l’accomplissement du rite du pèlerinage dans les Lieux Saints de l’Islam.

Ces jours bénis incarnent les valeurs d’union, de coopération et de fraternité qui contribuent à cimenter l’unité de la Oumma Islamique et lui permettent d’occuper la place qui lui revient parmi les nations.

Après avoir rappelé les significations profondes de cette heureuse occasion qui incite, entre autres, à la méditation sur la puissance de Dieu et les bienfaits dont Il a gratifié l’Homme, l’Imam a fait observer que l’Aïd Al Adha, qui couronne le rituel du pèlerinage, est une journée mémorable pour les musulmans et une fête qui symbolise le sacrifice, le don de soi et l’altruisme et renvoie aux nobles valeurs de la foi musulmane.

En cette occasion, les musulmans font acte de dévotion en perpétuant la tradition du sacrifice du prophète Sidna Ibrahim à travers l’immolation du bélier de l’Aïd, rendant de la sorte grâce à Dieu, a-t-il dit, soulignant que le Tout Puissant a gratifié notre pays de l’Islam et de Souverains qui ont toujours veillé au bien de la Oumma.

Cette bienveillance s’illustre à travers les grands chantiers et projets initiés par le Souverain et qui ont pour objectif principal d’assurer le développement du Royaume dans tous les domaines, a ajouté l’Imam.

L’imam a conclu en implorant Le Tout Puissant de préserver SM le Roi, Amir Al-Mouminine, de couronner de succès Ses actions pour le bien de Son peuple fidèle et de Le combler en les personnes de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan, de SAR le Prince Moulay Rachid et de l’ensemble des membres de l’Illustre Famille Royale.

Il a, également, élevé des prières pour le repos de l’âme des regrettés Souverains, feu SM Mohammed V et feu SM Hassan II.

Après la prière de l’Aïd, SM le Roi a été salué par les chefs des missions diplomatiques islamiques accréditées au Maroc qui ont présenté au Souverain leurs félicitations et leurs meilleurs vœux.

Par la suite, SM le Roi a procédé au rituel du sacrifice, suivant en cela la tradition du Prophète Sidna Mohammed, que la paix et la bénédiction soient sur Lui. L’Imam de la mosquée a, ensuite, procédé à l’immolation du deuxième mouton.

A l’issue de cette cérémonie, le Souverain a regagné le Palais Royal alors que des coups de canon retentissaient en signe de joie à l’occasion de l’avènement de ce jour de fête.

Au Palais Royal, SM le Roi, accompagné de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan, a reçu les vœux de SAR le Prince Moulay Rachid et de SA le Prince Moulay Ismail.

Le Souverain a également reçu les vœux du Chef du gouvernement, des présidents des deux Chambres du Parlement, des conseillers du Souverain, des membres du gouvernement, des Hauts commissaires, des présidents des instances constitutionnelles, du président du Conseil Royal consultatif pour les affaires sahariennes, des directeurs des cabinets royaux, des beaux-frères du Souverain, des officiers supérieurs de l’état-major général des Forces Armées Royales, du directeur général des Etudes et de la Documentation, du directeur général de la Sûreté nationale,  du directeur général de la surveillance du territoire et  de plusieurs hautes personnalités civiles et militaires.

22 septembre, 2013

VISITE DE SA MAJESTE LE ROI MOHAMMED VI AU MALI DU 18 AU 22 SEPTEMBRE 2013

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 17:12

BIENVENUE SUR LE BLOG ALLAHALWATANALMALIK

Départ de SM le Roi à destination du Mali

18 septembre 2013
Rabat  -

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, accompagné de SA le Prince Moulay Ismail, a quitté, mercredi après-midi le Maroc à destination de la République du Mali pour prendre part à la cérémonie d’investiture du nouveau président malien, Son Excellence M. Ibrahim Boubacar Keita.

VISITE DE SA MAJESTE LE ROI MOHAMMED VI AU MALI DU 18 AU 22 SEPTEMBRE 2013 dans Liens roimohammedvi
18 septembre 2013

Cette visite, qui intervient au lendemain de l’initiative de SM le Roi relative à l’installation d’un hôpital militaire de campagne à Bamako, ainsi que l’envoi d’une aide humanitaire au peuple malien frère, sera l’occasion pour les deux pays de raffermir leurs relations privilégiées et séculaires et de participer au développement de la Coopération Sud-Sud.

A Son départ de la première base aérienne des Forces Royales Air à Salé, SM le Roi Mohammed VI a passé en revue un détachement de la Garde Royale qui rendait les honneurs, avant d’être salué par le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, le président de la Chambre des Conseillers, Mohamed Cheikh Biadillah, le ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser, le Chambellan de SM le Roi, Brahim Frej, et le chargé d’affaires à l’ambassade du Mali à Rabat, Abdoul Karim Keita.

SM le Roi a également été salué par le Général de Corps d’armée Hosni Benslimane, Commandant la Gendarmerie Royale, le Général de division Mimoun Mansouri, Commandant la Garde Royale, le Général de division Ahmed Boutaleb, Inspecteur des Forces Royales Air, Bouchaib Rmail, Directeur général de la sûreté nationale, Abdellatif Hammouchi, Directeur général de la Surveillance du territoire, ainsi que par plusieurs personnalités civiles et militaires.

SM le Roi est accompagné, lors de cette visite, d’une importante délégation comprenant notamment les Conseillers du Souverain, Taib Fassi Fihri et Fouad Ali El Himma.

La délégation comprend également le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, le Général de Corps d’armée, Abdelaziz Bennani, Inspecteur général des Forces Armées Royales, Commandant la zone Sud et le Général de Brigade Ali Abrouq, Inspecteur du service de santé des FAR, ainsi que plusieurs personnalités civiles et militaires.

 

Arrivée de SM le Roi Mohammed VI à Bamako

18 septembre 2013
Bamako   -

SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, accompagné de SA le Prince Moulay Ismail, est arrivé, mercredi soir à Bamako, pour prendre part à la cérémonie d’investiture du nouveau Président malien, Son Excellence M. Ibrahim Boubacar Keita.

Arrivée de SM le Roi Mohammed VI à Bamako
18 septembre 2013

A Sa descente d’avion à l’aéroport international Bamako Senou, le Souverain a été accueilli par le Président du Mali.

Après l’offrande traditionnelle d’une calebasse de « Colas », SM le Roi a été salué par plusieurs membres du gouvernement malien ainsi que par le gouverneur et le maire du district de Bamako.

Après avoir passé en revue un détachement militaire qui rendait les honneurs, SM le Roi a été salué par l’ambassadeur du Maroc au Mali, Hassan Naciri, les membres de l’ambassade du Maroc et les représentants d’établissements marocains installés à Bamako.

Plusieurs dizaines de ressortissants marocains et maliens ont fait le déplacement à l’aéroport de Bamako où ils ont réservé un accueil des plus chaleureux à SM le Roi, un accueil qui témoigne de la qualité exceptionnelle des relations maroco-maliennes et de l’amitié séculaire entre les deux peuples.

Le Souverain a tenu à saluer la foule en liesse, venue souhaiter la bienvenue au Souverain en terre malienne.

Brandissant des portraits de SM le Roi et les drapeaux des deux pays, ces ressortissants marocains et maliens scandaient les slogans saluant les efforts inlassables que SM le Roi ne cesse de déployer pour renforcer davantage les relations entre les deux peuples frères.

Après une brève pause au salon d’honneur, le cortège royal s’est dirigé vers la résidence royale à Bamako.

SM le Roi est accompagné, lors de cette visite, d’une importante délégation comprenant notamment les Conseillers du Souverain, Taib Fassi Fihri et Fouad Ali El Himma.

La délégation comprend également le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, le Général de Corps d’armée, Abdelaziz Bennani, Inspecteur général des Forces Armées Royales, Commandant la zone Sud et le Général de brigade Ali Abrouq, Inspecteur du service de santé des FAR, ainsi que plusieurs personnalités civiles et militaires.

SM le Roi prend part à la cérémonie solennelle d’investiture du nouveau Président malien

19 septembre 2013
Bamako  -

SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, est arrivé jeudi en fin de matinée au stade du 26 mars de Bamako pour assister à la cérémonie solennelle d’investiture du nouveau Président malien, son excellence Ibrahim Boubacar Keita.

SM le Roi Mohammed VI, accompagné de SA le Prince Moulay Ismail, était arrivé mercredi soir à Bamako, où un accueil des plus chaleureux a été réservé au Souverain, témoignant de la qualité exceptionnelle des relations maroco-maliennes et de l’amitié séculaire entre les deux peuples.

SM le Roi est accompagné, lors de cette visite, d’une importante délégation comprenant notamment les Conseillers du Souverain, Taib Fassi Fihri et Fouad Ali El Himma.

La délégation comprend également le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, le Général de Corps d’armée, Abdelaziz Bennani, Inspecteur général des Forces Armées Royales, Commandant la zone Sud et le Général de brigade Ali Abrouq, Inspecteur du service de santé des FAR, ainsi que plusieurs personnalités civiles et militaires.

 

Bamako  –  
SM le Roi Mohammed VI a prononcé, jeudi à Bamako, un discours à l’occasion
de l’investiture solennelle du nouveau président malien, Ibrahim Boubacar Keita.
Discours de SM le Roi lors de la cérémonie d'investiture du nouveau président malien Ibrahim Boubacar Keita
19 septembre 2013

En voici le texte intégral:.

« Louange à Dieu,
Prière et salut sur le Prophète, Sa famille et Ses compagnons.

Monsieur Ibrahim Boubacar Keïta, Président de la République du Mali,
Madame et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,
Mesdames et Messieurs les Présidents et Représentants des Institutions de la République malienne,
Excellences, Mesdames et Messieurs.

Ma présence auprès de vous, en ce jour riche de sens, se veut l’expression de l’amitié du peuple marocain et le témoignage de son attachement à la relation toute singulière qui le lie au peuple Malien.
En ce moment solennel, Je voudrais renouveler mes vives félicitations au Président Ibrahim Boubacar Keïta, pour son élection à la magistrature suprême du pays.
Mes vœux ardents de succès accompagneront Votre action au service des aspirations légitimes du peuple malien à la paix, à la concorde et au progrès.
En cette occasion, J’ai une pensée toute particulière pour le Président intérimaire, M. Dioncounda Traoré, qui a su conduire avec sagesse la délicate phase de transition.
A cet égard, Je souhaite rendre hommage aux Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO et du Tchad pour les efforts déployés aux côtés du Mali frère, dans l’épreuve douloureuse qu’il vient de traverser.
Je voudrais aussi réitérer mes remerciements au Président de la République française, M. François Hollande, pour l’appui franc et déterminant apporté par la France et pour le dynamisme et le courage de sa diplomatie, au service de la paix et de la stabilité du Mali.

Monsieur le Président,
Malgré les difficultés que l’on disait insurmontables, le Mali a réussi des élections présidentielles transparentes et crédibles, dans l’exercice de la souveraineté du pays, de sa stabilité et de son unité.
Cette réussite est, sans conteste, la réponse la plus judicieuse aux errances, partout ailleurs dans le Monde, des radicaux et extrémistes de tous bords.
Si nous nous félicitons tous de la victoire collective sur les forces obscurantistes et séparatistes au Mali, nous sommes tous conscients de l’ampleur des défis qui l’attendent, dans cette phase nouvelle de réconciliation et de reconstruction nationales :
- Une réconciliation apaisée entre tous les fils du Mali, ouverte à toutes les sensibilités. La création d’un « Ministère en charge de la Réconciliation nationale et du Développement des régions du Nord » constitue les prémices mobilisatrices de cette réconciliation.
- Une reconstruction durable par la consolidation de ses institutions politiques, représentatives et sécuritaires, par la mise à niveau de ses infrastructures de développement et enfin, par la restructuration de son champ religieux.
Tout cela, dans le strict respect de la pleine souveraineté et du libre choix des Maliens.

Monsieur le Président,
La présence significative, aujourd’hui à Bamako, des amis du Mali, témoigne, à l’évidence, de leur engagement commun à continuer à Vous soutenir fidèlement dans Votre mission, à la fois délicate et exaltante.
Ainsi, la Communauté internationale demeurera à Vos côtés pour l’établissement d’une nouvelle gouvernance politique et territoriale, adaptée aux spécificités géographique, économique et culturelle du pays.

Monsieur le Président,
La singularité culturelle du Mali a, de tout temps, constitué une composante majeure du patrimoine islamique et de l’identité africaine.
Toute action coordonnée internationale qui n’accorderait pas l’importance requise à la dimension cultuelle et culturelle, serait vouée à l’échec. Le partenariat que le Royaume entend offrir en faveur de la reconstruction matérielle et immatérielle du Mali, s’inscrit pleinement dans cette philosophie.
Il est indispensable de réparer les destructions matérielles et de soigner les blessures symboliques, par la réhabilitation des mausolées, la remise en état des manuscrits, leur préservation, et la redynamisation de la vie socio-culturelle.
La tradition et la pratique de l’Islam au Maroc et au Mali ne font qu’un. Elles se nourrissent des mêmes préceptes du « juste milieu ». Elles se réclament des mêmes valeurs de tolérance et d’ouverture à l’autre, et demeurent le fondement du tissu spirituel continu qui a lié nos deux pays.
Guidé par ce socle cultuel commun et conscient des enjeux de sa préservation face à toutes les dérives, Je Me félicite de la signature d’un accord portant sur la formation, au Maroc, de 500 Imams maliens, sur plusieurs années.
Cette formation, effectuée en 2 ans, sera consacrée essentiellement à l’étude du rite malékite et de la doctrine morale qui rejette toute forme d’excommunication.

Monsieur le Président,
Attaché à la coopération Sud-Sud, le Maroc ne ménagera aucun effort pour accompagner le Mali, pays frère et voisin, dans les secteurs socio- économiques que Votre pays estimera prioritaires.
Il apportera son appui aux programmes maliens de développement humain, notamment en matière de formation des cadres, d’infrastructures de base et de santé.
Dans ce contexte, le Royaume du Maroc a installé, ces derniers jours, à Bamako, un hôpital militaire de campagne, à vocation pluridisciplinaire, appuyé par une aide médicale et humanitaire d’urgence.
Enfin, notre coopération encouragera la Communauté des Affaires à s’impliquer davantage dans la promotion des échanges et des investissements entre nos deux pays, favorisant ainsi l’emploi et le transfert des compétences et des capitaux.

Monsieur le Président,
Dans cette importante mission de reconstruction, tous les pays africains frères ont un rôle essentiel à remplir.
Malheureusement et en dépit de ces enjeux, certains Etats et parties s’emploient à détruire, au moment où d’autres choisissent de construire.
C’est en vertu de sa riche et inaliénable tradition de coopération avec les Etats frères subsahariens que le Maroc entend remplir activement sa part de responsabilité historique.
Je n’ai cessé d’accorder une attention toute particulière à cet axe essentiel des relations extérieures du Maroc, veillant personnellement à son renforcement.
Le Maroc, membre fondateur de l’OUA, ne siège pas au sein de l’Union Africaine. Depuis, il n’a cessé, en toute liberté, d’initier, plus qu’auparavant, des actions concrètes et de réaliser, avec davantage d’efficacité, des projets probants. Des résultats significatifs sont aujourd’hui atteints que le Maroc entend renforcer par la poursuite de ses efforts inlassables de solidarité avec ces pays frères.

Monsieur le Président,
Le rêve d’un Mali pacifié est aujourd’hui réalité. Dans la nouvelle page de l’histoire malienne qui s’écrit, le Maroc restera le partenaire fidèle et engagé de Votre pays.

Je vous remercie pour votre attention.
Wassalamou alaikoum warahmatoullahi wabarakatouh ».

 

SM le Roi prend part à Bamako à un déjeuner offert par le Président malien

19 septembre 2013
Bamako  -

SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a pris part à un déjeuner offert jeudi au Palais présidentiel de Koulouba à Bamako par le Président malien, Ibrahim Boubacar Keita, en l’honneur des chefs d’Etat et de gouvernement ayant assisté à la cérémonie de son investiture.

SM le Roi prend part à Bamako à un déjeuner offert par le Président malien
19 septembre 2013

L’investiture du nouveau président malien amorce le retour à l’ordre constitutionnel dans un pays profondément éprouvé par un an et demi de conflit militaire et de tensions intercommunautaires.

Elu avec 77,6 pc des suffrages le 11 août dernier, Ibrahim Boubacar Keita bénéficie d’un large appui aussi bien national qu’international.

Dernière modification : 19 septembre 201

 

Accueil
Activités Royales

SM le Roi, Amir Al Mouminine, reçoit à Bamako les représentants de la Tariqa Tijania et de la Tariqa Qadiria
19 septembre 2013

Version Imprimable

Bamako -
SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, a reçu, jeudi au siège de la résidence Royale à Bamako, les représentants de la Tariqa Tijania et de la Tariqua Qadiria au Mali.
SM le Roi, Amir Al Mouminine, reçoit à Bamako les représentants de la Tariqa Tijania et de la Tariqa Qadiria
19 septembre 2013

Le Souverain a ainsi reçu le représentant de la Tariqa Tijania au Mali, Cheikh Mohamed Ould Cheikna Haidara, alias Miouyi, Cherif Nioro du Sahel, Mahmoud Diko, président du Conseil islamique supérieur au Mali, Cheikh Tiernou Hadi Thiam, président du Conseil fédéral national des adeptes de la Tariqa Tijania et membre du Conseil islamique supérieur du Mali et Cheikh Ahmadou Hadi Tal, Khalife de la Tariqa Tijaniya, banche d’Al Oumairiya à Nioro.

SM le Roi, Amir Al Mouminine, a également reçu le représentant de la Tariqa Qadiria au Mali, Zakaria Maiga, khalife de la Tariqa Qadiria, branche Boutchichiya à Bamako et Cheikh Alpha Daha Konta, khalife de la Tarika Qadiria, branche traditionnelle de Tombouctou.

Ces audiences se sont déroulées en présence du ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq.

Accueil
Activités Royales

Intenses activités de SM le Roi en marge de la cérémonie d’investiture du président malien Ibrahim Boubacar Keita
19 septembre 2013

Version Imprimable

Bamako -
En marge de la cérémonie d’investiture du président malien Ibrahim Boubacar Keita, SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, s’est entretenu ce jour à Bamako avec plusieurs chefs d’Etat présents aux festivités dont notamment les présidents français François Hollande, tunisien, Moncef Merzouki, gabonais Ali Bongo Ondimba, Guinéen Alpha Condé, nigérien Mahamadou Issoufou, tchadien Idriss Deby et ivoirien Alassane Ouattara.
Intenses activités de SM le Roi en marge de la cérémonie d’investiture du président malien Ibrahim Boubacar Keita
19 septembre 2013

Les entretiens du Souverain avec chacun des chefs d’Etat ont porté essentiellement sur la qualité des relations bilatérales et les moyens de les renforcer.

Un accent particulier a été mis lors de ces entretiens sur l’importance de la coopération sud-sud entre Etats africains.

De même, SM le Roi a abordé respectivement avec ces chefs d’Etat l’évolution de la conjoncture régionale notamment en Afrique de l’Ouest à la lumière du retour à la normalité et à la légitimité au Mali frère.

Les différents chefs d’Etat ont saisi cette occasion pour exprimer à SM le Roi leur reconnaissance pour le rôle joué par le Souverain dans la consolidation de la paix et du progrès en Afrique.

Ils partagent pleinement la vision royale selon laquelle la reconstruction du Mali est une affaire de tous les africains. Et ils ont salué également la pertinence de la dimension culturelle et cultuelle de cette reconstruction afin que le Mali retrouve pleinement ses rites et pratiques religieux ancestraux basés notamment sur la modération et l’ouverture à l’autre.
Dernière modification : 19 septembre 2013

Accueil
Activités Royales

SM le Roi, Amir Al Mouminine et le président malien accomplissent la prière du vendredi à la Grande mosquée de Bamako
20 septembre 2013

Version Imprimable

Bamako -
SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, que Dieu L’assiste, et le président malien, M. Ibrahim Boubakar Keita, ont accompli la prière du vendredi à la Grande mosquée de Bamako.
SM le Roi, Amir Al Mouminine et le président malien accomplissent la prière du vendredi à la Grande mosquée de Bamako
20 septembre 2013

D’emblée, l’imam de la Grande mosquée de Bamako a souligné dans son prêche que Dieu, Tout-Puissant, a donné Son Ordre divin pour garder l’unité et l’entente et s’éloigner de la discorde et la dispersion, en évoquant le verset dans lequel le Très-Haut a dit « Tenez bien le lien d’Allah et ne vous dispersez point ».

L’Imam a noté que Dieu a conditionné la force et la gloire des musulmans par leur union, et aussi leur échec par leurs disputes et conflits, en citant dans ce sens le verset: « Ne vous disputez pas, sinon vous fléchirez et perdrez votre force ».

Il est certes de ces grâces dont on ne peut apprécier la juste valeur, et leur rendre gratitude, la grâce de la paix et la sécurité, que cela soit au niveau social, économique ou même physique, a relevé l’Imam en rappelant le verset dans lequel Dieu a dit: « Qui les a nourris de faim et rassurés de la crainte ».

« Nous ne pouvons que remercier Allah sans cesse qui a protégé notre pays des malheurs de la sédition et a repoussé ces dangers. Dieu soit grandement loué pour tous Ses bienfaits », a noté l’Imam, relevant que parmi les manifestations explicites de cette bénédiction, « nous comptons le fait qu’Allah a guidé les pas de notre peuple pour élire un chef d’Etat en la personne de Son Excellence M. Ibrahim Boubakar Keita dont on célèbre l’investiture, tout en louant Allah de lui accorder la réussite et la rectitude pour le bienfait du pays et de ses Hommes et qu’Il fournisse à travers lui le plus grand bien ».

L’Imam s’est réjoui « que Dieu nous a garanti Sa Grâce en ayant le privilège de voir parmi nous Amir Al Mouminine descendant du Prophète, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu le protège ».

« Sa Majesté, que Dieu le garde, n’a cessé de prendre les pas de ses aïeuls Rois et Sultans qui ont toujours marqué leur entière attention et vis à vis de ces contrées africaines. Ils ont aussi veillé à y disséminer le message de l’Islam et enraciner ses nobles valeurs, a souligne l’Imam.

« C’est ainsi que nos peuples leur ont rendu cette loyauté par la fidélité et l’affection par l’affection, et aussi des prières sincères et intimes en contrepartie de ce qu’ils ont avancé comme service a l’Islam et aux Musulmans », a-t-il dit.

En fait, Amir Al Mouminine « continue à rehausser la place des musulmans africains représentés par leurs Oulémas et Cheikhs, en les invitant à assister aux causeries religieuses lors du mois de Ramadan et à participer aux colloques scientifiques et rencontres soufies », a relevé l’Imam.

A la fin de son prêche, l’Imam a élevé des prières au Très-Haut pour préserver Amir Al Mouminine SM le Roi Mohammed VI et garantir force et gloire à l’Islam et aux Musulmans, et paix et sécurité au Mali et tous les pays musulmans.

Après la prière, SM le Roi, Amir Al Mouiminine, que Dieu L’assiste, a remis au président malien une copie du Saint Coran (Moushaf Al-Mohammadi acharif).

Ont également accompli la prière du vendredi à la Grande mosquée de Bamako les membres du gouvernement malien, de hautes personnalités maliennes, des représentants de la Tariqa Tijania et de la Tariqa Qadiria au Mali, des Oulémas et érudits du pays, ainsi que les membres de la délégation officielle accompagnant le Souverain.

 

SM le Roi, accompagné du président malien, visite l’hôpital de campagne marocain à Bamako
20 septembre 2013

 

Bamako -
SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, accompagné du président malien, Son Excellence Ibrahim Boubacar Keita, a visité, vendredi, l’hôpital médico-chirurgical marocain déployé à Bamako dans le cadre de l’aide humanitaire consentie par le Royaume au profit du peuple malien sur Hautes Instructions Royales.
SM le Roi, accompagné du président malien, visite l’hôpital de campagne marocain à Bamako
20 septembre 2013

A Son arrivée, SM le Roi a été salué par le Général de Corps d’armée, Abdelaziz Bennani, Inspecteur général des Forces Armées Royales (FAR), Commandant la zone Sud, le Général de brigade Ali Abrouq, Inspecteur du service de santé des FAR, et le colonel Abdelouahed Baite, médecin-chef de l’hôpital médico-chirurgical marocain.

Le Souverain a également été salué par le ministre malien de la Santé et de l’Hygiène publique, Ousmane Koné.

Par la suite, SM le Roi a pris connaissance des équipements de l’hôpital de campagne et des prestations qui y sont fournies au profit des citoyens maliens.

SM le Roi, accompagné du Président malien, a ensuite effectué une tournée à travers les différents services et dépendances de l’hôpital, avant de poser pour une photo souvenir avec le staff de l’hôpital de campagne.

L’hôpital, installé à proximité du stade Modibo Keita au coeur de la capitale malienne, a accueilli, depuis son ouverture des centaines de personnes venues bénéficier des soins offerts dans différentes spécialités dont la neuropsychiatrie, la cardiologie, la pneumologie, la dermatologie et la chirurgie plastique, la pédiatrie, la gynécologie.

Toutes les installations requises pour la réussite de cette opération humanitaire sont mises en place, avec à l’appui des équipements médicaux de pointe, dont un laboratoire, un bloc opératoire avec un service de réanimation, des sites d’anesthésie générale et un service d’urgence. Outre ces services, les patients ont droit à des lots de médicaments en fonction de leur pathologie.

Encadré par un staff de 106 personnes, dont des médecins spécialisés, des infirmiers et une équipe d’accompagnement et de soutien, l’hôpital est doté d’une capacité d’accueil d’une quarantaine de lits.

L’initiative de SM le Roi Mohammed VI d’établir un hôpital de campagne au Mali est un geste humanitaire noble qui traduit l’engagement personnel du Souverain à l’égard des causes humaines et Son souci permanent de concrétiser les valeurs de solidarité, d’entraide et de coopération pour panser les blessures du peuple malien frère.

Hautement saluée par les plus hauts responsables maliens, les dignitaires religieux et la population du Mali, l’initiative royale s’inscrit également dans le cadre de la solidarité agissante du Royaume à l’égard des pays africains frères et du Mali particulièrement avec lequel le Maroc entretient des relations séculaires et privilégiées.

 

SM le Roi et le Chef de l’Etat malien président à Bamako la signature d’un accord en matière de formation des imams maliens
20 septembre 2013

 

Bamako -
SM le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, que Dieu L’assiste, et le Président malien, son Excellence M. Ibrahim Boubacar Keita, ont présidé, vendredi à la résidence Royale à Bamako, la cérémonie de signature d’un accord en matière de formation des imams maliens.
SM le Roi et le Chef de l’Etat malien président à Bamako la signature d’un accord en matière de formation des imams maliens
20 septembre 2013

Avant la signature de cet accord, SM le Roi et le Président Ibrahim Boubacar Keita ont eu des entretiens en tête-à-tête au cours desquels le chef de l’Etat malien a réitéré ses remerciements à SM le Roi d’avoir fait le déplacement à Bamako pour prendre part à la cérémonie de son investiture et pour le soutien du Souverain aux efforts de rétablissement de la paix et de la concorde au Mali.

L’accord, signé par le ministre des Habous et des Affaires islamiques M. Ahmed Toufik et le ministre malien de l’Administration territoriale et de la décentralisation, M. Moussa Sinko Coulibaly, porte sur un volet essentiel de la coopération en matière religieuse.

Cet accord stipule que conformément à la volonté de SM le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, et de son Excellence M. Ibrahim Boubacar Keita, le Maroc formera 500 imams maliens sur plusieurs années.

Cette action s’inscrit dans le cadre de la contribution du Maroc à la reconstruction du Mali dans un secteur stratégique face aux menaces de l’extrémisme.

Le Maroc et le Mali partagent le même socle culturel et cultuel depuis des siècles, notamment l’Islam sunnite de rite malékite et se réclament des mêmes valeurs de tolérance et d’ouverture à l’autre. Ils demeurent engagés pour la paix, la sécurité, la stabilité, le développement et la bonne gouvernance politique et territoriale.

22 septembre 2013e

Bamako -
SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, accompagné de SA le Prince Moulay Ismail, a quitté dimanche le Mali, au terme d’une visite durant laquelle le Souverain a pris part à la cérémonie solennelle d’investiture du Président malien, Son Excellence M. Ibrahim Boubacar Keita.
SM le Roi Mohammed VI quitte le Mali
22 septembre 2013

A Son départ de l’aéroport international Bamako Senou, SM le Roi a été salué par le chef de l’Etat malien.

Après avoir passé en revue un détachement militaire qui rendait les honneurs, le Souverain a été salué par le Premier ministre, M. Oumar Tatam Ly et des membres du gouvernement malien, ainsi que par plusieurs hautes personnalités civiles et militaires, des dignitaires religieux et des membres du corps diplomatique accrédité à Bamako.

Le Souverain a également été salué par l’ambassadeur du Maroc au Mali, Hassan Naciri, les membres de la mission diplomatique marocaine, les représentants des établissements marocains installés à Bamako et des représentants de la communauté marocaine établie au Mali.

SM le Roi a également été salué par MM. Mohamed Ag Antalla, Chérif Touareg des Ifoghas, Omarou Ag Mohamed Ibrahim Haidra, président du Haut conseil des collectivités territoriales maliennes, Chérif de Tombouctou, Someila Cissé, Président de l’Union pour la République et la Démocratie, et Tiébilé Dramé, Président du Parti pour la Renaissance Nationale (PARENA).

SM le Roi était accompagné, lors de cette visite, d’une importante délégation comprenant notamment les Conseillers du Souverain, Taib Fassi Fihri et Fouad Ali El Himma.

La délégation comprenait également le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, le Général de Corps d’armée Abdelaziz Bennani, Inspecteur général des Forces Armées Royales, Commandant la zone Sud et le Général de brigade Ali Abrouq, Inspecteur du service de santé des FAR, ainsi que plusieurs personnalités civiles et militaires.

1 septembre, 2013

SM le Roi, Président du Conseil supérieur de la magistrature, a bien voulu donner sa Haute approbation des travaux du Conseil entamés le 02 avril 2013 (Communiqué)Les résultats détaillés des travaux du Conseil supérieur de la magistrature seront disponibles sur le site du ministère de la justice et des libertés à l’adresse suivante : www.justice.gov.ma

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 14:53

Bienvenue sur le blog allahalwatanalmalik

SM le Roi, Président du Conseil supérieur de la magistrature, a bien voulu donner sa Haute approbation des travaux du Conseil entamés le 02 avril 2013 (Communiqué)

01 septembre 2013
Rabat  -

Le ministère de la Justice et des libertés indique, dimanche, que SM le Roi Mohammed VI, Président du Conseil supérieur de la magistrature, a bien voulu donner sa Haute approbation des travaux du Conseil au titre de sa session ordinaire, entamée le 21 Joumada I 1434, correspondant au 02 avril 2013.

Un communiqué du ministère précise que les résultats de cette session ordinaire ont porté sur la prolongation de l’âge de la retraite pour 105 magistrats et la mise à la retraite de 51 autres, soit à leur demande ou pour avoir atteint l’âge limite de la retraire.

Le Conseil a décidé la promotion au grade exceptionnel de 149 magistrats de premier grade, dont 5 étaient chargés de mission au grade exceptionnel.

Trente-deux magistrats de deuxième grade ont été promus au 1er grade, 155 juges de troisième grade ont été promus au deuxième grade, dont 24 étaient chargés de mission dans ce grade, ajoute la même source.

Le Conseil a aussi décidé de charger 07 magistrats dans le premier grade.

Il a également décidé de nommer 48 magistrats dans des postes de responsabilité, soit au titre de mutations ou de nouvelles nominations.

Le Conseil a nommé 31 magistrats à la Cour de Cassation.

Le Conseil, après avoir examiné les demandes de mutation sur la base de critères adoptés pour la première fois, a décidé de répondre favorablement à 412 demandes de mutation et de muter 26 magistrats à des Cours d’appel afin de pallier le manque enregistré dans ces juridictions, suite aux propositions touchant différents sujets soumis au Conseil, dans le respect total des dispositions de la Constitution. Il a aussi décidé de muter 81 magistrats suite à leur promotion.

Dans le cadre des procédures disciplinaires, le Conseil supérieur de la magistrature a examiné la situation de plusieurs magistrats accusés de défaillances professionnelles et de comportement.

A ce propos, le Conseil a décidé d’acquitter 03 magistrats, de révoquer 04 juges et de mettre automatiquement à la retraite 05 autres.

Il a aussi décidé de suspendre momentanément du travail 09 juges, de retarder la promotion au grade supérieur d’un magistrat, d’adresser un avertissement à deux autres et de reporter l’examen des cas de deux magistrats.

Il a été décidé la nomination de 297 nouveaux magistrats issus de la 37ème promotion des attachés judiciaires, dont la prestation de serment aura lieu vendredi prochain (16H00) à la Cour d’appel de Rabat (Annexe de Salé), annonce le communiqué.

A noter que les attachés judiciaires issus de la 38ème promotion seront nommés au cours des mois à venir, afin de pallier le manque dans certains tribunaux du Royaume et de répondre aux demandes de mutation de certains juges.

Les résultats détaillés des travaux du Conseil supérieur de la magistrature seront disponibles sur le site du ministère de la justice et des libertés à l’adresse suivante : www.justice.gov.ma

=======================================================================

Image de prévisualisation YouTube

Le Souverain adresse un message à la 1ère conférence des ambassadeurs de SM le Roi

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 14:51
30 août 2013Le Souverain adresse un message à la 1ère conférence des ambassadeurs de SM le Roi dans Liens roimohammedvi
Rabat  -

SM le Roi Mohammed VI a adressé un message à la 1ère conférence des ambassadeurs de SM le Roi, organisée par le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération du 30 août au 1er septembre à Rabat.

30 août 2013

Voici le texte intégral de ce message, dont lecture a été donnée par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, M. Saad Dine El Othmani.

Louange à Dieu Prière et salut sur le Prophète, Sa famille et Ses compagnons

Excellences,

Fidèles Ambassadeurs de Notre Majesté,

Mesdames, Messieurs,

Il Nous est agréable de Nous adresser à vous à l’ouverture de cette importante Conférence des Ambassadeurs de Notre Majesté. Cette rencontre offre le cadre idoine pour livrer une réflexion approfondie sur la diplomatie marocaine, en passant en revue ses réalisations et ses acquis, ses capacités et ses potentialités ainsi que les défis qu’elle se doit de relever.

C’est aussi une occasion propice pour engager entre vous les consultations et les concertations nécessaires afin de définir les actions et les initiatives devant régir, conformément à Nos Hautes Orientations, le fonctionnement de la diplomatie marocaine, au cours des années à venir.
Il s’agit de renforcer la performance de la diplomatie nationale et, partant, de conforter la position du Royaume en tant que membre agissant et responsable de la communauté internationale.

Mesdames, Messieurs,

Dès Notre accession au Trône de Nos glorieux ancêtres, Nous avons élaboré une vision diplomatique intégrée et cohérente qui affirme et consacre l’identité civilisationnelle séculaire du Maroc. Cette vision permet d’exploiter à bon escient la position géostratégique privilégiée du pays, d’être en phase avec ses constantes immuables et de s’adapter avec efficacité et professionnalisme à un environnement international complexe, vivant au rythme de changements et d’évènements aussi rapides que variés.

La géopolitique mondiale vit aujourd’hui entre les réminiscences de l’ordre international issu de la seconde guerre mondiale et les prémices d’un nouvel ordre international qui n’arrive pas encore à s’imposer.

On observe ces dernières années, l’émergence de plusieurs   questions globales  intéressant tous les Etats et les peuples et l’apparition de nouvelles et émergentes puissances internationales.

On constate également l’entrée en scène de nouveaux acteurs tels que les ONG internationales et les sociétés multinationales, ainsi que la diversification inédite des centres mondiaux de prise de décision et d’influence et de groupes internationaux spécialisés de régulation et de coordination.
Parallèlement à ces phénomènes, on note la multiplication des défis issus d’une succession de crises à répétition, simultanées, aigües et globales, qui affectent les domaines de la sécurité, la politique, l’économie, les finances, l’environnement et la sécurité alimentaire, qui ont eu un impact profond et pervers sur la situation mondiale.

Dans ce contexte de changements profonds, de mutations majeures et de crises graves aux niveaux international et régional, le ministère des affaires étrangères et de la coopération s’est employé, en application de Nos Hautes Directives, à faire connaître notre pays et à mettre en exergue ses importantes réalisations dans les espaces d’appartenance, de voisinage et de partenariat, tant au niveau bilatéral que régional et multilatéral. Il s’est attaché à faire ressortir les potentialités objectives et les opportunités réelles de la coopération avec le Maroc;

Un Maroc qui, par la grâce de Dieu, est un pays sûr, stable et fort de ses institutions développées;

Un Maroc se distinguant par la cohérence et la complémentarité entre ses réalisations nationales et les actions engagées au niveau international;

Un Maroc, ouvert sur les autres, disposé à coopérer avec tous les partenaires, sur la base du respect mutuel et de l’intérêt commun;

Un Maroc ayant arrêté, tôt, ses options fondamentales, fondées sur le renforcement de l’Etat de droit, l’attachement irréversible aux principes de pluralisme politique et de participation constructive, en accord avec ses traditions et les valeurs qui y sont enracinées;

Un Maroc, chantre infatigable de la paix et du respect de la légalité internationale, ouvert sur son époque, respectueux des principes et des idéaux universels, attaché aux vertus du dialogue, de la concertation et de la persuasion ;

Un Maroc, clairement solidaire avec les peuples frères et les Etats amis, agissant dans un cadre de coopération sud-sud concrète et mettant en œuvre une diplomatie de développement humain et de participation efficiente aux opérations de maintien de la paix sous l’égide des Nations Unies.

Mesdames, Messieurs,

La diplomatie nationale s’appuie sur l’ensemble de ces déterminants tels que consacrés par la Constitution du Royaume, et sur Nos Hautes Orientations que Nous ne cessons de prodiguer aux gouvernements successifs pour encadrer leur action.

Il s’agit en premier lieu de la mobilisation continue pour la défense de l’intégrité territoriale du Maroc, au Nord comme au Sud. A cet égard, il importe d’exploiter au mieux les développements positifs qu’a connus la question du Sahara marocain, surtout après la reprise de l’initiative par notre pays qui a fait preuve de plus d’efficacité dans le traitement de cette question déterminante, grâce à Notre initiative audacieuse accordant l’autonomie à nos provinces du Sud, initiative qui a bénéficié d’un soutien constant et croissant.

Grâce à la justesse de sa cause et à la pertinence de sa position, le Maroc a réussi, ces dernières années, à dévoiler la supercherie de la thèse séparatiste, et à obtenir des retraits successifs de reconnaissance de la prétendue république, par de nombreux pays.

Nous tenons à souligner l’importance de maintenir le cap et l’impératif de déjouer, avec toute la fermeté requise, les manœuvres et les tentatives désespérées, fondées sur la calomnie et la mystification, entreprises par les adversaires de notre unité nationale et de notre intégrité territoriale.

Il appartient donc aux ambassadeurs de Notre Majesté de mener ce combat de tous les instants avec une vigilance particulière, et de travailler dans ce sens, assidûment et à tous les niveaux auprès des responsables dans leurs pays d’accréditation respectifs.

Il est également du devoir de la diplomatie marocaine de s’employer, avec la même ardeur, à mettre en relief les atouts fondamentaux du Royaume, et d’en faire l’usage le plus judicieux, et ce, à travers un positionnement cohérent et efficace, en phase avec les valeurs et les intérêts supérieurs du Maroc, et avec les évolutions fondamentales des relations internationales.

A cet égard, Nous engageons notre diplomatie à renforcer l’action visant à assurer la promotion du   Label Maroc   qui tire sa force et sa richesse des réformes profondes que Nous avons initiées. Il lui appartient également de mieux faire connaître les grands chantiers de développement que Nous conduisons dans tous les domaines, notamment en faveur du développement humain.

Cela vaut également pour les domaines du tourisme, du développement durable et des énergies renouvelables, outre le capital historique du Maroc, pays d’ouverture et de tolérance, espace de coexistence et d’interaction entre les cultures et les civilisations.

C’est dire que la promotion du   Label Maroc   n’est pas un simple slogan, mais plutôt un objectif stratégique dont la réalisation permettra de concrétiser toutes les opportunités de coopération possibles dans tous les domaines.

Pour atteindre donc cet objectif, il appartient à Notre gouvernement de donner la priorité à une diplomatie économique audacieuse, capable de mobiliser les énergies pour développer les partenariats, attirer les investissements, promouvoir l’attractivité du pays, conquérir de nouvelles positions et intensifier les échanges extérieurs.

Nous invitons également le gouvernement à œuvrer en coordination et en concertation avec les différents acteurs économiques des secteurs public et privé, en vue de faire connaître les atouts économiques que recèle notre pays, surtout dans les créneaux productifs prometteurs. Outre le développement de ces créneaux, Nous tenons également à l’instauration d’une coopération institutionnelle entre les départements ministériels ayant une activité internationale dans le domaine économique.

Nous considérons, à cet égard, Nos ambassadeurs comme des soldats devant déployer tous leurs efforts au service des objectifs économiques de leur pays.

Quant à la diplomatie culturelle, il importe de lui accorder l’appui et l’encouragement qu’elle mérite, notamment la mise en place de   maisons du Maroc ,de centres et de services culturels à l’étranger. Il importe également d’intensifier les activités artistiques, d’organiser des foires et des expositions, de faire connaître le patrimoine civilisationnel et culturel du Maroc, pour en accroitre le rayonnement à l’étranger et de mettre en relief son identité unifiée, authentique, riche et plurielle.

Conscient des moyens limités disponibles, et afin de concrétiser les résultats escomptés en la matière, Nous préconisons le déploiement des différents types de coopération et de partenariat avec tous les acteurs concernés.

Mesdames, Messieurs

Si le monde connaît aujourd’hui de plus en plus de groupements et d’ensembles politiques, économiques et culturels, la construction du Grand Maghreb connaît, elle, un gel regrettable, alors que toutes les conditions requises sont réunies. Un tel blocage va à l’encontre de la dynamique de cette ère et des aspirations légitimes des peuples maghrébins frères.

Profondément convaincu de l’inéluctabilité du destin commun de nos cinq pays maghrébins, Nous avons constamment orienté Notre diplomatie à redoubler d’efforts pour concrétiser l’attachement du Maroc à la construction de l’Union Maghrébine, en tant que choix stratégique énoncé dans la Constitution. Nous continuerons également à œuvrer avec sincérité et bonne foi pour l’émergence d’un   nouvel ordre maghrébin  transcendant toutes les sources de désaccord.

En attendant la levée des obstacles objectifs qui entravent l’intégration régionale souhaitée, Nous appelons notre diplomatie à renforcer les relations de notre pays avec tous les autres Etats maghrébins frères.

Par ailleurs, fidèle à notre appartenance africaine et ayant en vue les liens spirituels et les intérêts stratégiques de notre pays, Nous nous sommes attaché à consolider nos liens avec les pays subsahariens en les plaçant au cœur de l’agenda diplomatique marocain.

Nous avons concrétisé cette orientation à travers les visites que Nous avons effectuées, à partir de 2000, dans plusieurs pays africains frères. Nous veillons, à ce titre, à consacrer les valeurs de solidarité et de fraternité et à faire en sorte que notre continent compte sur les ressources propres considérables qu’il recèle.

Eu égard au rayonnement du Maroc et à la place éminente dont il jouit, Nous exhortons notre diplomatie à accompagner assidûment cette orientation, par le développement de nos relations bilatérales avec les pays subsahariens, par une contribution efficace aux actions de la Communauté des Etats Sahélo-Sahariens,  CEN-SAD  , notamment à la définition des nouvelles missions dévolues à ce rassemblement, ou encore par le renforcement de nos relations avec les organisations sous régionales africaines, en particulier les organisations d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Centrale.

Nous invitons également Notre gouvernement à relancer les activités de la Conférence des Etats africains riverains de l’Atlantique, Organisation régionale dont Nous avons tenu à abriter le siège dans notre capitale, et à lui permettre de jouer pleinement le rôle qui lui revient en tant qu’instrument au service de nos relations avec nos frères africains.

A cet égard, il appartient à notre diplomatie de tirer le meilleur parti des instruments disponibles dans ce domaine. Nous citerons en particulier l’Agence marocaine de Coopération internationale, qui devra continuer à œuvrer, sans relâche et en toute efficacité, pour accompagner les efforts que Nous menons pour le renforcement de nos relations avec nos frères du continent.

Sur le plan arabe, Nous suivons avec une grande préoccupation et une profonde inquiétude la situation difficile que vivent, à des degrés variables et selon des spécificités et des enjeux différents, certains pays arabes connaissant des mutations politiques et institutionnelles. Toutefois, Nous avons bon espoir de voir ces pays parvenir à traverser cette étape délicate de leur histoire à travers un dialogue constructif et une réconciliation nationale, dans le cadre de l’intégrité territoriale et des aspirations légitimes des peuples concernés.

Par ailleurs, le Maroc continue à jouer le rôle qui a toujours été le sien dans la mise en place des fondements d’un ordre arabe solidaire et intégré. Il affirme son engagement à soutenir les causes arabes et islamiques, avec à leur tête, la cause du peuple palestinien et sa lutte nationale pour instaurer un Etat palestinien indépendant, avec Al-Qods Al-Charif comme capitale.

Sur un autre plan, Nous attachons une importance capitale au développement de relations privilégiées avec les Etats du Conseil de Coopération du Golfe, d’autant plus que Nous sommes uni à leurs dirigeants par de solides liens de fraternité, d’estime mutuelle et d’entente permanente, et que Nous nous attachons à renforcer avec eux le partenariat stratégique exemplaire qui a été mis en place, en 2011.

Dans le même ordre d’idées, Nous appelons à redoubler d’efforts pour diversifier et consolider nos relations avec l’Union européenne et l’ensemble de ses Etats membres, et ce, par la mise en œuvre sur le terrain du Statut avancé dont le Maroc bénéficie depuis 2008 ; d’autant plus que Nous sommes fier des rapports d’amitié solide et de coopération fructueuse qui nous unissent aux pays de l’Union.

Dans le même esprit, la diplomatie marocaine devra poursuivre l’action visant à renforcer les relations du Royaume avec les pays frères et amis qu’il compte dans les autres continents et espaces géographiques, dans le cadre d’une politique volontariste de diversification et d’élargissement de notre coopération internationale.

Il s’agit de ceux ayant de fortes potentialités économiques et une présence politique agissante, avec lesquels Nous avons tenu à conclure des partenariats stratégiques. Dans ce contexte, la fierté que nous inspirent les liens d’amitié historique et de coopération fructueuse unissant le Maroc et les Etats-Unis d’Amérique n’a d’égale que notre détermination à consolider le partenariat stratégique entre nos deux pays, au mieux de nos intérêts communs et pour le triomphe des causes justes dans le monde.

Tout comme il s’agit d’autres pays en développement, avec lesquels Nous avons réussi à ouvrir de nouvelles perspectives, comme cela a été le cas avec les pays de la zone des Caraïbes et d’Océanie.

Mesdames, Messieurs,

Le Maroc, nation séculaire, possède de solides traditions diplomatiques, qui remontent à des lustres et qui obéissent à des déterminants bien définis et à des normes établies. Si, grâce à la compétence, au dévouement et aux efforts soutenus de ses cadres successifs, hommes et femmes, la diplomatie marocaine a accompli d’importantes réalisations, il n’en demeure pas moins qu’on devrait, comme Nous l’avons réaffirmé à maintes reprises, développer des diplomaties parlementaire, civile et locale agissantes, surtout au vu de la place que le parlement, la société civile et les collectivités territoriales occupent désormais dans la Constitution.

Dans un monde où les parlements, les partis politiques, les organisations non gouvernementales, les médias et les acteurs académiques et culturels constituent d’importants pôles d’influence, les efforts officiels demeurent insuffisants à eux seuls. Nous incitons donc Nos Ambassadeurs à redoubler d’efforts en s’ouvrant davantage à ces nouveaux acteurs présents sur la scène extérieure et en encourageant ces derniers à se mettre en rapport avec leurs homologues au Maroc.

Dans le même contexte, et afin que le ministère des affaires étrangères et de la coopération puisse disposer des analyses et des outils conceptuels nécessaires pour assimiler et mieux anticiper les transformations accélérées que connaît le monde, Nous l’invitons à tirer parti des expertises et des compétences dont dispose l’Institut Royal des Etudes Stratégiques, et ce, au mieux des intérêts nationaux.

Nous exhortons cet Institut à coopérer avec le ministère et à consacrer ses efforts au domaine diplomatique et aux différentes questions liées aux relations extérieures du Maroc, dans leurs différents volets politique, économique, social, culturel et environnemental.

Par ailleurs, et afin de concrétiser Notre sollicitude constante à l’égard des membres de la Communauté Marocaine à l’Etranger, il est nécessaire de poursuivre les efforts louables déployés précédemment pour protéger les intérêts de cette communauté, défendre ses acquis sociaux et juridiques et améliorer la qualité des services qui lui sont offerts, de sorte qu’ils soient à la hauteur de ceux que les pays de résidence mettent à sa disposition, tant en termes de qualité que de transparence.

Néanmoins, la réalisation de tous ces objectifs et l’accomplissement optimal des différentes missions diplomatiques nationales sont tributaires d’une qualification adéquate de l’élément humain, d’une parfaite rationalisation des ressources matérielles et enfin d’une méthodologie et des procédures de travail rigoureuses.

A cet égard, Nous tenons à saluer les résultats positifs qui ont été réalisés dans ces domaines au cours de la dernière décennie, à l’instar de la révision du Statut du personnel du Ministère des affaires étrangères et de la coopération, de la mise en place d’un nouvel organigramme, de l’effort engagé pour assurer une formation continue des cadres, de la création, en 2011, de l’Académie marocaine des Etudes diplomatiques, de l’action vouée à la promotion du rôle de la femme diplomate, ou encore de l’élargissement du réseau des missions diplomatiques et des postes consulaires marocains à l’étranger, et de la généralisation efficiente des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Aussi, appelons Nous à poursuivre ces efforts méritoires et à continuer à motiver nos diplomates, de sorte qu’ils soient plus confiants en ce qui concerne leurs droits et davantage conscients de leurs obligations. Il faut donc s’attacher à trouver les voies et moyens de tirer le meilleur parti de ces réalisations et à les consolider par des acquis supplémentaires.

Nos fidèles ambassadeurs,

L’expérience et le savoir-faire que notre diplomatie a accumulés lui ouvrent en permanence des perspectives lui permettant de renforcer ses capacités d’adaptation et d’innovation, tout en demeurant fidèle à l’ancrage du Maroc et à son authenticité.

Le but est de hisser notre diplomatie au rang d’une diplomatie dynamique et anticipative ayant des objectifs précis et une compréhension pointue de son environnement, et adoptant une approche novatrice dans son travail.

En souhaitant plein succès à votre Conférence que Nous avons placée sous Notre haut patronage en témoignage de l’intérêt que Nous portons à la diplomatie et aux diplomates, Nous vous invitons tous à conjuguer vos efforts et à mettre en œuvre vos idées et vos actions individuelles et collectives de sorte que la diplomatie marocaine puisse non seulement accéder aux plus hauts niveaux de professionnalisme, mais aussi atteindre l’excellence au niveau mondial. Pour cela, armez-vous de détermination et de patriotisme et faites preuve d’une mobilisation constante, ferme et continue.

Soyez, que Dieu vous garde, à la hauteur de la responsabilité nationale qui vous incombe et des missions nobles qui vous sont assignées, avec ce que cela implique en termes de célérité et de proximité avec les centres de décision et les forces vives influentes au sein des pays d’accréditation, et de mobilisation des réseaux d’amitié et de solidarité que Nous nous sommes constamment attaché à tisser de par le monde.

Puisse Dieu couronner vos efforts de succès.
Wassalamou alaikoum warhamatoulahi wabarakatouh.
Mohammed VI
Roi du Maroc .

25 août, 2013

SAR la Princesse Lalla Meryem, un engagement inconditionnel en faveur de la promotion des droits des femmes et des enfants

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 14:34

Bienvenue sur le blog allahalwatanalmalik

SAR la Princesse Lalla Meryem, un engagement inconditionnel en faveur de la promotion des droits des femmes et des enfants

25 août 2013
Rabat  –  

La Famille royale, en communion avec l’ensemble du peuple marocain, célèbre, lundi, l’anniversaire de SAR la Princesse Lalla Meryem, connue pour son sens aigu de solidarité et de son action remarquable en faveur de l’émancipation de la femme marocaine et de la protection des droits des enfants.

Comme chaque année, le 26 août représente une date gravée dans la mémoire des Marocains qui célèbrent tout aussi le combat mené au quotidien et sans relâche par SAR la Princesse Lalla Meryem pour promouvoir les conditions des femmes marocaines, arabes et africaines et sauvegarder l’intégrité physique, morale et spirituelle des enfants en situation difficile.

Très jeune, SAR la Princesse Lalla Meryem avait choisi sa cause essentielle et suivi, pour sa réalisation, un parcours qui est devenu, au fil du temps, de plus en plus exceptionnel marqué par un fort engagement social.

Sa présence sur le front du développement depuis de longues années et ses efforts inlassables et continus en faveur des droits de la femme et de la protection des enfants ont été couronnés en 2010 par la remise à Son Altesse Royale du Prix Femmes Leaders Mondiales .

Cette distinction internationale lui a été attribuée par l’association « Femmes Leaders Mondiales » en sa qualité de présidente de l’Union nationale des femmes marocaines (UNFM) et en reconnaissance à son action remarquable, son sens aigu de la solidarité et sa mobilisation permanente pour renforcer le statut des femmes marocaines, arabes et africaines pour qu’elles s’impliquent à conforter le développement et l’accès au progrès.

Ce trophée, qui met le Maroc à l’honneur, a été également une reconnaissance de la contribution de SAR la Princesse Lalla Meryem confortant le Royaume dans sa stature de « médiateur influent de la paix, du développement croisé et de rencontres harmonieuses entre les peuples ».

Son Altesse Royale a ainsi assumé avec grand mérite les lourdes responsabilités qui lui sont confiées en tant que Présidente des Oeuvres sociales des Forces Armées Royales, de la Fondation Hassan II pour les Marocains Résidant à l’Etranger, de l’Association Marocaine de Soutien à l’UNICEF, de l’Union nationale des femmes marocaines (UNFM), de l’Observatoire National des Droits de l’Enfant (ONDE) et du Parlement de l’enfant.

SAR la Princesse Lalla Meryem est aussi présidente d’honneur de plusieurs associations uvrant au profit de l’enfance, notamment l’association d’aide et de soutien de l’enfant asthmatique, les « Bonnes Oeuvres du Coeur » et l’association « L’Avenir » des parents et amis des enfants atteints du cancer.

Sa mobilisation en faveur de la question des droits et du bien-être des enfants, futurs acteurs de la société, a permis la concrétisation de plusieurs actions ayant permis l’amélioration de la qualité de leur vie notamment le lancement, chaque année, de la campagne nationale de vaccination, une action qui a permis au Maroc de réaliser des avancées spectaculaires dans le domaine de l’immunisation.

En effet, SAR la Princesse Lalla Meryem, présidente de l’ONDE a procédé, en avril dernier au centre de santé urbain Hay Mohammadi à Marrakech, au lancement de la campagne nationale de vaccination contre la rougeole et la rubéole.

Son Altesse Royale a également déployé des efforts soutenus pour lutter contre l’exploitation des enfants, particulièrement les petites filles, au travail tout en oeuvrant pour leur assurer la scolarisation.

Concernant la promotion du rôle de la femme et le renforcement de sa place dans la société, SAR la Princesse Lalla Meryem s’est investie pleinement dans cette cause et a multiplié les efforts pour atteindre son objectif. Sa présidence à la tête de l’UNFM depuis sa nomination en 2003 a profité à bien des égards aux femmes et aux enfants qui ont vu leurs statuts revalorisés et réhabilités.

C’est dans le même esprit qu’elle avait présidé en mars dernier à Rabat la cérémonie d’ouverture du Congrès international sur « La femme rurale partenaire du processus de développement », organisé à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la femme, et au cours duquel six conventions de partenariat relatives à la promotion de la femme rurale ont été signées.

De même, à l’occasion du lancement de la campagne nationale du don de sang, Son Altesse Royale, qui adhère à diverses actions sociales, a tenu à marquer l’événement en faisant un don de sang au Centre régional de transfusion sanguine de Rabat.

Sur le plan diplomatique, SAR la Princesse Lalla Meryem avait pris part en septembre dernier à Paris à l’inauguration du département des Arts de l’Islam au sein du prestigieux musée du Louvre, qui a vu le jour grâce à la générosité de plusieurs donateurs français et du monde arabo-musulman, dont notamment SM le Roi Mohammed VI.

Au niveau international, Son Altesse Royale a fait preuve d’un grand dynamisme et a adhéré à plusieurs manifestations d’ordre social, en donnant, en mars 2009, son accord pour assurer la présidence d’honneur de la Fondation espagnole ESAN pour le développement et l’innovation dans le sud de l’Europe et l’Afrique du Nord.

Son Altesse Royale, également présidente effective de la Fondation Hassan II pour les oeuvres sociales des Forces Armées Royales, a vu ses efforts récompensés en juillet 2003, lorsque le Souverain l’a promue au grade de colonel-major.

Son engagement inconditionnel en faveur de sa cause et sa ferme détermination à atteindre les objectifs escomptés, lui ont valu la reconnaissance de la communauté internationale notamment des responsables d’institutions agissant en faveur des droits de l’enfant.

Ainsi, en 2011, SAR la Princesse Lalla Meryem a reçu le prix « Méditerranée pour l’Enfance » qui lui a été attribué par la Fondation Méditerranée pour la paix, en signe de reconnaissance pour l’ensemble de ses oeuvres et de ses actions en faveur de la protection des droits des enfants.

Ce prix qui, de par sa valeur, vient juste après le prix Nobel, traduit la haute estime dont jouit Son Altesse Royale au niveau international pour ses grandes oeuvres en faveur de la promotion et la protection des droits des enfants.

En juillet 2001, le Directeur général de l’Unesco, M. Koïchiro Matsuura, remet à Son Altesse Royale le titre d’Ambassadrice de bonne volonté de l’Unesco, en reconnaissance de son action inlassable en faveur de la cause des enfants et du respect de leurs droits dans le monde.

Les réalisations accomplies tout au long de son parcours exceptionnel font de SAR la Princesse Lalla Meryem une personnalité incontournable sur le continent africain.

22 août, 2013

SM le Roi préside au Palais Royal à Rabat une réception à l’occasion du 50è anniversaire du Souverain

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 14:09

Bienvenue sur le blog allahalwatanalmalik

SM le Roi préside au Palais Royal à Rabat une réception à l’occasion du 50è anniversaire du Souverain

21 août 2013
Rabat  -

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, accompagné de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan, de SAR le Prince Moulay Rachid et de SA le Prince Moulay Ismail, a présidé, mercredi au Palais Royal à Rabat, une réception à l’occasion du 50ème anniversaire du Souverain.

SM le Roi préside au Palais Royal à Rabat une réception à l’occasion du 50è anniversaire du Souverain
21 août 2013

A cette occasion, SM le Roi a décoré plusieurs personnalités nationales et étrangères de wissams royaux.

Ainsi, l’artiste Mekki Amghara a été décoré, à titre posthume, du Wissam Al Moukafaa Al Watania de l’ordre de commandeur, qui a été remis à sa veuve Mme Chamsnour Ismail et à son fils Kamal Amghara.

De même, les défunts artistes Miloud Labyed et Fatima Rwayed, connue sous le nom de Fatima Hassan Farrouj ont été également décorés à titre posthume du même wissam. Les décorations royales ont été remises à Mustapha Laasli, neveu de feu Labyed et à Hassan Ferrouj époux de feue Fatima Rwayed.

SM le Roi a également décoré du Wissam Al Moukafaa Al Watania de l’ordre de commandeur les artistes Abdelkébir Rabie et Fouad Bellamine, les maitres artisans, El-Housseine Lamane, Hafid M’daghri Alaoui, Yahya Rawach et Zoubeir Benthami, les auteurs-compositeurs et interprètes Abdelouahab Doukkali, Mahmoud Idrissi, Fathallah Mghari, les réalisateurs Noureddine Lakhmari, Farida Belyazid, Mohamed Miftah, Abdelhaq Zerouali, les comédiens Said Naciri et Hassan El Fad, et à titre posthume feu Mohamed Habarman (Benbrahim). La décoration a été remise à son fils Ibrahim Habarman.

Ont été également décorés du même wissam les artistes Mohamed Mghari (Momo), fondateur du festival  Boulevard, Abdelghafour Mohcine (Vigon), Hamid Zahir, Haja Hamdaouiya, Mohamed Bajeddoub et Najat Aatabou.

Le Souverain a aussi décoré du wissam Alaoui de l’ordre de commandeur l’épouse de René Derrive, Mme Jacqueline Boix, fonctionnaire au Palais royal et du Wissam Al Moukafaa Al Watania de l’ordre d’officier, M. Nasser Abdeljalil, devenu le premier Marocain à réussir l’ascension de l’Everest, Amine Chentouf, détenteur de trois médailles d’or et auteur d’une double performance aux championnats paralympiques d’athlétisme 2013 de Lyon, le cavalier Abdelkebir Ouaddar, vainqueur du Grand Prix de la ville de Vichy (France) de saut d’obstacles et Hassan Benabicha, entraineur de l’équipe nationale de football des moins de 19 ans, médaillé d’or des derniers jeux méditerranéens.

Ont été aussi décorés du même wissam le pilote automobile Mehdi Bennani, l’athlète Najat El Garaa, médaillée d’or du concours du lancer de disque aux Jeux Paralympiques 2013 de Londres, les artistes Saadia Bettah (Souad Saber), Samia Aqario et le chanteur de rap Taoufiq Hazib (Big) et à titre posthume feu Mohamed Majd. La décoration royale a été remise à son fils Wahid Majd.

SM Le Roi a aussi décoré du même wissam les membres des groupes du rap  H’kayne  (Hatim benssalha, Azzedine Bouhoud, Othman Benhami et Adil Benchekroun), et  F’naire  (Feu Hicham Belqass, Amine Hannaoui, Mohcine Tizaf, Achraf Aarab et Khalifa Mennani). La décoration royale décernée à titre posthume à feu Belqass a été remise à son père Abdeslam Belqass.

Issam Kamal, Foulan Mohcine, Nabil Andaloussi Wartassi, Mohammed Hamam, Adil Laaqissi, membres du groupe du rai-fusion Mazagan ont été aussi décoré du même wissam.

SM le Roi a également décoré du Wissam Alaoui de l’ordre d’officier Mme Serra Dominique, fondatrice du  Trophée automobile des gazelles et du wissam Al Moukafaa Al Watania de l’ordre de chevalier les comédiens Kamal Kademi et Dounia Boutazout, les artistes Saida Charaf et Dounia Batma et le chanteur de rap Oussama Dalouli (Komy).

A cette occasion, SM le Roi a été salué par plusieurs personnalités du monde de la science et de la culture, qui ont remis au Souverain certains de leurs ouvrages.

Il s’agit de M. Abdelhaq Lamrini, historiographe du Royaume et porte-parole du Palais Royal qui a remis à Sa Majesté le Roi un ouvrage intitulé Epopée de Mohammed V. Cet ouvrage retrace le parcours de feu SM Mohammed V depuis son intronisation jusqu’à son décès en mettant la lumière sur les étapes de la lutte menée par le libérateur de la Nation.

Il s’agit également de M. Mustapha EL Ktiri, Haut-commissaire aux anciens résistants et anciens membres de l’armée de libération qui a présenté au Souverain les ouvrages des chercheurs Hassan El Figuigui et Abdellah Stitou, intitulés  Résistance contre la présence ibérique dans les présides nord occupés 1415-1574 et Le Rôle de Tafilalet dans l’organisation des relations entre la société tribale, le Makhzen et le colonisateur.

Il s’agit de même de M. Hamdani Chbihenna Maa El Ainaine, professeur à la Faculté des lettres de l’Université Mohammed V de Rabat et membre du Conseil constitutionnel qui a présenté à SM le Roi deux ouvrages en arabe intitulés Al Manara et  Marouiyat Al Boukhari Aan Malik et un recueil de poèmes sur le prophète.

Le Souverain a aussi été salué par MM. Abdelkrim Belguendouz, chercheur et spécialiste des questions de la migration, et  Abdelghani Abou Al Azm, ancien enseignant à la faculté des lettres Ain Chock de Casablanca qui ont présenté au Souverain un ouvrage intitulé gouvernance migratoire au Maroc et CCME en Débat (2008-2013) et le dictionnaire Al Ghani Zaher  en 4 tomes.

Par la même occasion, M. M’hamed Zrioueli, spécialiste et chercheur en économie sociale et membre de la Commission consultative de la régionalisation, M. Mohamed Al Azhar, professeur à la faculté de droit de Mohammedia, Ahmed Msaaya, ancien directeur de l’Institut Supérieur d’Art dramatique et d’Animation culturelle et Abdelkébir Alaoui Ismaili, journaliste et directeur des éditions Azzamane, ont présenté à SM le Roi les ouvrages intitulés Pouvoirs régionaux, Etats nationaux et Union du Maghreb Arabe, Le pouvoir judiciaire dans la constitution : étude juridique, Guide du théâtre marocain : un demi-siècle de création et la politique étrangère du Maroc durant la seconde moitié du XVIIIe siècle de l’historien espagnol Ramon Lourido Diaz.

SM le Roi a ensuite été salué par M. Abdelouhab Benkeroum Essadki, ancien conservateur de la bibliothèque de la faculté des sciences de l’éducation à Rabat, qui a présenté au Souverain deux ouvrages sur l’érudit Mohamed El Fassi.

Par la suite, Mlle Zineb Idrissi Khemlichi, artiste peintre, a présenté à SM le Roi un recueil de ses œuvres, alors que Mlle Youssra Achouane, lycéenne de Casablanca, a présenté au Souverain un recueil de poèmes intitulé Zahrat Al Oukhouane.

Ont pris part à cette réception, le chef du gouvernement, les présidents des deux chambres du Parlement, les Conseillers de SM le Roi, les membres du gouvernement, les hauts commissaires, les présidents des institutions constitutionnelles, les directeurs des cabinets royaux, les officiers supérieurs de l’Etat-major général des Forces Armées Royales, les membres du corps diplomatique accrédité au Maroc, ainsi que des personnalités représentant la société civile et le monde la culture.

SM le Roi adresse un discours à la Nation à l’occasion du 60ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 14:05

Bienvenue sur le blog allahalwatanalmalik

 

SM le Roi adresse un discours à la Nation à l’occasion du 60ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple

20 août 2013
Rabat  -

SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a adressé, mardi, un discours à la Nation à l’occasion du 60ème anniversaire de la glorieuse Révolution du Roi et du Peuple.

SM le Roi adresse un discours à la Nation à l'occasion du 60ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple
20 août 2013

Ci-après le texte intégral du Discours Royal:

« Louange à Dieu,

Prière et salut sur le Prophète, Sa famille et Ses compagnons.

Cher peuple,

C’est avec joie et fierté que nous commémorons aujourd’hui le 60ème anniversaire de la glorieuse Révolution du Roi et du Peuple. Dans les valeurs de sacrifice et de solidarité nationale qu’elle incarne, Nous puisons la volonté nécessaire pour maintenir le cap et entretenir la dynamique constamment renouvelée dans les différents domaines.

Si une bonne partie de Notre peuple fidèle n’a pas connu cette révolution contre la colonisation, elle vit aujourd’hui, grâce à Dieu, une nouvelle révolution, menée sous Notre impulsion, dans les domaines du développement humain et du progrès économique et social. Elle vit sa citoyenneté dans la dignité, faisant preuve du même patriotisme sincère et du même attachement symbiotique entre le Trône et le peuple, qui prévalaient à l’époque.

C’est une révolution continue qui exige la mobilisation de tous. Elle requiert que chacun s’investisse fortement dans les chantiers de développement, afin de relever les défis actuels et à venir et de concrétiser les aspirations légitimes de nos citoyens.

Si Dieu le Très-Haut a réservé à chaque pays sa part de biens et de ressources, Il a gratifié le nôtre d’une richesse renouvelable, en l’occurrence nos ressources humaines. Il s’agit, au premier chef, de notre jeunesse ambitieuse, imprégnée d’amour pour sa patrie, fière de ses traditions séculaires, nantie d’une éducation saine. Ceci tient à la volonté des marocains d’assurer une bonne éducation à leurs enfants et de leur inculquer les hautes valeurs morales et les vertus de l’attachement aux constantes suprêmes de la nation, dans le cadre de la complémentarité entre la maison et l’école et de l’ouverture sur les innovations des temps modernes.

Nous considérons que l’affection dont les parents entourent leurs enfants, et les responsabilités qu’ils assument pour les accompagner et instiller en eux les valeurs et les principes suprêmes, sont des facteurs clés de promotion sociale et de consolidation du développement intégré.

Et parce que Nous entendons que le citoyen marocain soit au cœur du processus de développement et des politiques publiques, Nous tenons à ce que l’école puisse disposer des moyens lui permettant de remplir sa mission d’éducation et de formation.

Nous veillons personnellement à ce que les différentes régions du Royaume disposent des infrastructures, notamment  les routes, ainsi que de l’eau, l’électricité, le logement pour les enseignants, les maisons des étudiantes et des étudiants et bien d’autres équipements de base qui viennent compléter l’action du secteur de l’éducation, afin qu’il puisse s’acquitter des nobles missions éducatives et pédagogiques qui lui sont dévolues.

A cet égard, notre pays compte à son actif, dans les domaines de l’éducation et de la formation, d’importantes réalisations qui se sont traduites notamment par l’accroissement du taux de scolarisation, surtout parmi les filles, grâce aux efforts méritoires des hommes et des femmes de l’enseignement.

Mais le chemin à parcourir reste long et ardu pour que ce secteur puisse remplir son rôle de locomotive du développement économique et social. Car, en effet, la question pressante qui demeure posée est la suivante : comment se fait-il qu’une frange de notre jeunesse n’arrive pas à réaliser ses aspirations légitimes aux niveaux professionnel, matériel et social ?

Le secteur de l’éducation est en butte à de multiples difficultés et problèmes, dûs en particulier à l’adoption de programmes et de cursus qui ne sont pas en adéquation avec les exigences du marché du travail. Ces écueils sont imputables également aux dysfonctionnements consécutifs au changement de la langue d’enseignement dans les matières scientifiques. Ainsi, l’on passe de l’arabe, aux niveaux primaire et secondaire, à certaines langues étrangères dans les branches techniques et l’Enseignement supérieur. Ce changement implique, à l’évidence, l’impératif d’une mise à niveau linguistique de l’élève ou de l’étudiant pour qu’il puisse suivre utilement la formation qui lui est dispensée.

Il y a lieu de se féliciter des résultats positifs qui ont été enregistrés dans les domaines de la formation professionnelle et technique et de l’artisanat.

Ce sont, en effet, des domaines qui assurent aux candidats, avec ou sans baccalauréat, une formation spécialisée de deux ou quatre ans, qui offre aux diplômés plus de chances d’accès direct et rapide à l’emploi et d’opportunités d’insertion dans la vie professionnelle.

En revanche, il en est tout autrement  pour les lauréats de certaines filières universitaires. En effet, et nonobstant les efforts louables fournis par les cadres universitaires, celles-ci ne devraient pas constituer des usines à chômeurs, surtout dans certaines spécialités dépassées.

De même qu’il faudrait consolider cette formation par une exploitation judicieuse d’une vertu qui caractérise le citoyen marocain, à savoir sa propension naturelle à l’ouverture et son désir de connaître les cultures et les langues étrangères.

Pour ce faire, il convient de l’encourager à apprendre et à maîtriser ces langues, parallèlement aux langues officielles prévues dans la Constitution. Il s’agit de parachever sa qualification, d’affiner ses connaissances et de lui permettre de travailler dans les nouveaux métiers du Maroc, qui accusent un grand déficit en main d’œuvre qualifiée, tels que ceux de la construction automobile et des centres d’appel, ceux liés à l’aéronautique et d’autres encore.

A l’instar de ces métiers et services, et de ces écoles et instituts supérieurs de gestion, de management et d’ingénierie, il est nécessaire d’apporter plus de soutien et d’encouragement au secteur de la formation professionnelle. De même, les travaux manuels et les professions techniques, dans leur acception la plus large, doivent être réhabilités.  Il faut être fier de les pratiquer et de les maîtriser, comme le préconise, en substance, le Hadith de Notre aïeul, le Prophète  Sidna  Mohammed-Paix et salut sur Lui- :   nul n’a jamais mangé meilleur aliment que celui provenant du travail de sa main  . Il faut aussi tenir compte, à cet égard, de la place privilégiée que ces métiers occupent désormais sur le marché du travail, comme source de revenu importante et moyen de gagner sa vie dignement.

C’est pourquoi de nombreux européens affluent vers le Maroc pour travailler dans ce secteur prometteur, et livrent même une concurrence à la main d’œuvre marocaine opérant dans ces créneaux.
Cher peuple,

La situation actuelle du secteur de l’éducation et de la formation nécessite de marquer une halte pour un examen de conscience objectif permettant d’évaluer les réalisations accomplies et d’identifier les faiblesses et les dysfonctionnements existants.

Il convient à cet égard de rappeler l’importance de la Charte nationale d’Education et de Formation, qui a été adoptée dans le cadre d’une approche nationale large et participative.

Par ailleurs, les gouvernements successifs se sont attachés à mettre en œuvre les préconisations de cette charte, surtout le gouvernement précédent qui a déployé les moyens et les potentialités nécessaires pour mener à bonne fin le Plan d’urgence, dont il n’a, d’ailleurs, entamé la réalisation qu’au cours des trois dernières années de son mandat.

Malheureusement, les efforts nécessaires n’ont pas été entrepris pour consolider les acquis engrangés dans le cadre de la mise en œuvre de ce Plan. Pire encore, sans avoir impliqué ou consulté les acteurs concernés, on a remis en cause des composantes essentielles de ce plan, portant notamment sur la rénovation des cursus pédagogiques, le programme du préscolaire et les lycées d’excellence.

Pour toutes ces considérations, le gouvernement actuel aurait dû capitaliser les acquis  positifs cumulés dans le secteur de l’éducation et de la formation, d’autant plus qu’il s’agit d’un chantier déterminant s’étendant sur plusieurs décennies.

En effet, il n’est pas raisonnable que tous les cinq ans, chaque nouveau gouvernement arrive avec un nouveau plan, faisant l’impasse sur les plans antérieurs, alors qu’il ne pourra pas  exécuter le sien intégralement, au vu de la courte durée de son mandat.

Par conséquent, le secteur de l’éducation ne doit pas être enserré dans un cadre politique stricto sensu, pas plus que  sa gestion ne doit être l’objet de surenchères ou de rivalités politiciennes.

En revanche, il faut inscrire ce secteur dans le cadre social, économique et culturel qui est le sien, d’autant plus qu’il a pour vocation d’assurer la formation et la mise à niveau des ressources humaines pour favoriser leur insertion dans la dynamique de développement, et ce, à travers la mise en place d’un système éducatif efficient.

Cher peuple,

Prendre le parti d’énoncer ce diagnostic sur la réalité de l’éducation et de la formation dans notre pays, peut sembler fort et sévère, mais cette démarche émane en toute sincérité et en toute responsabilité du cœur d’un père qui, comme tous les parents, porte l’affection la plus tendre à ses enfants.

Si ton Serviteur ne vit pas les difficultés sociales ou matérielles que connaissent certaines catégories de la population, cher peuple, il n’en reste pas moins que  nous  partageons tous les mêmes préoccupations concernant l’enseignement dispensé à nos enfants, et les mêmes problèmes affectant notre système éducatif, d’autant plus que nos petits suivent les mêmes programmes et les mêmes cursus.

Ce qui est important dans ce domaine, ce n’est ni l’argent ni la filiation, ni l’appartenance sociale, mais plutôt la conscience vive qui anime chacun de nous et la sincérité de son patriotisme et de son attachement aux intérêts supérieurs de la nation.

A l’époque où Ton Premier Serviteur était Prince Héritier, Il suivait ses études selon les programmes et les cursus de l’école publique marocaine, puis ceux de la Faculté de droit de l’Université Mohammed V.

Si le Collège Royal dispose des moyens nécessaires pour appuyer ces programmes, ce n’est pas le cas, hélas, pour toutes les écoles publiques.

Quoi qu’il en soit, ces programmes ont permis de former des générations de cadres nationaux.

Néanmoins, il est navrant de voir que la situation actuelle de l’enseignement s’est dégradée encore davantage, par rapport à ce qu’elle était il y a plus d’une vingtaine d’années.

Ce recul a conduit un grand nombre de familles, en dépit de leur revenu limité, à supporter les coûts exorbitants de l’inscription de leurs enfants dans les établissements d’enseignement relevant des missions étrangères ou dans le privé, et ce, afin de leur épargner les problèmes rencontrés dans  l’enseignement public et leur permettre de bénéficier d’un système éducatif performant.

A cet égard, Nous rappelons Notre Discours de l’année dernière, à l’occasion de l’anniversaire du 20 août, dans lequel Nous avons défini les grandes lignes de la réforme du système éducatif, tout en appelant à la mise en œuvre des dispositions constitutionnelles relatives au Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique.

Nous invitons donc le gouvernement à procéder avec  célérité à l’adoption des textes juridiques relatifs au nouveau Conseil.

En attendant, Nous avons décidé, en application des dispositions transitoires prévues dans la Constitution, d’opérationnaliser le Conseil supérieur de l’Enseignement dans sa version actuelle, afin d’assurer l’évaluation des réalisations accomplies dans le cadre de la décennie de la Charte nationale d’Education et de Formation et de se pencher sur ce grand chantier national.

La franchise de Mon propos, cher peuple,  tient à la charge suprême qui M’échoit d’assumer ta direction. En effet, ton Premier Serviteur n’est affilié à aucun parti et ne participe à aucune élection. Le seul parti auquel Je suis fier d’appartenir, Grâces en soient rendues à Dieu, c’est bien le Maroc.

En outre, les Marocains sont tous égaux pour Moi, sans distinction aucune, et indépendamment de leurs différences de situation et d’appartenance. Par conséquent, il n’y a point de distinction entre un président de banque et un chômeur, un pilote de ligne, un agriculteur ou un ministre. Ce sont tous des citoyens, ayant les mêmes droits et les mêmes obligations.

Il est, donc, impératif d’engager un débat large et constructif sur toutes les questions majeures de la nation, pour réaliser les résultats tangibles que les Marocains réclament. En revanche, il faut renoncer à la polémique stérile et détestable qui n’est d’aucune utilité, si ce n’est le règlement de comptes étriqués et la pratique de l’injure et de la calomnie. La stigmatisation des individus ne contribue pas à régler les problèmes, mais plutôt à les exacerber.

Cher peuple,

Nous voilà donc célébrant l’anniversaire de la glorieuse Révolution du Roi et du Peuple et Notre anniversaire avec les membres de Notre grande Famille, à savoir Notre peuple fidèle. C’est un moment fort pour exprimer les sentiments d’estime et de déférence que nous inspire la mémoire immaculée des martyrs de l’unité, de la liberté et de l’indépendance, avec, à leur tête , Notre Vénéré Grand-Père, Sa Majesté le Roi Mohammed V et son compagnon de lutte, Notre Auguste Père, Sa Majesté le Roi Hassan II, que Dieu bénisse leur demeure éternelle.

C’est également une occasion idoine pour puiser dans  ces valeurs de fidélité et d’altruisme la force et la volonté de continuer à porter le flambeau de la révolution renouvelée du Roi et du Peuple et parachever l’édification du Maroc de l’unité, du progrès et du développement global.

Wassalamou alaikoum warahmatoullahi wabarakatouh.

SM le Roi nomme le Professeur Omar Azziman président délégué du Conseil Supérieur de l’Enseignement

Classé dans : Liens — allahalwatanalmalik @ 13:53

BIENVENUE SUR LE BLOG ALLAHALWATANALMALIK

SM le Roi nomme le Professeur Omar Azziman président délégué du Conseil Supérieur de l’Enseignement

20 août 2013
Rabat  -

SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a reçu mardi au Palais Royal à Rabat, le Professeur Omar Azziman, que le Souverain a nommé président délégué du Conseil supérieur de l’Enseignement, indique un communiqué du Cabinet Royal.

SM le Roi nomme le Professeur Omar Azziman président délégué du Conseil Supérieur de l’Enseignement
20 août 2013

Cette nomination, précise le communiqué, intervient en concrétisation de la décision royale contenue dans le discours adressé par le Souverain à la Nation à l’occasion du 60ème anniversaire de la glorieuse Révolution du Roi et du Peuple et qui consiste à opérationnaliser le Conseil supérieur de l’Enseignement dans sa version actuelle, en attendant l’adoption des textes juridiques relatifs au Conseil supérieur de l’Education, de la Formation et de la Recherche scientifique et ce, en application des dispositions transitoires prévues dans la Constitution.

Lors de cette audience, SM le Roi, que Dieu Le préserve, a donné Ses Hautes orientations au professeur Azziman, l’appelant à se pencher sur le chantier déterminant du secteur de l’enseignement dans notre pays, en procédant notamment à l’évaluation de la décennie de la Charte nationale de l’Education et de la Formation et en formulant des avis au sujet des différentes questions relatives à ce domaine et ce, dans le cadre d’une large concertation avec les différents acteurs concernés.

SM le Roi a également loué les qualités scientifiques et académiques du professeur Omar Azziman, ainsi que sa grande expérience, sa compétence, son altruisme et son abnégation dans l’accomplissement des différentes hautes responsabilités dont il avait la charge aussi bien au sein du gouvernement, dans le domaine des droits de l’Homme, en tant que diplomate ou dans sa mission de Conseiller de SM le Roi, outre ses hautes qualités humaines, sa capacité d’écoute et son esprit d’ouverture, ajoute le communiqué.

12345...48